Les historiens de l’UCL – Gilles Lecuppre

Gilles Lecuppre (Bureau b266 du Collège Érasme)

Téléphone : 010/47.48.68, e-mail : gilles.lecuppre@uclouvain.be

Issu d’un certain « système français », je suis ancien élève de l’École Normale Supérieure (Ulm), agrégé d’histoire, docteur en histoire médiévale (La seconde vie des rois. L’imposture politique au Moyen Âge). Brièvement professeur d’histoire-géographie dans l’enseignement secondaire, j’ai surtout exercé mon métier de médiéviste dans les universités de Poitiers et de Nanterre, avant de rejoindre – avec bonheur ! – l’UCL à la rentrée 2015, sur un très beau poste qui m’installe dans la continuité du Bas Moyen Âge et des Temps Modernes.

L’originalité de ma formation réside sans doute principalement dans une sensibilité prononcée aux lettres, à la philosophie, aux langues et aux arts. Cette ouverture de l’histoire aux disciplines voisines m’a beaucoup apporté dans un parcours de recherche qui s’organise autour de trois pôles.

L’imposture politique (XIIe-XVe s.), une modalité du complot fondée sur une mystification élaborée : un quidam, souvent relayé par des aristocrates ou des royaumes voisins, se substitue à un prince mort ou disparu et tente de saisir les rênes du pouvoir. Cela représente bien sûr une contestation radicale de l’illégitimité ou de l’incompétence supposées du véritable souverain, auquel il appartient de relever un défi redoutable. La civilisation du Moyen Âge tardif facilite de telles tromperies sur la personne. Les contours fluctuants de la mémoire, les intrigues de partis, les désirs profonds de certaines catégories bousculées par l’affirmation monarchique constituent l’arrière-plan de cette variante particulière de la contestation.

Les misères de la condition royale ou princière, dans une approche comparatiste étendue à l’Europe occidentale, mais également la compétition pour le titre suprême ou les pratiques troubles de la monarchie m’ont ensuite retenu et ont fait l’objet d’une moisson de publications centrées sur les notions d’usurpation, de conspiration, de schisme, de rumeur, de scandale et de désordre.

Le chantier qui m’occupe actuellement est celui de la fragilité princière dans les Pays-Bas des XIIIe-XVe s. Ducs et comtes sont tiraillés entre l’exaltation de leur fonction, les exigences de la diplomatie et les requêtes de leurs sujets. Dès lors, certains profils (le pouvoir féminin, celui de l’enfant, du vieillard, du malade) prédisposent à des turbulences. Encore leurs homologues a priori mieux lotis n’échappent-ils guère, à leur tour, aux dangers du champ de bataille, du mariage forcé, de la captivité ou du rapt…

Sur fond de déchirements familiaux et autres histoires terribles, je m’intéresse en somme à l’humanité des grands, enjeu fondamental pour toutes les composantes de la société politique. Ma curiosité va cependant, plus largement, aux discours, aux symboles et aux faits de culture, y compris au dehors de la sphère proprement politique. La vôtre aussi, très certainement, à bien y réfléchir ! C’est pourquoi, en tant qu’enseignant ou promoteur de mémoire, je vous invite à approfondir votre connaissance de cette période clef dans la formation de nos sociétés et de nos imaginaires – l’automne du Moyen Âge et la Renaissance.

Voir la page suivante (ci-dessous, 2) pour des informations sur les mémoires de Master.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *