Les historiens de l’UCL – Anne-Sophie Gijs

Les domaines de recherches pour lesquels je propose un encadrement sont les suivants :

  • Histoire coloniale belge des 19e et 20e siècles :
  • dans son axe interne belgo-africain :
  • dans ses dimensions religieuses (missions et mouvements traditionnels/syncrétiques)
  • dans ses dimensions économiques et sociales (grandes entreprises/ sociétés privées et économie coloniale, luttes ouvrières et syndicales ; organisation du travail ; statuts et rôles des blancs et des noirs ; place de la femme, etc.)
  • dans ses dimensions politiques (exercice du pouvoir en milieu colonial ; nature des relations « métropole – colonie » ; contestations et répressions ; systèmes militaro-policiers ; mouvements d’idées ; anticolonialisme en Belgique et au Congo/Rwanda/Burundi).
  • élargie au contexte international :
  • sur les plans économique/stratégique (poids des ressources coloniales dans les conflits mondiaux (guerre 1914-18, guerre 1940-45, guerre froide)
  • sur le plan politique (impact de la colonisation/décolonisation sur la politique étrangère belge et sur la perception de la Belgique à l’étranger).
  • Histoire des relations entre la Belgique et le Congo, le Rwanda et le Burundi après les indépendances (par ex. : la Belgique et le régime de Mobutu ; la Belgique et le génocide au Rwanda, etc.).
  • Histoire des relations entre l’Afrique et l’Union européenne (Etats membres et institutions – Parlement ; Commission ; Conseil de l’UE et Conseil européen) de 1957 à nos jours :
  • sous les angles économiques et de coopération au développement
  • au niveau politique et diplomatique depuis l’émergence de la PESC (1992)
  • sur le plan sécuritaire (prévention de conflit, maintien de la paix dans les zones à risques, gestion des migrations).

Chaque étude de cas (au départ d’un individu, d’un mouvement, d’une organisation, d’un pays ou d’une situation de crise) devra faire l’objet d’une recontextualisation plus large, empruntant des éléments de construction à l’histoire politique, économique, sociale ou culturelle de l’Afrique et de l’Europe. Sans conteste, l’histoire de leurs relations réciproques permet une meilleure compréhension des situations contemporaines, car les affects, émotions et représentations forgées de longue date ont toujours une influence prépondérante sur le cours des événements. La philosophie générale des travaux que j’encadrerai s’articulera donc sur des changements d’échelle allant du particulier au général ; oscillant entre passé et présent ; et recourant à des multiples éclairages éventuellement issus de disciplines connexes à l’histoire (sociologie, anthropologie, psychologie sociale, sciences politiques).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *