Les historiens de l’UCL – Xavier Rousseaux

Les sujets accueillis ou proposés portent sur l’histoire de la justice en histoire médiévale, moderne et contemporaine.

Selon la période, les sources et la région choisie, les travaux peuvent prendre plusieurs formes.

  1. Une étude sur la Criminalité, justice et répression dans un espace-temps précis (ville ou une circonscription rurale):

des anciens Pays-Bas (Brabant, Hainaut, Namur, Luxembourg) ou de la Principauté de Liège (entre 1350 et 1795),

des « départements belges réunis à la France » (1795-1815), ou le royaume de Pays-Bas (1815-1830/9),

de la Belgique contemporaine (1830-),

de L’EIC, du Congo Belge ou du Ruanda-Urundi (1885-1962).

  1. L’analyse d’un phénomène criminel ou pénal:

un crime : homicide, duel, insultes, blessures, vol, mœurs, hérésie, sorcellerie, banditisme, criminalité organisée, terrorisme,

une peine : amende honorable, exécutions capitales, mutilations, enfermements, amende, etc.

  1. L’étude des protagonistes de la justice comme groupe social:

Une population cible de la justice : femmes, vagabonds, soldats, migrants, chômeurs, jeunes, aliénés…,

Une catégorie d’acteurs de justice : juges, sergents, bourreaux, jurés, policiers, militaires, experts…

  1. Une approche culturelle, économique ou politique de la justice, à travers:

* Les traces, places et lieux de justice dans le paysage : prisons, tribunaux, lieux d’exécution, commissariats, etc.

* Les représentations du crime et de la justice : images de justice, presse, littérature, BD, cinéma, statistiques, romans, séries historiques, etc.

* L’économie de la justice : coûts et recettes de justice, budgets du ministère de la justice.

* Les rapports de pouvoir entre acteurs de la justice et justiciables : pratiques infrajudiciaires, politiques de grâce, pratique de négociation, interactions lors des exécutions publiques.

* Les rapports entre normalité et exception : crises économiques, crises de légitimités (troubles du XVIe siècle, troubles prérévolutionnaires, guerres mondiales et occupations militaires, dominations coloniales, etc.).

* La question des Réformes, justices transitionnelles et recompositions politiques : révolutions, guerres et sorties de guerre, ainsi que les refondations pénales (Ordonnances criminelles Philippe II, réformes de Joseph II, de la fin de l’ancien régime et des révolutions).

* La genèse et mise en pratique d’une loi : ex. législation sur la grâce, ordonnance Caroline, Ordonnance criminelles, abolition de la torture, violence sexuelle, vagabondage, avortement, prostitution, drogue, libération conditionnelle, terrorisme, etc.

* Les transferts, circulations des savoirs, des hommes et des pratiques : Diffusion des ouvrages de doctrine (Damhouder, Beccaria, Lombroso, etc.) dans la pratique, extraditions, réseaux internationaux.

* Les phénomènes transfrontaliers (frontière franco-belge, hollandaise, allemande): furie iconoclaste, persistance de pratiques traditionnelles ( « haine de cense ou maugré»,, contrebande, banditisme).

*Un aspect d’histoire de la justice civile, commerciale et du travail (transports et œuvres de loi, tribunaux de commerce, conseil de prudhommes).

  1. Une étude anthropologique du lien social, du conflit et de ses expressions: charivaris, dénonciation, rituels d’exécutions publiques, duel, sorcellerie, lynchages, tontes, destructions…….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *