Berlin, mémoire du IIIe Reich et de la RDA, mais aussi lieu d’expression des libertés

Compte-rendu d’une semaine culturelle et historique !

par Geneviève Warland et Emmanuel Debruyne

Du 3 au 8 avril 2017, un groupe de 18 étudiants en histoire de l’Université catholique de Louvain a visité la ville de Berlin, accompagné de deux professeurs, Geneviève Warland, spécialisée en médiation culturelle en histoire et organisatrice du voyage, et Emmanuel Debruyne, spécialiste des deux guerres mondiales en Belgique. Au programme, la visite des sites mémoriaux des régimes génocidaires et liberticides qu’étaient le nazisme et le communisme est-allemand. Berlin a, en effet, la particularité, de les rassembler en un lieu. Certes, il s’agit du lot des capitales que de porter la mémoire politique d’un pays ; celle-ci imprègne particulièrement le paysage urbain de Berlin, façonné en grande partie au 19e siècle, au long du 20e et au début du 21e siècle : en pleine expansion et tantôt sordide, tantôt brillant de mille feux à la Belle époque, la ville a été détruite pendant le second conflit mondial ; la reconstruction s’est opérée selon des axes idéologiques et des moyens matériels différents, Reihenhäuser à l’Ouest et barres d’habitation à l’Est pour ne parler que du logement, préoccupation centrale de l’après-guerre; l’établissement du mur en 1961 a coupé la ville en deux parties, et sa chute en 1989 l’a réconciliée et bousculée en même temps : de la Postdamer Platz, moderne et audacieuse, au château de Berlin en cours de reconstruction à son emplacement initial et à la place du Palais de la République qui a été démoli, les grands chantiers se succèdent.

La volonté de rénovation s’adresse également au souci de conservation de lieux de mémoire et à leur valorisation, lesquels nous ont impressionnés tant au plan architectural que du point de vue du dispositif mémoriel mis en place. Ces lieux sont nombreux : le monument aux Juifs assassinés d’Europe, la prison de Hohenschönhausen, devenue symbole de la répression exercée par le régime est-allemand, le musée de la Stasi dans le bâtiment où elle exerçait ses activités, la maison de la conférence de Wannsee, le centre d’interprétation Topographie des Terrors à l’emplacement du bâtiment de l’office central de la sécurité du Reich sous le national-socialisme, ou encore le camp de travail de Berlin-Schöneweide où étaient logés, à partir de 1942, des travailleurs forcés venant de Belgique, de France, d’Italie, mais aussi de Pologne et d’Union soviétique, cela pour ne citer que les principaux sites mémoriaux que nous avons visités. Les déambulations elles-mêmes à travers les artères et les places de la ville n’ont cessé de nous confronter à des traces mémorielles volontaires, les unes discrètes comme les Stolpersteine, d’autres exubérantes comme l’East Side Gallery, d’autres enfin plus polémiques comme le mémorial aux Juifs d’Europe assassinés, ou involontaires à travers les vides et les reconstructions qui n’ont eu de cesse de restructurer la ville et jusqu’à la circulation de ses habitants.

Le voyage était financé par une subvention de la Fédération Wallonie-Bruxelles, dans le cadre du Décret Mémoire géré par la Cellule Démocratie ou barbarie. Une aide supplémentaire nous a été consentie par l’ambassade d’Allemagne en Belgique pour le logement à la Gästehaus de l’UFAFabrik – elle-même trace de la florissante industrie cinématographique sous Weimar – qui comprend aussi un centre culturel, un bistro-café, une épicerie et une boulangerie biologique, un jardin d’enfants et une petite ferme, soit une véritable oasis à Berlin-Tempelhof. Ce voyage se situait dans le prolongement de l’année de l’Allemagne qui avait été organisée à l’UCL en 2016.

Apprendre l’histoire par les livres, les cours à l’école et à l’université, les documentaires et les films est une chose ; l’appréhender via les lieux qui lui ont servi de cadre en est une autre. Du luxe de la villa de Wannsee où furent discutées, lors d’une matinée hivernale du 20 janvier 1942, les questions techniques de la solution finale à apporter au « problème » juif en Europe à l’exiguïté des cellules capitonnées, froides et sans lumière des caves de la prison de Hohenschönhausen, c’est l’horreur de la machination humaine visant à broyer l’Autre en raison de sa religion et de sa race ou en raison de ses idées que nous avons ressentie. La même impression émanait de ce complexe impressionnant de bâtiments qui abritait la sécurité de l’Etat est-allemand ou Stasi, laquelle avait mis en place un système de surveillance de tous les citoyens est-allemands et de délation à l’aide de nombreux informateurs : ont été évoqués le parcours d’Erich Mielke, ministre qui en assura la direction pendant plusieurs dizaines d’années, la méthode de décomposition psychique des individus lors des interrogatoires théorisée sous le nom de « psychologie opérative », et tant d’autres choses qui n’ont malgré tout pas pu empêcher l’effritement progressif de ce régime autoritaire, notamment grâce aux poches de résistance qui se sont constituées au sein de l’Église protestante avec comme leitmotive le pacifisme, la protection de l’environnement et le respect des droits fondamentaux de l’homme.

Oppression et répression d’un côté, résistance de l’autre : cela vaut également pour la lecture que nous pouvons faire des expositions permanentes retraçant l’histoire du système totalitaire nazi. Il est vrai que l’acharnement contre tous ceux qui s’opposaient à l’idéologie nazie – communistes et socialistes en premier lieu – ou n’entraient pas dans le schéma de la pureté raciale, visait à les détruire non pas seulement psychiquement mais physiquement également. Certains ont eu malgré tout l’audace de s’opposer à ce régime de terreur, subissant bien souvent à leur tour la dure loi de la répression, comme le montre l’exposition de la Topographie de la terreur, laquelle présente l’organisation de la police de sûreté du Reich (contrôlée par la SS et incluant la Gestapo) sous le commandement de Himmler et de Heydrich, ses activités et ses exactions, sa participation à la déportation des Juifs et à leur extermination ainsi que les condamnations et poursuites d’après–guerre de ses principaux dirigeants (dont certains ont réussi à échapper à l’épuration nazie). Quant à la villa de Wannsee, ce sont les 90 minutes d’une réunion macabre qui sont présentées à l’aide de reproductions de documents authentiques (lettres, compte rendu, photos …) et de ses conséquences : les camps de la mort et ses millions de victimes juives, resitués dans le contexte de la politique hitlérienne et de l’antisémitisme en Allemagne.

Les visites de Topographie des Terrors, du camp de Schöneweide et de la maison de la conférence de Wannsee pour le régime national-socialiste comme du musée de la Stasi, de la prison de Hohenschönhausen, complétées par celle du DDR-Museum (espace interactif évoquant la vie dans l’ex-RDA à l’aide de panneaux explicatifs et de multiples photos, films et objets, de reconstitutions d’espaces de la vie quotidienne, comme un appartement est- allemand typique) ont permis de mieux comprendre les rouages des systèmes d’embrigadement et surtout d’éviction de toute liberté de pensée, d’expression ainsi que de circulation au cœur de ces deux régimes.

Au-delà du côté sombre de l’histoire allemande évoqué ci-dessus, les étudiants ont pu se faire une idée de la richesse et de la diversité culturelle de ce pays : tous se sont rendus au Deutsches historisches Museum, situé au cœur de Berlin. Les uns ont concentré leur visite sur l’exposition permanente qui resitue les régimes du NSDAP et du SED dans la perspective plus large de l’histoire allemande. D’autres se sont penchés sur une passionnante exposition temporaire proposant de redécouvrir le passé colonial et colonialiste allemand, dont les liens avec les violences du 20e siècle européen font aujourd’hui l’objet de nombreux débats entre historiens, ainsi que les avatars successifs de sa mémoire, depuis la disparition de l’empire colonial allemand pendant la Grande Guerre jusqu’à nos jours. Beaucoup ont également prolongé la visite sur l’île aux musées, dont ils ont franchi les portes selon les goûts de chacun pour les civilisations anciennes ou pour les peintures et sculptures plus modernes. Le Reichstag et le Bundesrat, symboles de la démocratie, comme le Schloss Bellevue, résidence du président allemand, ont constitué des jalons sur les circuits de découvertes de la ville. La East Side Gallery où des artistes venant du monde entier se sont exprimés en 1990 sur une partie conservée du mur de Berlin le long de la Sprée à Friedrichshain comme le RAW, friche industrielle converti en lieu dynamique de la subculture berlinoise, ont balisé d’autres entrées dans le Berlin contemporain. Et l’engagement politique d’Allemands, concernés par les souffrances subies par la population syrienne meurtrie par une guerre civile depuis plus de 5 ans, et créant en 2015 une association Flüchtlingspaten Syrien leur venant en aide via le regroupement familial et prenant en charge les frais de logement, de nourriture, de cours de langues et d’intégration au pays d’accueil, a fait l’objet d’une discussion dans les locaux-mêmes de cette association, animée par Tina Mede, qui en est une des cofondatrices. Ce fut un des moments-clés de la semaine berlinoise, par le partage de l’histoire au présent et celui de la résistance à l’indifférence et à l’oppression.

Berliner Kindl, Currywurst, Roggenbrot ont compté parmi les spécialités goûtées par les étudiants et appréciées par eux. Les papilles de la vegan du groupe se sont tout autant réjouies devant la diversité des mets (comme des supermarchés) à sa disposition. Et elle en a entraîné d’autres dans la découverte de la cuisine végétalienne indienne …. Cela aussi, c’est Berlin : une ville cosmopolite !

Le tout dans le tout, un voyage très dense, des dizaines de kilomètres parcourus à pied, en U-Bahn, en S-Bahn, en Strassenbahn, dans Berlin-Mitte, Berlin-Lichtenberg, Berlin-Tempelhof, Berlin-Neuköln, … Un voyage très intense par les explorations du passé et par les morceaux de récits de vie racontés par les guides que nous avons eus au musée de la Stasi et à la prison de Hohenschönhausen, un voyage inoubliable par les échanges créés, la convivialité, la curiosité des uns et des autres, le dynamisme et les rires dans les moments de détente, chez Maria et Josef, un Biergarten à Lichterfelde-West, dans le S-Bahn, à l’UFA-Fabrik…. Pour chacun.e, ce voyage n’est pas le dernier à Berlin !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *