LHIST2280 Séminaire d’histoire contemporaine – 2017-2018

Profession : Administrateur de la Sûreté publique

L’homme et la fonction

à la tête d’un service de renseignement policier (1830-1933)

Créée le 15 octobre 1830, l’Administration de la Sûreté publique – aujourd’hui Sûreté de l’Etat – est à la fois une des plus anciennes institutions de la Belgique indépendante et un des plus vieux services de renseignements d’Europe.

Les tâches et les moyens attribués à ce service n’ont cessé d’évoluer depuis sa création, mais le secret, l’information et la protection de la sécurité du pays restent au cœur de ses activités. La direction de ce service a par conséquent toujours constitué un poste sensible au sein de l’appareil d’Etat. Ce séminaire se propose de découvrir les hommes derrière cette fonction d’Administrateur de la Sûreté publique, d’interroger qui ils étaient, et comment et pourquoi ils ont exercé ce métier si particulier.

Notre approche s’inscrit dans le sillage d’une histoire du renseignement et des services secrets en pleine expansion depuis un quart de siècle, et qui contribue notamment au renouvellement de l’histoire politique. Dans ce cadre, chaque étudiant sera amené à partir sur les traces d’un des onze administrateurs qui se sont succédés pendant le premier siècle d’histoire de l’Etat belge.

Pour ce faire, les étudiants seront amenés à explorer une grande diversité de travaux et de sources. En termes d’archives, ils se confronteront d’une part aux documents directement issues de la Sûreté publique et du ministère de la Justice, et de l’autre aux multiples traces laissées par un individu, dans les registres communaux, les archives de famille, le bâti immobilier et le patrimoine funéraire, etc.

Enseignant : Emmanuel Debruyne

Assistants : Elise Rezsöhazy, Gauthier Godart et Christophe Chevalier

L’inscription à ce séminaire se fera à l’issue de la séance de présentation des séminaires, le vendredi 22 septembre à 11h, au local ERAS 54.

La première séance de ce séminaire aura lieu le lundi 25 septembre au local ERAS 74, de 14 à 16h.

Au coeur de la Grande Guerre : l’individu au croisement du civil et du militaire

Colloque international

26, 27 et 28 octobre 2017, Mons Memorial Museum

 

Le colloque « Au coeur de la Grande Guerre » est avant tout pensé comme un échange entre jeunes chercheurs afin de construire par le dialogue et le débat un propos cohérent sur l’individu au croisement du militaire et du civil. La volonté d’organiser ce colloque nous vient des rencontres faites et du désir de prolonger les échanges entamés lors de l’école d’été du Centre International de Recherche de l’Historial de Péronne.

Le thème du colloque est davantage une ligne conductrice, une piste de réflexion qu’un sujet délimité. Il nous amène à nous questionner sur la manière dont l’individu, soldat, civil de l’arrière ou occupé, intègre et concilie la dimension militaire d’un côté, qu’il s’agisse de son expérience au front ou de la présence de soldats allemands dans les rues de son village, et la dimension civile de l’autre. Au-delà donc d’une rencontre entre le « monde » civil et le « monde » militaire, qui seraient deux sphères séparées, il convient de penser l’individu comme étant au croisement des deux dimensions, qui le construiraient de manière conjointe.

Notre objectif étant de donner un caractère international à ces rencontres, les communications se feront en anglais ou en français.

Élise Rezsöhazy, Gwendal Piégais & Erwan Le Gall

Continuer la lecture de Au coeur de la Grande Guerre : l’individu au croisement du civil et du militaire

Les faillis et leur devenir. Comment survivre à la faillite à la Belle Epoque ?

Journée d’étude

Mercredi 29 mars 2017, 10h45 – 16h
Salle du Conseil FIAL (UCL) – Place Blaise Pascal, 1 – 1348 Louvain-la-Neuve
Entrée gratuite mais inscription obligatoire avant le 24 mars 2017: emmanuel.debruyne@uclouvain.be

La « Belle Epoque » des années 1895-1914 est marquées par une croissance économique soutenue et par un progrès technologique constant, qu’accompagne une amélioration sensible des conditions sociales. Pourtant, cette « Belle Epoque » n’est pas rose pour tout le monde, et s’apparente pour bon nombre de ses contemporains à une lutte pour la survie. La faillite est une menace constante pour les indépendants et les petits entrepreneurs, pris entre leurs concurrents et leurs créanciers et à la merci d’un coup du sort ou de l’effondrement de leur propre crédit.

Sur base des investigations menées avec des étudiants de master dans le cadre du séminaire d’histoire de la période contemporaine, cette journée se penchera sur le sort d’une vingtaine de ces faillis, qui ont en commun d’avoir vu leur cas traité par le tribunal de commerce de Namur à la charnière des 19e et 20e siècles. Nous nous interrogerons sur la manière dont ils ont personnellement vécu et tenté de surmonter l’épreuve que leur propre faillite professionnelle a constitué pour leur existence et celle de leurs proches. Nous examinerons également comment ouvrir la perspective à partir de ces cas individuels vers des réflexions plus larges sur les questions de la dette, de l’échec, de la honte et du déclassement social.

Continuer la lecture de Les faillis et leur devenir. Comment survivre à la faillite à la Belle Epoque ?

Les historiens de l’UCL – Elise Rezsöhazy

Élise Rezsöhazy est aspirante F.R.S-FNRS, depuis octobre 2015, à l’Université catholique de Louvain où elle réalise une thèse de doctorat sous la direction de Laurence van Ypersele et Emmanuel Debruyne et portant sur le contre-espionnage allemand sur le front ouest durant la Première Guerre mondiale. De manière générale, son intérêt se porte sur les individus en décalage avec la société ou rejetés par celle-ci, comme ici les espions belges et français ayant collaboré avec la police secrète allemande, cherchant à les resituer dans les temps et les espaces qu’ils occupent et dont ils sont les témoins. Ses domaines de recherche sont l’histoire du renseignement, l’histoire sociale, l’histoire des mentalités et l’histoire culturelle.

Continuer la lecture de Les historiens de l’UCL – Elise Rezsöhazy