Prix Vicomte Charles Terlinden

Ce prix est décerné, tous les quatre ans, pour une valeur de 2500€.

Le prix 2018 est destiné à couronner le meilleur mémoire de master manuscrit s’inspirant des disciplines historiques au sens large, y compris l’histoire économique, l’histoire de l’art, l’histoire du droit, l’histoire de l’Afrique, l’histoire militaire, rédigé par un étudiant ou un ancien étudiant de l’Université catholique de Louvain

Le travail peut être rédigé en français, en néerlandais ou en anglais.

Le prix a spécialement pour but de contribuer aux frais de publication du mémoire couronné (sous forme de livre ou d’article, d’aide à la traduction ou pour l’iconographie). L’auteur du travail est tenu de faire figurer, lors de l’impression : Publié avec l’aide du prix Vicomte Charles Terlinden.

Une partie du montant du prix sera directement remise au lauréat, en l’occurrence 1.000 euros ; l’autre partie (1.500 euros) est destinée à la publication sur pièces justificatives.

L’attribution du prix est réservée aux administrateurs de la Fondation.

Lors de la remise du prix, le lauréat devra présenter un exposé sur le sujet du travail couronné.

Pour la période biennale 2017-2018, les manuscrits (en cinq exemplaires) doivent être déposés au secrétariat de la Commission de gestion des programmes d’histoire (UCL, FIAL, Collège  Érasme, Place Blaise Pascal, 1 – bte L3.03.21 à 1348 Louvain-la-Neuve) au plus tard le 15 mars 2018.

La remise du prix aura lieu à la rentrée académique 2018-2019.

Louvain-la-Neuve, le 20 janvier 2018.

 

Fondation Prix Vicomte Charles Terlinden :

Laurence van Ypersele, Françoise Van Haeperen et Silvia Mostaccio, administrateurs.

Journée d’étude – “Il n’est guère de matière si vaste que celle des monumens de l’Antiquité”

Étude et réception de l’Antiquité romaine au siècle des Lumières : perspectives croisées

Au cours du siècle des Lumières, le continent européen est marqué, dans son ensemble, par un « universel retour à l’Antiquité » dans les domaines de l’art, de la culture ou encore de la recherche scientifique. L’histoire romaine figure parmi les sujets de prédilection des intellectuels du 18e siècle qui souhaitent aborder cette période dans une optique nouvelle : les travaux et les dissertations, souvent illustrés, se veulent en effet plus critiques et plus concis que les sommes volumineuses composées au cours des 16e et 17e siècles. À la même période, l’étude des vestiges antiques (monuments, inscriptions, monnaies, représentations iconographiques…) connaît une véritable révolution, notamment grâce aux campagnes de fouilles menées dans la péninsule italienne et au développement de nouvelles approches prônées par des autorités de renom telles que Bernard de Montfaucon ou le comte de Caylus.

Continuer la lecture de Journée d’étude – “Il n’est guère de matière si vaste que celle des monumens de l’Antiquité”

Les historiens de l’UCL – Françoise Van Haeperen

Françoise Van Haeperen est professeure à l’UCL depuis 2003. Historienne de l’Antiquité, elle est spécialiste des cultes polythéistes dans le monde romain occidental. Plus précisément, ses recherches s’articulent actuellement autour de trois axes principaux, avec quelques incursions dans des chemins de traverses. Les deux premiers axes, qui se recoupent partiellement, sont thématiques et couvrent un arc spatio-temporel plutôt vaste : Rome, l’Italie et ses provinces occidentales, sous la République et sous l’Empire. Ils portent sur les acteurs des cultes et leurs pratiques d’une part, sur les cultes dits orientaux d’autre part. Le troisième axe, intimement lié aux précédents, est ancré dans une réalité géographique bien particulière, celle du port de Rome, Ostie, qui offre une documentation d’une richesse incomparable et permet une étude approfondie des différentes facettes de la vie religieuse d’une cité antique, et ce du 3e av. au 5e. ap.

Continuer la lecture de Les historiens de l’UCL – Françoise Van Haeperen