Sociétés en changement (N°6 / Novembre 2018). La Grande Guerre a-t-elle émancipé les femmes belges ?

Le sixième numéro de la note thématique « Sociétés en changement » publiée par l’institut IACCHOS rassemble les historiens Emmanuel Debruyne (LaRHis), Thierry Eggerickx (DEMO), Aurore François (LaRHis, CIRFaSe) et Laurence van Ypersele (LaRHis) autour de la question « La Grande Guerre a-t-elle émancipé les femmes belges? »

Leurs travaux historiques et démographiques dévoilent une émancipation féminine toute relative.

La note est accessible et téléchargeable ici.

Mettre en archives les réactions post-attentats. Mémoriaux éphémères et mémorialisation immédiate

Conférence
dans le cadre du
Séminaire H37 – Histoire et cultures graphiques
sous la direction de Paul Bertrand

Par Marie VAN EECKENRODE

Chargée de cours à l’UCLouvain
Attachée scientifique aux Archives de l’État

Mardi 13 novembre 2018, 11h-13h
Salle du Conseil ISP

Atelier ouvert à tous

1918 – 2018 Honderd jaar later… is er nog een geschiedenis van België? / 1918 – 2018 Cent ans après … peut-on encore écrire l’histoire de Belgique?

Pour information.

Evènement organisé par l’ULB et la KU Leuven

Studiedag, Brussel, 23 oktober 2018 /

Journée d’étude Bruxelles, 23 Octobre 2018

Académie Royale

Honderd jaar na het einde van de 1ste Wereldoorlog is het meer dan ooit belangrijk de vraag te stellen hoe we ons verleden construeren en reconstrueren. Of die (re-)constructie nog zal plaatsvinden binnen het kader van de Belgische natie-staat, is een vraag die de jongere, en aankomende generatie van historici zal moeten beantwoorden.

Cent ans après la fin de la Première Guerre mondiale il paraît plus que jamais important de poser la question de la manière dont nous construisons et reconstruisons notre passé. Cette (re)construction peut-elle encore s’inscrire dans le cadre de l’État-nation belge ? Ce sera aux nouvelles et futures générations d’historiens de répondre à cette question.

Infos : https://soc.kuleuven.be/centre-for-political-research/events/histoire-en-belgique-geschiedenis-in-belgie

Programma / Programme :  https://soc.kuleuven.be/centre-for-political-research/events/event-files/program-me-20181023.pdf

Continuer la lecture de 1918 – 2018 Honderd jaar later… is er nog een geschiedenis van België? / 1918 – 2018 Cent ans après … peut-on encore écrire l’histoire de Belgique?

Publication. Mise en archives des réactions post-attentats : enjeux et perspectives

Sous la direction de Maëlle Bazin (CARISM) et Marie Van Eeckenrode (UCLouvain)

Dans La Gazette des archives n° 250 (2018-2). https://www.archivistes.org/Mise-en-archives-des-reactions-post-attentats-enjeux-et-perspectives

Ce numéro porte sur les initiatives de collecte et d’archivage des réactions populaires aux attentats terroristes ayant frappé la France et ses voisins européens ces dernières années. À chaque attaque, fleurs, bougies, messages et peluches s’accumulent sur les lieux des attentats ou sur des places symboliques. Mais d’autres espaces et moyens d’expression coexistent, telles les fresques qui fleurissent sur les murs des villes endeuillées, tels les contenus postés sur les médias et réseaux sociaux, tels les livres de condoléances ouverts çà et là, tels les courriers adressés aux victimes, à leur entourage ou à l’institution visée par l’attentat.

La conservation de ces traces, matérielles ou numériques, suscite de nombreux questionnements. Afin de saisir les enjeux archivistiques mais aussi politiques de ces opérations de préservation, ce numéro réunit des archivistes, des journalistes et des chercheurs issus de différentes disciplines. Leurs contributions retracent le processus d’archivage de la prise de décision de la collecte à la valorisation. La mise en comparaison d’aires géographiques et de temporalités différentes permet d’identifier similitudes et divergences dans les pratiques et les approches.

Ce numéro de La Gazette des archives a été conjointement coordonné par Maëlle Bazin, doctorante et sémiologue au Centre d’analyse et de recherche interdisciplinaire sur les médias (CARISM), et Marie Van Eeckenrode, chargée de cours à l’université catholique de Louvain et attachée scientifique aux Archives de l’État.

Pour accéder au sommaire et aux résumés des articles, continuez la lecture !

Continuer la lecture de Publication. Mise en archives des réactions post-attentats : enjeux et perspectives

Les historiens de l’UCL – Silvia Mostaccio

Archiviste et docteure en histoire de l’Université de Padoue (IT), j’ai enseigné l’histoire du christianisme à l’Université de L’Aquila. Depuis 2010 je suis professeure d’histoire des temps modernes à l’UCLouvain et j’y assure les différents cours d’introduction à la période XVIe-XVIIIe siècle, ainsi que les séminaires et des cours de master ciblés sur l’histoire des missions religieuses, l’histoire du genre, l’histoire culturelle.

Exception faite pour les bandes dessinées western que je lis dans mon refuge estival, rien ne m’agace plus que l’arrogance d’une explication en noir et blanc, avec les bons d’un côté et les mauvais de l’autre. C’est peut-être aussi pour cette raison que j’aime tellement mon métier d’historienne : reconstruire la complexité du passé; la pluralité des acteurs (et des actrices) interagissant entre eux.

Deux questions de fond m’habitent depuis longtemps : les enjeux de pouvoir (et d’obéissance) entre individus et institutions -notamment face aux pouvoirs religieux- et la relation homme(s)/femme(s) au niveau relationnel et institutionnel. Je suis aussi particulièrement sensible aux légitimations qu’on peut construire (les discours) pour justifier son action (les pratiques). Ces préoccupations se traduisent dans les domaines de recherche suivants :

Continuer la lecture de Les historiens de l’UCL – Silvia Mostaccio

Musées-valises sur les relations belgo-allemandes au 20e siècle

Une coopération entre l’Université catholique de Louvain et l’Universität Paderborn, dont nous attendons la suite….

Geneviève Warland (UCL),
chargée de cours invitée en FIAL, responsable de la filière communication de l’histoire

La vie de la caserne Adam à Soest dans les années 60-70, Une enfance dans la ville de garnison de Soest dans les années 50, J’avais vingt ans en 1945 à Soest, La contrebande de café sur la frontière belgo-allemande après la seconde guerre mondiale, Les relations entre soldats allemands et femmes belges au cours des deux guerres mondiales, Les camps de prisonniers belges en Allemagne pendant la première guerre mondiale, L’espionnage pendant la grande guerre en Belgique, Les traces mémorielles des deux guerres sur le territoire belge, tels sont les thèmes de musées-valises réalisés par des étudiants en langue, littérature et culture francophone de l’Université de Paderborn avec la collaboration d’étudiants en histoire de l’Université catholique de Louvain (UCL). Ce projet relève du domaine de la Public History, les valises offrant un regard sur le passé à la fois documentaire, ludique et artistique. Il repose sur la coopération entre deux professeures, Sabine Schmitz, détentrice de la chaire des cultures et littératures romanes à l’Université de Paderborn et directrice du Belgienzentrum ou BELZ (le seul centre d’études belges en Allemagne), et Geneviève Warland, qui enseigne la communication de l’histoire et est responsable de cette filière à l’UCL. En outre, il a bénéficié de l’expertise de Christoph Brüll, chercheur à l’Université de Luxembourg et spécialiste des relations belgo-allemandes particulièrement dans l’après-seconde guerre mondiale, pendant la semaine de travail en commun à Paderborn (du 14 au 17 mai 2018).

Continuer la lecture de Musées-valises sur les relations belgo-allemandes au 20e siècle

Journée du CORSCI

Le 23 mai prochain, la journée du CORSCI sera l’occasion de discuter avec deux historiens, Paul Bertrand et Quentin Verreycken, de la communication scientifique à l’ère numérique

Programme : https://uclouvain.be/fr/mondesnumeriques/evenements/la-communication-scientifique-a-l-ere-numerique.html

Inscription : https://uclouvain.be/fr/mondesnumeriques/inscriptions-journee-autour-de-la-communication-scientifique-a-l-ere-numerique.html

Soutenance publique de thèse

Soutenance publique de thèse
pour l’obtention du grade de Docteur en Histoire, art et archéologie

Quentin VERREYCKEN

L’Etat de grâce.
Guerre et usage du pardon en Angleterre, France et anciens Pays-Bas au XVe siècle

 

Le lundi 30 avril 2018, à 14h30
Salle du Conseil, Collège Erasme
Place Blaise Pascal, 1 Louvain‐la‐Neuve

Colloque et ateliers – Humanités numériques : de nouveaux outils pour le médiéviste. 38e journée d’étude du RMBLF

Programme et informations pratiques : ici

L’informatique, on le sait, s’est aujourd’hui imposée comme un outil incontournable pour le médiéviste. Depuis plusieurs décennies, bon nombre d’historiens, d’historiens de l’art et de philologues du Moyen Âge appuient en effet leurs travaux sur des corpus diplomatiques, des éditions numériques et des bases de données dont la conception a, parfois, été pensée dès le milieu des années 1980. Pourtant, en dépit des apparences, l’exploitation de ces instruments de recherche et de ces corpus demeure globalement en-deçà de leurs potentialités. Hormis quelques notables exceptions, rares sont les médiévistes à s’être engagés dans une approche quantitative globale et fouillée de ces ensembles documentaires numérisés. Les formidables instruments de travail à disposition des chercheurs, dont le Thesaurus Diplomaticus et sa nouvelle mouture des Diplomata Belgica constituent d’excellents exemples belges, sont ainsi trop souvent cantonnés à une fonction unique : celle de servir de répertoires d’éditions. Sans être exclusives des approches plus traditionnelles – bien au contraire –, de nouvelles méthodes d’analyse permettent pourtant d’interroger sur d’autres bases ces corpus documentaires. La portée et la pertinence de ces approches s’accroissant au fil des ans, tout laisse présager qu’elles autoriseront, bientôt, l’émergence de nouvelles formes d’exploration de l’histoire, des arts et des littératures du Moyen Âge, dans lesquelles l’expérimentation et l’innovation méthodologiques occuperont sans aucun doute une place majeure.

L’ambition de cette rencontre bilingue (anglais/français) destinée en particulier aux jeunes chercheurs et aux étudiants sera, d’une part, d’illustrer combien et comment les humanités numériques contribuent à redynamiser de nombreux champs de recherche en études médiévales et, d’autre part, de fournir une première initiation à certains outils de travail dont les rudiments peuvent s’acquérir au prix d’efforts mesurés. La focale portera sur trois méthodes d’analyse quantitative des sources textuelles : 1) l’analyse de réseaux, qui, par l’utilisation de calculs et de graphes, permet d’étudier les relations entre entités sociales, et ainsi de mieux comprendre certains phénomènes sociaux ; 2) le text mining, qui vise à explorer de vastes ensembles documentaires numérisés pour en extraire des données textuelles exploitables par le chercheur ; 3) la stylométrie, dont l’ambition est d’étudier le style propre d’un auteur par le recours à des outils statistiques et, partant, de jeter une lumière nouvelle sur les questions d’attribution.

Concrètement, la rencontre s’articulera en deux temps. La première journée, organisée à l’Université de Namur, illustrera les potentialités de l’analyse de réseaux, du text mining et de la stylométrie dans le cadre de présentations mêlant réflexions méthodologiques et études de cas. La seconde journée, prévue à l’Université catholique de Louvain (Louvain-la-Neuve), adoptera, quant à elle, une visée plus pédagogique, puisqu’elle proposera une initiation aux méthodes de l’analyse de réseaux, du text mining et de la stylométrie à travers des ateliers ouverts aux débutants. Ces journées d’étude ont avant tout l’ambition de défricher le terrain en vue de l’éventuelle organisation d’autres activités liées aux humanités numériques. Elles aboutiront à la mise en ligne d’un répertoire synthétique décrivant les potentialités et les limites des outils numériques utilisés par les intervenants.

Ce rendez-vous sera organisé conjointement par le Réseau des Médiévistes belges de Langue française (groupe de contact du F.R.S.-FNRS), qui a depuis quelques années entamé sa « mue numérique », et par les groupes de recherche « PraME – Pratiques médiévales de l’écrit » (Université de Namur) et « H37 – Histoire et cultures graphiques » (Université catholique de Louvain).