Retour sur… « Accueillir toute la misère du monde » – Laurence van Ypersele

Populations civiles en danger :
les réfugiés, évacués, déplacés et autres déportés de la Première Guerre mondiale
Professeur ordinaire à l’Université catholique de Louvain

La Première Guerre mondiale fut le théâtre de déplacements de populations inouïs. Des millions d’hommes, de femmes et d’enfants furent jetés sur les routes. Les uns fuient volontairement les combats, d’autres y sont forcés par les autorités militaires, d’autres encore sont déplacés, voire exterminés, pour des raisons de politique intérieure. On parle d’exilés, de réfugiés, d’évacués, de déplacés, de déportés… Un véritable chaos qui traverse toute l’Europe.

Etonnamment, ces aspects traumatiques de l’expérience de guerre ont été largement négligés pendant longtemps dans l’historiographie de la Grande Guerre qui se focalisait essentiellement sur l’horreur des tranchées. Mais depuis une vingtaine d’années, les recherches montrent combien les civils furent exposés aux violences et soumis à des déplacements au cours de cette guerre. Que ce soit sur le front ouest, ou encore plus sur les fronts est et sud-est, les civils ne furent pas seulement des victimes collatérales, mais bien des cibles délibérément visées. Les déportations organisées par l’Etat, le travail forcé, les problèmes de gestion des réfugiés, le génocide, autant de réalités généralement associées à la Deuxième Guerre mondiale, sont en fait des innovations structurelles de la Première Guerre mondiale qui montrent combien le processus de totalisation est au cœur même de cette guerre.

Dès le début de la guerre, face à la violence de l’invasion en août 1914, un million et demi de Belges quittent le territoire (et c’est sans compter tous ceux qui ont quitté leur foyer pour se réfugier dans la ville la plus proche). Mais au début 1915, 900.000 d’entre eux reviennent, un règlement sur les habitations vides mettant leurs biens en danger. Les 600.000 autres Belges restèrent dans les pays voisins, en France, en Grande-Bretagne ou en Hollande. Les chiffres sont éloquents : le 1er janvier 1915, la France compte plus d’un demi million de réfugiés. En 1916, on atteint le chiffre d’un million et fin 1918 près de deux millions. En Hollande, par contre, c’est en 1914 que les chiffres sont les plus levés : 700 000 Belges arrivent en catastrophe. Mais dès 1915, ils ne seront plus que 100 000. Si au départ les réfugiés belges suscitèrent un formidable élan de générosité dans les pays d’accueil émus par le sort de la « Poor little Belgium » largement diffusé par la propagande alliée, la guerre s’éternisant, la sympathie s’essouffla et les Etats durent pallier les déficiences de l’aide privée. En fait, rien n’avait été prévu, puisque la guerre devait être courte selon les prévisions de tous. Les organisations charitables et l’accueil de particuliers furent donc nécessaires. Mais, dès la fin 1914, en France, est créé une allocation pour les réfugiés non seulement français, mais également belges ou autres ressortissants de pays amis (ce qui sera contesté plus tard). Les réfugiés étaient répartis sur le sol français, tantôt dans des zones industrielles, tantôt à la campagne selon les besoins. Seuls les réfugiés qui avaient un travail pouvait choisir où aller. Ils étaient logés chez des particuliers ou dans des bâtiments vides. Car jamais la France ne se résolut aux logements collectifs et aux camps. En Grande-Bretagne, ce sont essentiellement des organismes charitables qui se mobiliseront pour venir en aide aux réfugiés, même si dans le courant de l’année 1915, l’aide du gouvernement s’avéra là aussi nécessaire. Des « hostels for refugees » furent mis à la disposition des réfugiés, c’est-à-dire des logements collectifs gérés par les comités locaux. Mais, cette solution suscita de nombreux heurts entre réfugiés qui supportaient difficilement la promiscuité et le mélange social. Toutefois, les autorités comme le War refugees comitee (l’organisme de charité le plus important) feront la différence entre les réfugiés d’origine modeste et les « better class refugees » qui furent mieux traités. En Hollande, pays neutre qui fut indigné par les massacres de civils en août 14, la vague de solidarité est réelle : de nombreux réfugiés furent accueillis dans des familles (17 000 à Rotterdam), mais cet effort spontané ne suffit pas. Et les autorités, pour parer au plus pressé, accueillirent des centaines de milliers de réfugiés dans des camps militaires, puis organisèrent des camps de réfugiés permanents avec baraquements en bois, réfectoires, lavoirs et ateliers, le tout gardé par des gendarmes – autant dire qu’il s’agit d’un régime quasi carcéral, puisque la liberté de mouvement est profondément entravée. En fait, les autorités néerlandaises incitent les réfugiés à rentrer chez eux.

Car l’image positive du pauvre réfugié s’inversa rapidement. Le fait que peu de réfugiés s’engagèrent comme volontaires de guerre fut le premier élément qui fissura l’image positive. Ensuite, ils furent accusés de tout et son contraire : si le réfugié travaille, on l’accuse de prendre les emplois des locaux, s’il ne travaille pas, on l’accuse d’être un parasite, un profiteur et un paresseux, voire un séducteur. En outre, l’attachement aux coutumes locales (notamment alimentaires) est perçu comme un refus de s’intégrer… En réalité, plus de 80% des réfugiés travailleront et participeront ainsi activement à l’effort de guerre, notamment en travaillant dans les usines d’armement en Grande-Bretagne où les réfugiés devinrent un véritable enjeu économique (puisqu’on ira jusqu’à faire venir des travailleurs belges qui étaient réfugiés en Hollande et que l’on exfiltra des ouvriers qualifiés du pays occupé).

Durant toute la guerre, suivant l’évolution du front (notamment lors du retrait allemand sur la ligne Hindenburg en 1917) de nouveaux groupes devront fuir spontanément ou de force les bombardements et les combats. Des milliers de Français de Nord devront ainsi quitter leur village et s’exiler dans leur propre pays. Bref, ces civils déjà traumatisés par leur expérience de guerre se voyaient stigmatisés et réduit à leur seule identité de « réfugié ». Comme en témoigne ce réfugié belge : « On était toujours le réfugié. C’est le nom qu’on avait : réfugié (…) C’était comme une sorte de sobriquet. On n’y peut rien, on est ruiné, et voilà qu’ils parlent encore de réfugié. (…) Nous n’étions plus personne ».

On le voit, les combats ont provoqué l’évacuation forcée ou la fuite spontanée de centaines de milliers de Belges et de Français du Nord. Mais cette réalité est encore plus importante sur le front Est et sur le front méridional qui sont toujours restés en mouvement. L’invasion de la Serbie par l’Autriche et la Bulgarie provoqua une véritable catastrophe humanitaire. Tandis que l’invasion de la Prusse orientale par les troupes du Tsar provoqua la fuite de quelque 870 000 allemands vers l’Ouest, ce qui représenta un lourd fardeau pour l’économie du Reich par ailleurs asphyxiée par le blocus économique britannique. En Autriche le nombre de réfugiés (venus de Bosnie, de Galicie, du Trentin, etc) s’éleva à un demi million à l’été 1915. Et l’entrée en guerre de l’Italie en mai 1915 provoqua l’exode de près de 100 000 habitants de souche italienne de l’Empire austro-hongrois vers l’Italie pour participer à l’effort de guerre italien. En outre, face à la progression de l’armée italienne en territoire autrichien, les autorités évacuèrent les populations italophones par peur d’une trahison. Durant toute la guerre, la méfiance des autorités austro-hongroise vis-à-vis de ses minorités (polonaises, tchèques, etc) suscita des déplacements forcés vers des camps de concentrations rudimentaires. De même, l’empire ottoman se méfie de ses minorités, surtout la minorité arménienne puisque cette communauté est géographiquement répartie sur deux empires ennemis (l’empire ottoman et l’empire russe). Dès janvier 1915, les autorités ottomanes décident de régler définitivement ce problème. Le 24 avril 1915, le processus est déclenché : à Constantinople, un millier d’intellectuels et de notables sont arrêtés et exécutés. Et la déportation forcée des arméniens, des syriaques et des grecs pontiques vers les déserts de Syrie commence. Bien peu en sortiront vivants. Au total, les trois quarts de la communauté arménienne disparaîtront. Pour échapper à ce génocide, quelques dizaines de milliers d’arméniens réussiront à fuir vers l’Europe de l’ouest où ils formeront une diaspora qui existe toujours.

Quant à l’empire russe, sans aller aussi loin, les autorités profitèrent du contexte de la guerre pour déporter des minorités gênantes telles que les Tchétchènes ou les Juifs. En fait, au moment où l’empire russe quitte la guerre pour basculer dans la révolution, on compte environ 7 millions de déplacés. Ces réfugiés forcés n’ont pas traversés de frontières, ils sont déplacés à l’intérieur de l’empire. Or, la plupart de ces réfugiés, contrairement à ce que les autorités militaires russes prétendaient, n’ont pas fuit les combats et les actions punitives de l’ennemi, mais ont été déplacés parce qu’ils appartenaient à des minorités soupçonnées de déloyauté envers l’empire. Ils partent avec peu de choses et rien n’est prévu pour eux. Ils déferlent dans les grandes villes où ils sont mal accueillis. Dans l’urgence, on les loge dans des gares, des synagogues, des casernes, des monastères et même des prisons. Nombre d’entre eux, particulièrement les femmes et les enfants, furent exploités de façon dramatique. Des camps de concentrations sont organisés dans des conditions déplorables. Les épidémies y font des ravages. Des dizaines de milliers de réfugiés n’en sortiront pas vivants.

On le voit, les réfugiés ne sont pas seulement des gens qui fuient les combats et l’ennemi. Il y a également, surtout dans les empires multiethniques, des réfugiés ou déplacés qui sont la cible de leur propre gouvernement. En effet, durant cette guerre des patries, on assiste à un rétrécissement des identités dans une vision « totalisée » du citoyen dont on attendant une loyauté absolue vis-à-vis de l’Etat. Souvent, le simple fait d’être une minorité différant de la majorité par son origine ethnique (comme le Juifs ou les Tchétchènes) ou sa nationalité (les étrangers) suffisait à rendre une population suspecte au yeux du gouvernement et de ses concitoyens, les populations ethniquement proches de l’ennemi (comme les Arméniens de l’Empire ottoman) étaient encore plus en danger. La durée de la guerre et les sacrifices qu’elle impliqua renforcèrent la peur de l’ennemi de l’intérieur. Les minorités perçues comme une menace pour la sécurité et étrangères à la communauté nationale en furent particulièrement affectées. Au sein des cultures de guerre, elles brouillaient les lignes manichéennes entre ami et ennemi, bien et mal, civilisation et barbarie. Paradoxalement, la sacralisation de la nation en guerre déboucha dans de nombreux cas sur des violences extrêmes de la nation contre ses propres minorités qui furent déplacées de force et qui souvent durent fuir pour ne pas mourir, alimentant des diasporas de plus en plus importantes.

A la fin de la guerre, la question du rapatriement devint urgente. Mais force est de constater que la priorité était le rapatriement des soldats, y compris les prisonniers de guerre. La plupart des réfugiés avaient hâte de rentrer chez eux. Ils prirent donc la route spontanément, par leurs propres moyens. Ce qui provoqua de nouveaux mouvements de populations assez peu cadrés. Sans compter que la dislocation des grands empires et la révolution russe provoquèrent encore d’autres mouvements de populations… Mais c’est là une autre histoire.

Pour conclure, on peut dire que c’est avec la Première Guerre mondiale que la catégorie « réfugié » fit son entrée dans la vie politique et dans l’opinion publique, en tant que problème à gérer ou à résoudre. Car, partout, être qualifié de « réfugié » avait (et a malheureusement encore) quelque chose de dégradant. Or, cette étiquette cache des situations et des expériences très diverses : ceux qui ont fui spontanément les combats (les exilés), ceux qui ont été forcé par des autorités militaires de quitter son foyer soit pour leur propre protection (les évacués), soit parce qu’ils sont perçus comme des ennemis de l’intérieur (les déplacés). Il y a ceux qui sont accueillis avec compassion, il y a ceux que l’on exploite, il y a ceux que l’on assassine…  Mais quelle que soit la diversité des cas, tous furent écartés des mémoires de guerre. Assimilés aux embusqués, soupçonnés de ne pas avoir endurés les souffrances nationales, ils rentrèrent – quand ils le purent – sur la pointe des pieds et ne revendiquèrent ni reconnaissance ni monuments. Leur expérience de guerre fut donc vite oubliée. Mais les blessures et les traumatismes restèrent gravés dans les corps et dans les cœurs.

Louvain-la-Neuve, 6 octobre 2015

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.