Retour sur… « Accueillir toute la misère du monde »

La commission de programme en Histoire, avec le soutien du groupe « Soutien de la communauté UCL aux réfugiés » – J. Mazzocchetti, a organisé, le 6 octobre 2015 de 14 à 16h (auditoire Agora10), une conférence-débat sur le thème « Accueillir toute la misère du monde ». Les migrations, des difficultés et des opportunités pour l’Europe. Visions d’historiens.
Les communications des participants sont disponibles sur le carnet dans leur intégralité (voir ci-dessous)

« On ne peut pas accueillir toute la misère du monde »: combien de fois avez-vous entendu ces mots ces derniers jours. Prononcés sentencieusement par des hommes et des femmes dont vous savez que, pour la plupart, ce sont de vrais démocrates, des personnes foncièrement bienveillantes. Mais effrayées. La peur, cette maladie des hommes qui court au fil des siècles, comme une épidémie, avec ses reprises et ses pics mortifères. La peur de l’autre, de celui qui ne nous ressemble pas ou pas trop, mais aussi de celui qui professe une religion qui inquiète dans ses dérives extrémistes.

Nous sommes tous confrontés au drame des réfugiés venus d’Afrique, du Proche et du Moyen Orient, drame face auquel l’Europe réagit de manière si diverse. Cela génère des réactions d’une admirable humanité, mais aussi ravive de vieilles peurs justifiées de mille façons, et donc des rejets violents.

Les historiens, des hommes et des femmes comme les autres, sont interpellés par l’appropriation sociale de l’arrivée des réfugiés. A Louvain-la-Neuve, les historiens se sont dit qu’il était temps de parler d’Histoire. Ils veulent présenter la complexité de notre Europe (et du monde), montrer qu’elle est un habit d’arlequin, composé de mille et mille couches d’immigration, depuis l’antiquité classique jusqu’aux grands appels à la main-d’oeuvre immigrée de la fin du XXe s. Les historiennes et les historiens de l’UCL voudraient ainsi déconstruire les angoisses qui empèsent le discours public et proposer un débat scientifique et critique autour de l’histoire des migrations, tentant de couper court à certaines errances et manipulations médiatiques. Et montrer aussi qu’au-delà des terribles souffrances de l’immigration, une fois les larmes séchées et les douleurs apaisées, les populations accueillies apportent de nouvelles façons de penser, de nouvelles forces, de nouvelles découvertes, de nouvelles façons de vivre.

Nous voudrions donc, au fil de cette journée, évoquer des exemples clés, au fil de l’histoire, de ces mouvements de population qui ont enrichi l’Europe et la Belgique, afin d’illustrer la souffrance vécue par les migrants dans l’histoire: souffrance physique et morale, aussi bien avant de partir qu’en arrivant en terre d’immigration ; aussi afin de montrer les difficultés de l’accueil de ces migrants/réfugiés, sur tous les plans ; de souligner les volontés et gestes « d’intégration » de part et d’autre ; enfin, de mettre en évidence, les transformations induites par ces migrations dans les pays d’accueil comme dans les pays quittés, à plus longue échéance cette fois. De la sorte, nous espérons stimuler et nourrir le débat public, apaiser des tensions et construire les bases d’une réflexion plus sereine.

Programme

Mot d’accueil : décanat
Paul Bertrand, Introduction
David Colling, Germains dans l’armée romaine : migrations au sein de l’Empire romain au siècle de l’édit de Caracalla
Geneviève Warland, Fuir l’Inquisition et découvrir le chocolat: l’histoire des Juifs de Bayonne, un cas pas tout à fait à part…
Laurence van Ypersele, Populations civiles en danger durant la Première Guerre mondiale
Emmanuel Debruyne et Alicia Schamroth, Centres d’hébergement ou camps d’internement? La Belgique face à l’accueil des réfugiés juifs allemands, 1938-1940.
Pierre Tilly, La crise des clandestins à Bruxelles en 1974: une occasion manquée vers une intégration économique et sociale?
J. Mazzocchetti, Et maintenant ? Mots de conclusion et d’envoi


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.