Les historiens de l’UCL – Laurence van Ypersele

Professeur ordinaire à l’Université catholique de Louvain où elle enseigne l’histoire contemporaine et la critique historique, elle est spécialiste de la Première mondiale et de sa mémoire; ainsi que de l’imagerie politique de la Belle Epoque à la Seconde Guerre mondiale. Membre du comité directeur de l’Historial de la Grande Guerre (Péronne, France), elle a été Présidente du comité de pilotage “commémorer 14-18” pour les gouvernements de la Wallonie et de la Fédération Wallonie-Bruxelle, de 2011 à 2014. Elle dirige actuellement le projet Belspo Memex WWI, « Reconnaissance et ressentiment : expériences et mémoires de la Grande Guerre en Belgique » (2013-2017).

Elle a notamment publié :

  • van Ypersele, Le roi Albert, histoire d’un mythe, Ottignies-Louvain-la-Neuve, Quorum, 1995, 411p.
  • van Ypersele, Une Impératrice dans la nuit. Correspondance inédite de Charlotte de Belgique (février-juin 1869), Ottignies – Louvain-la-Neuve, Quorum, 1995, 144p.
  • van Ypersele, « L’imaginaire catholique dans la caricature politique belge de 1884 à 1914 », in Politique, imaginaire et éducation. Mélanges en l’honneur de Jacques Lory, textes réunis et présentés par F. Maerten, J.P. Nandrin & L. van Ypersele, Bruxelles, Faculté universitaire Saint-Louis (Cahiers du centre de recherches en histoire du droit et des institutions, 13-14), 2000, p.17-87.
  • van Ypersele «  Sus au Cléricalisme ! La caricature anticléricale au XIXe siècle », in Le Choc des Libertés. L’Eglise en Luxembourg de Pie VII à Léon XIII (1800-1880), Bastogne, Musée en Piconrue, 2001, p.75-83.
  • van Ypersele & E. Debruyne (avec la collaboration de S. Claisse), De la Guerre de l’ombre aux ombres de la guerre. L’espionnage de 14-18 en Belgique occupée. Histoire et mémoire, Bruxelles, Labor, 2004, 316p.
  • van Ypersele, « Belgien und die Ruhrbesetzung : Wagnisse und Erwartungen », in G. Krumeich & J. Schöder (éds), Der Schatten des Weltkriegs. Die Ruhrbesetzung 1923, Düsseldorf, Klartext, 2004, p.99-118.
  • van Ypersele (dir.), Questions d’histoire contemporaine : Conflits, mémoires et identités, Paris, PUF (Quadrige), 2006, 245p.
  • Rousseaux & L. van Ypersele (dir.), La Patrie crie vengeance ! La répression des inciviques après la guerre 1914-1918, Bruxelles, Le Cri, 2008, 437p.
  • van Ypersele, « Sortir de la Grande Guerre : la Belgique », in S. Audoin-Rouzeau & Ch. Prochasson (dir.), Sortir de la Grande Guerre, le monde et l’après-1918, Paris, Tallendier, 2008, p. 213-236.
  • van Ypersele, « Mourning and Memory, 1919-1945 », in J. Horne (dir.), A Companion to World War I, London, Wiley-Blackwell, 2010, p.576-590.
  • van Ypersele, « Les héros nationaux de la Grande Guerre en Belgique : mémoire collective et enjeux identitaires », in Quand les canons se taisent – En toen zwegen de kanonnen – When the guns fall Silent, Bruxelles, AGR-MRA (Etudes sur la Première Guerre mondiale, 18), 2010, p. 417-448.
  • Debruyne & L. van Ypersele, Je serai fusillé demain. Les dernières lettres des patriotes belges et français fusillés par l’occupant. 1914-1918, Bruxelles, Racine, 2011, 251p.
  • van Ypersele, « A l’ombre du Soldat Inconnu : les pratiques mémorielles autour de la colonne du Congrès à Bruxelles au 20e siècle », in Revue du Nord, Lille, t.96, n°404-405, janvier/juin 2014, p.331-346
  • van Ypersele, E. Debruyne & Ch. Kesteloot, Bruxelles, la mémoire et la guerre. 1914-2014, Waterloo, La Renaissance du Livre, 2014, 351p.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.