Martyrs politiques (XIIe-XVIe siècle)

Colloque international
Sous la direction de Gilles Lecruppe
24, 25 novembre 2016
Auditoire Socrate 40

Le Moyen Âge occidental connaît, en particulier dans le dernier tiers de la période, un déplacement des logiques martyriales vers des sphères laïques qui sont à la fois celles des autorités, mais aussi des sujets et des fidèles qui participent de la fabrique de ces «martyrs politiques médiévaux». Oubliant l’utilisation du martyre chrétien dans la propagande liée au pouvoir, c’est la piste des martyrs « hors la foi » que nous nous proposons d’explorer. Le martyr politique ne répond pas à un profil unique. On l’imagine certes dissident, engagé au service d’une cause qui l’oppose aux puissants, toujours susceptibles de le récupérer, néanmoins, surgissant et souffrant dans un contexte de tensions politiques avérées, dont découlent directement des violences considérées comme injustes par son camp, et mis à mort dans des conditions anormales, érigé en figure héroïque et vénérable par ses partisans au point d’être l’objet d’un culte et de récits identitaires, voire légendaires, à la postérité plus ou moins importante. Ce schéma, pour être classique, n’épuise pas la gamme des possibles. Figures exemplaires de leur vivant, agissant ou non en conscience pour incarner un idéal précis, nous nous appliquerons à distinguer les martyrs dont le potentiel d’identification est valorisé immédiatement de ceux qui sont construits a posteriori, dans un intérêt distinct de celui qui avait animé les combats de la victime. Il sera peut-être possible, de ce fait, de proposer une typologie des martyrs politiques pour une longue fin du Moyen Âge et pour le premier siècle d’une modernité qui ne constitue peut-être pas une rupture sur ce plan (XIIe -XVIe siècles)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.