Les historiens de l’UCLouvain – Antoine Renglet

Page institutionnelle UCLouvain

Spécialiste de l’histoire de la police, de la Révolution et du Premier Empire ainsi que d’histoire urbaine aux 18e et 19e siècles, Antoine Renglet est docteur des Universités de Lille et de Namur (2016). Sa thèse réalisée sous la direction de Catherine Denys et d’Axel Tixhon portait sur les évolutions des systèmes policiers des villes de l’espace belges des Révolutions à la fin de l’Empire napoléonien (1780-1814).
En 2014, il a été chercheur invité à l’Université de Californie à Berkeley et en 2016, postdoctorant à l’Université Goethe de Francfort/M. Après avoir travaillé dans le milieu bancaire, Antoine Renglet a été, en 2017-2018, attaché temporaire d’enseignement et de recherches à l’Université de Lille. Depuis 2018, il est chargé de recherches du FNRS au CHDJ où il poursuit ses travaux sur les polices urbaines en Europe aux 18e et 19e siècles. Il est en outre chargé de cours invité à l’Université de Namur. En 2019-2020, il sera postdoctorant à l’Université Goethe de Francfort/M. grâce à une bourse de la Fondation Alexander von Humboldt.

Il a notamment publié :
Renglet A., « Un système policier impérial ? Le commissaire général et la police municipale d’Anvers, 1808-1814 », in : Crime, histoire et sociétés, vol. 20, n° 1, 2016, p. 107-127.
Renglet A., « Le comité de surveillance et la police de Liège en l’an III. Une institution extraordinaire à l’épreuve de l’ordinaire ? », in : Revue du Nord, vol. 97, n° 409, 2015, p. 137-156.
Renglet A. et Tixhon A. (éd.), Un commissaire de police à Namur sous Napoléon. Le registre de Mathieu de Nantes (10 vendémiaire an XIII-28 août 1807), Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain, 2013 (Histoire, justice, société), 329 pages.
Renglet A., Une police d’occupation ? Les comités de surveillance du Brabant sous la seconde occupation française (1794-1795), Bruxelles, Archives générales du Royaume, 2011, 185 pages.
Renglet A., « Les comités de surveillance et l’occupation du Brabant, 1794-1795 », in : Annales historiques de la Révolution française, n° 368, 2012, p. 105-128.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.