La Bavière face aux crimes du national-socialisme

Emmanuel Debruyne et Geneviève Warland

Telle était la thématique qui a servi de fil conducteur à un voyage culturel des historiens en Master Histoire à l’UCLouvain du 15 au 21 avril 2019 sous la houlette des professeurs Emmanuel Debruyne et Geneviève Warland grâce à une généreuse subvention de la Cellule Démocratie ou Barbarie de la Fédération Wallonie Bruxelles et à un financement de la Commission de Programme Histoire de l’UCLouvain.

Trois thèmes motivaient le périple en Bavière de Munich à Nuremberg en passant par Augsbourg : le premier concernait les crimes commis par le régime nazi ; le deuxième était lié au premier procès international pour crimes contre l’humanité ; le troisième se rapportait aux exactions contre la population allemande à la sortie de la guerre. Il s’agissait de considérer, à l’échelle d’une région et d’un point de vue historique et mémoriel, les ressortissants d’un pays à travers les rôles qu’ils avaient joués et les péripéties qu’ils avaient traversées sous un angle double : d’abord, celui de bourreaux ou d’acteurs plus ou moins impliqués dans la terreur du régime nazi ; ensuite, celui de victimes pour certaines catégories de ressortissants allemands, victimes du régime ou, au sortir de la guerre, chassés de leur terre natale ou, pour prendre le terme allemand ad hoc, de leur Heimat.

Le programme s’est structuré en trois parties, chacune correspondant à un séjour de deux nuitées dans une ville. Chaque partie envisageait les angles du projet, au travers d’activités différentes telles que visite de lieux de mémoire (université de Munich, camp de Dachau, etc.), d’institutions dédiées à la communication de l’histoire (centres de documentation de Munich et de Nuremberg, musée juif d’Augsbourg) et de centres de recherche (Institut für Zeitgeschichte, Bukowina Institut). Le séjour à respectivement Munich, Augsbourg et Nuremberg s’ouvrait sur une visite de la ville afin de mieux comprendre le contexte local dans lequel s’inséraient les expériences de visite et de rencontre avec des chercheurs et/ou des témoins.   

Munich : berceau et capitale du national-socialisme

C’est de là que le national-socialisme a pris son envol, et le putsch avorté de la brasserie de Munich en 1923 ne l’a pas vraiment freiné. Hitler était la coqueluche de la petite bourgeoisie munichoise et même de quelques grandes familles d’industriels qui l’ont soutenu politiquement et financièrement. C’est un des enseignements majeurs du NS-Dokumentationszentrum, construit sur le site de l’ancien quartier-général du parti national-socialiste. Ce centre d’interprétation représente un des incontournables d’une visite munichoise consacrée à la thématique qui était la nôtre. Un autre incontournable est le bâtiment historique de l’université de Munich, haut lieu symbolique de la résistance au nazisme et de sa répression : c’est là que les résistants au régime Sophie et Hans Scholl furent arrêtés en février 1943 suite à la diffusion de leurs tracts. La mémoire de la Rose Blanche y est très présente, à la fois au travers de mémoriaux dans et devant le bâtiment, et grâce à l’intéressant centre de documentation sur ce groupe d’étudiants, établi dans le sous-sol de ce même bâtiment et présentant notamment le texte complet des différents tracts diffusés par le groupe.

Le séjour à Munich comportait aussi une partie scientifique avec la visite de l’Institut für Zeitgeschichte et de son centre d’archives. La présentation et la discussion avec le professeur Magnus Brechtken, directeur-adjoint de l’Institut, permirent de se rendre compte à la fois de l’importance de l’institution – qui emploie 200 personnes – et de ses enjeux en termes d’histoire du Temps présent et, l’un dans l’autre, de mieux saisir l’ampleur de la tâche de la recherche sur le régime nazi et ses conséquences sur la société allemande.

KZ-Gedenkstätte Dachau : premier camp de concentration et modèle de ces lieux paroxystiques de crimes de masse

La visite du camp-mémorial de Dachau constitue le moment le plus poignant du séjour, car ce vaste ensemble de baraques et de bâtiments utilitaires permet de saisir les rouages et l’horreur du système concentrationnaire nazi, également avec son espace réservé aux fours crématoires. Le monument du camp, inauguré en 1968, amène à réfléchir sur la construction mémorielle : composé de triangles de différentes couleurs, enchevêtrés, censés refléter la diversité des catégories de détenus et leur solidarité dans la souffrance, il exclut dans les faits trois couleurs, et par conséquent trois catégories de détenus : les verts (droit commun), les noirs (asociaux) et les roses (homosexuels). Cet oubli sera-t-il réparé un jour ? Qui sait… Au moins, à Berlin, les homosexuels persécutés par les nazis ont leur propre mémorial non loin de la Brandenburger Tor.

Augsbourg : un charme « multi-période » qui effacerait presque les traces de la Seconde guerre mondiale et du nazisme

Certes, Augsbourg, ancienne ville florissante de tisserands, ne vit pas sans ses canaux ni sans la cité de logements sociaux de la Fuggerei (16e siècle) (qui inclut un bunker des années 1940 permettant de se faire grâce aux photos une idée de ce qu’était la vie dans cette ville pendant la guerre). Augsbourg possède encore une imposante synagogue, construite au début du 20e siècle, « miraculeusement » épargnée par les nazis pour des raisons de sécurité, puis réhabilitée après la guerre, laquelle sert aujourd’hui de lieu de prière à une communauté de Juifs allemands russophones. L’histoire des Juifs à Augsbourg et des persécutions qu’ils ont connues à travers les âges est racontée dans le très intéressant Jüdisches Kulturmuseum Augsburg-Schwaben, attenant à la synagogue.

L’expérience humaine la plus forte du séjour a été réalisée dans cette même ville grâce au Bukowina Institut dont la directrice, la professeure Maren Röger, avait organisé une rencontre avec des Allemands expulsés d’Europe orientale à la fin et au sortir de la Seconde Guerre mondiale, la plupart originaires des Sudètes. Les échanges avec les victimes de ce passé douloureux permirent de découvrir par le bas l’histoire de ces 12 millions d’Allemands chassés d’Europe centrale et orientale, de leur départ souvent dans un climat de violence à leur arrivée dans une Allemagne en ruines, mais aussi les nombreuses questions identitaires que leur arrivée a engendrées, et qui se poursuivent aujourd’hui. Cette rencontre a bénéficié d’une mise en perspective historique préalable de Mme Röger, notamment par la découverte de la manière dont ces déplacés ou Vertriebene se perçoivent et appréhendent leur propre passé, et établissant ou non des liens avec les crises migratoires actuelles.

Augsbourg ne possède pas de musée ni de centre d’interprétation liés au national-socialisme et à la Seconde guerre mondiale. Et pourtant, la ville pourrait en avoir un : dans la « Halle 116 », un bâtiment qui avait accueilli des détenus concentrationnaires affectés au travail dans les usines d’Augsbourg, et qui avait ensuite servi de caserne à l’armée américaine. Les projets autour de sa réhabilitation sont cependant très controversés et partent dans différentes directions, comme l’a évoqué le professeur Günther Kronenbitter qui nous a fait visiter ce quartier excentré d’Augsbourg.

Nuremberg : de l’apogée du national-socialisme à sa chute et à sa condamnation

Nuremberg est un haut lieu de l’identité allemande, et cela avant que cette dernière ne soit galvaudée par les idéologies raciales du pangermanisme allemand puis du nazisme. La ville abrite, en effet, le Germanisches Nationalmuseum, créé en 1852, qui détient la plus grande collection d’objets et d’œuvres d’art reflétant la culture allemande. Mais notre intérêt s’est porté vers les deux lieux mémoriels du nazisme à Nuremberg qui représentent ses deux paroxysmes : folie des grandeurs dans le complexe des grands rassemblements du parti nazi, le Reichsparteitagsgelände et abysses des dérives d’un régime totalitaire, comme le montre le Memorium Nürnberger Prozesse. Établi dans le bâtiment même du procès, ce centre d’interprétation aborde non seulement le procès comme tel, de sa préparation au verdict en passant par ses principaux acteurs, mais il le resitue aussi dans le cadre plus large de l’élaboration et de l’évolution du droit international et de sa mise en œuvre, et ce jusqu’à nos jours avec les différents tribunaux ad hoc et les premiers procès de la Cour Pénale Internationale. Quant au Dokumentationszentrum Reichsparteitagsgelände, il met en évidence le caractère démesuré de l’idéologie nazie, tant dans ses projets et bâtiments architecturaux, symboliques, etc., que dans la manière dont ils étaient perçus à un niveau plus individuel.

En guise de conclusion

Ce voyage fut à la fois passionnant, très varié et très dense, mais aussi empreint de convivialité, tant au sein du groupe que lors des rencontres assez nombreuses avec les Allemands, qu’ils soient guides, historiens ou témoins. Les trois volets que nous entendions explorer d’un point de vue historique et mémoriel – à savoir les crimes du régime, la manière dont ils ont été réprimés, et les exactions subies par certaines portions de la population allemande – ont été pleinement rencontrés. Après le voyage à Berlin en 2017, celui de Bavière ne fait que renforcer l’idée que ces formes d’apprentissage sur les lieux mêmes des événements constituent un atout indispensable pour ancrer les connaissances historiques et pour vivre une expérience unique !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.