Reliques et croisades (12e-13e s.) Séminaire Master d’histoire médiévale 2019-2020 (LHIST 2260)

Paul Bertrand & Elodie Bardi

Les reliques des saints, ces parcelles de corps de personnages sacrés de la chrétienté, ont toujours fasciné. Souvent moquées, elles ont été dédaignées par les historiens pendant des années. Puis, à la fin du 20e siècle, l’histoire culturelle et l’anthropologie religieuse s’en sont emparées. Les recherches ont fleuri pour décrire la naissance du culte des reliques, sa transformation au fil du Moyen Âge, ses dérives et ses faussaires, les critiques dont il a fait l’objet dès les origines et surtout à partir du 16e s. L’histoire des reliques permet de mieux comprendre l’insertion du sacré dans le quotidien, cette intrusion fascinante de l’au-delà dans l’ici-bas. Il y a peu d’objets d’histoire qui témoignent aussi bien des accents quasi-magiques associés à la dévotion médiévale au quotidien.

Les « meilleures » reliques viennent évidemment de Terre Sainte, d’Orient, au plus près des origines de la foi chrétienne: reliques liées au Christ, à la vierge, à Marie-Madeleine, aux proches du Christ, aux apôtres, aux premiers martyrs chrétiens… Tout fait relique: os évidemment, mais aussi cheveux, sang, tissus, pierres, sable même… C’est à ces reliques venues d’Orient, auréolées du mystère et de l’authenticité des origines, que ce séminaire va s’intéresser.  Et en particulier les reliques liées aux croisades.

Les croisés et leurs entreprises dévastatrices en Orient vont transformer le paysage des reliques en Occident avec un nouveau courant d »importation’ de reliques venues de Terre sainte, réelles ou fausses évidemment. Avec une perspective d’histoire connectée, ce séminaire veut lancer une série d’enquêtes monographiques sur les reliques telles qu’elles apparaissent dans les chroniques et romans de croisade, dans les documents hagiographiques, dans les nombreuses chartes d’institutions chrétiennes orientales attestant du transfert vers l’Occident, par les étiquettes identifiant les reliques (dites « authentiques de reliques ») mais aussi dans les témoignages archéologiques comme les nombreux reliquaires dédiés à ces reliques (ainsi la croix dite byzantine d’Oignies, reproduite ici). Les enquêtes s’intéresseront principalement aux premières croisades, du 12e à la fin du 13e s., en incluant les pillages de Constantinople.

« morceau d’une pierre sur laquelle la vierge Marie avait l’habitude de s’asseoir » authentique de relique (13e s. – Oignies)

Chaque étudiant et étudiante prendra en main le dossier original qui l’intéresse et le poursuivra au fil des séances, pour en rendre une version écrite finale, qui pourra être publiée de manière abrégée sur le carnet des médiévistes de l’UCLouvain Neo.

Séance de présentation : 17 septembre, local C 228, 10h45

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.