Retour sur… « Accueillir toute la misère du monde » – Emmanuel Debruyne & Alicia Schamroth

La Belgique face à l’accueil des réfugiés juifs allemands

– 1938-1940 –

Emmanuel Debruyne & Alicia Schamroth

Introduction

Les personnes qualifiées de « juives » par le régime nazi qu’elles cherchent à fuir sont au cœur de notre propos. Nous utiliserons le terme de « réfugié » non pas dans son acception légale – d’autant que la Belgique ne leur a généralement pas octroyé ce statut -, mais bien dans son acception commune de « personne qui cherche ou qui trouve refuge », de personne dont la migration n’est pas tant un choix que le résultat d’une contrainte, en l’occurrence les persécutions raciales déclenchées par le régime nazi.

Nous nous focaliserons sur la période 1938-1940, qui voit l’ouverture sur le sol belge de centres où une partie de ces réfugiés sont rassemblés par les autorités belges. Ces centres doivent-ils être considérés comme des structures d’accueil au profit de personnes en difficulté ou au contraire comme des camps d’internement destinés à des individus jugés indésirables ? Telle est la question qui constituera le fil rouge de cet exposé.

  1. L’arrivée des réfugiés juifs d’Allemagne

A partir de 1933 à 1939, la persécution des Juifs par les autorités nazies entraîne un exode de plus en plus massif de ceux-ci vers l’étranger. Il convient de noter que durant cette période, la « solution » à la « question juive » que représente pour les nazis l’exode de nombreux Juifs d’Allemagne n’est pas un prélude conscient à la « solution finale ». L’extermination n’est pas à l’ordre du jour du régime hitlérien avant la guerre. En forçant l’émigration des Juifs, le parti nazi veut satisfaire deux objectifs politiques essentiels : « nettoyer » la société allemande de ses Juifs, et se débarrasser durablement d’opposants politiques réels ou potentiels. Il s’agit d’abord de les écarter de la vie publique et de l’économie, et de les pousser à quitter le pays.

Cet exode connaît plusieurs vagues, provoquées d’abord par l’arrivée au pouvoir des nazis en janvier 1933, puis par les lois raciales de Nuremberg en septembre 1935. Après la « pause » relative autour des jeux olympiques de 1936, l’année 1938 voit de nouveaux départs, plus massifs que jamais, provoqués par :

  • L’Anschluss, en mars 1938, qui étend les mesures antijuives aux Juifs autrichiens.
  • Les violences de la Nuit de Cristal, en novembre 1938.
  • De nouvelles mesures d’exclusion et de dépossession dans les jours qui suivent la Nuit de Cristal.

Alors que les premières années avaient surtout concerné des Juifs plus ou moins aisés, ce sont désormais ceux des classes les plus modestes qui se résignent à émigrer. Ils ne peuvent emporter que le strict nécessaire, tandis que le Reich nazi les dépossède de ce dont il ne s’est pas encore approprié par voie législative. Cette politique de dépossession systématique de la communauté juive poursuit trois objectifs :

  • Alimenter les caisses de l’Etat nazi, qui a besoin de fonds pour édifier sa machine de guerre.
  • S’attirer les sympathies de la population allemande en redistribuant les emplois et les biens spoliés.
  • Jeter sur les routes des centaines de milliers de juifs démunis, de manière à ce qu’ils deviennent une charge pour les Etats vers lesquels ils migrent et qu’ils viennent à leur corps défendant nourrir l’antisémitisme au sein des sociétés d’accueil. L’Etat nazi exporte ainsi la « question juive » qu’il a lui-même créée.

Des milliers de Juifs prennent la route de la Belgique, avec l’espoir de s’y établir ou simplement d’y faire étape.

  1. Les hésitations de la politique belge face aux réfugiés

Dès 1933, une coopération s’instaure entre le ministère de la Justice et des organismes juifs d’aide aux réfugiés créés pour la circonstance. Les autorités belges sont partagées entre une tradition séculaire d’accueil des personnes persécutées, mise à mal depuis la Première Guerre mondiale, et un contexte de crise économique qui, craint-on, risque d’être aggravé par l’arrivée de ces réfugiés.

Ces migrants ne bénéficient cependant pas du statut légal de « réfugié politique », qui est à ce moment, il convient de le rappeler, une faveur de l’État et non un droit individuel. En effet, le concept même de persécution raciale est totalement neuf et complètement étranger à la législation belge, qui ne connaît pas de distinction « raciale ». En pratique, les autorités belges refoulent les migrants clandestins surpris dans la zone frontalière, mais tolèrent ceux parvenus en territoire belge.

Cette relative tolérance est favorisée par la prise en charge des plus démunis par les œuvres de bienfaisance juives. Toutefois, cette politique se veut temporaire. Seule une poignée de ces migrants, jugés utiles à l’économie belge, reçoit de la part des autorités belges un titre de séjour de longue durée. Les autres sont censés préparer leur émigration définitive à l’étranger. Plusieurs milliers parviennent effectivement à émigrer, en général à destination du continent américain ou de la Palestine. Cependant, au fil des années, la plupart des pays d’accueil potentiels ferment leurs portes. La conférence d’Évian, durant l’été 1938, a pour but de mettre en place une concertation internationale. Mais les participants, Belgique comprise, n’entendent pas faire la moindre concession, condamnant de la sorte tout espoir de solution concertée.

L’attitude des autorités belges face aux réfugiés juifs oscille entre tolérance et fermeté, au gré des événements et de l’instabilité politique propre à cette période. L’opinion publique n’est pas étrangère à ces variations. D’une part, les persécutions, surtout lorsqu’elles sont assorties d’actes de violence, suscitent un dégoût quasi général. De l’autre, l’arrivée massive de réfugiés démunis génère bien des craintes.

Ces craintes sont mises à profit par l’extrême-droite – alors en pleine ascension –, qui entend bien conquérir une part croissante de l’électorat. Son discours fait à la fois appel aux poncifs classiques de la xénophobie et aux stéréotypes traditionnels de l’antisémitisme mais, sauf exception, recourt peu aux pseudo-théories biologiques nazies, dont l’écho est faible en Belgique. Les arguments employés convergent avec ceux d’ordre économique de la concurrence déloyale et du « profitariat ». Dans un contexte de fortes tensions idéologiques et de crainte de déstabilisation de la société, la peur du communisme, dont les Juifs seraient un vecteur de propagation, est également brandie.

A l’inverse, l’extrême-gauche proclame son soutien aux réfugiés, tandis que socialistes et libéraux sont plus circonspects, partagés entre solidarité envers les victimes du nazisme et nécessité de veiller sur les intérêts supposés du pays. En charge du portefeuille de la Justice de 1933 à 1937, ils adoptent une politique très pragmatique[1]. Par contre, le parti catholique, directement concurrencé sur sa droite par les partis fascisants Rex et VNV, est tenté par une politique d’asile plus intransigeante. En charge de la Justice de la fin 1937 à début 1939 et appuyés par l’administrateur de la Sûreté publique, qui gère la Police des Etrangers, ils prônent un durcissement des contrôles, spécialement à l’égard des Juifs, perçus comme une menace pour la stabilité du pays. Face à un afflux de plus en plus important en 1938, le ministre Joseph Pholien tente une politique de refoulement systématique. Celle-ci ne parvient pas à totalement endiguer l’immigration, mais plonge bien des réfugiés, désespérés, dans des situations tragiques. L’émotion suscitée par ces drames entraîne un retour à davantage de souplesse en 1939, même si les frontières sont désormais officiellement fermées.

La Sûreté publique estime que malgré ces difficultés, environ 20.000 réfugiés entrent clandestinement d’Allemagne en 1938-1939, un afflux comme le pays n’en a jamais connu depuis la Grande Guerre. Afin de limiter l’impact de leur présence en Belgique, le ministre Pholien décide d’en limiter la visibilité et l’influence au sein de la société belge en établissant des centres d’hébergement pour réfugiés juifs dès la fin de l’année 1938. Un premier centre est établi à Merxplas, prévu pour accueillir 600 réfugiés juifs de sexe masculin. Ces établissements sont destinés à préparer l’émigration de leurs hôtes, à soulager la pression financière qui pèse sur les œuvres juives et à soustraire un certain nombre de réfugiés à la société belge. Perçue comme une alternative humaine aux refoulements et aux expulsions, leur création est généralement bien accueillie, notamment par la gauche politique et le monde associatif juif. Les créations de centres se succèdent entre 1938 et 1940, dans un contexte de plus en plus tendu par la crainte du déclenchement d’une guerre européenne. Le second à ouvrir ses portes est celui de Marneffe.

  1. Marneffe et sa population

Le centre d’hébergement se situe dans le château de Marneffe, village située près de Huy. Il est prévu dès le début de l’année 1939 d’y accueillir des réfugiés, mais il n’est opérationnel qu’en juin 1939. Il se veut être un centre d’hébergement familial, dont le but premier est d’accueillir les familles israélites durant leur séjour en Belgique et de les aider à réaliser leur projet d’émigration. Il sera en activité jusqu’en mai 1940, époque à laquelle le centre est évacué suite à l’offensive allemande. Dans un premier temps, le centre n’enregistre que peu d’entrées : 11 en juin 1939 et 12 en juillet. Les réfugiés qui y entrent à cette période travaillent à rendre le centre habitable. Le nombre d’entrées explose au mois d’août, où l’on en compte 103. À cette période, le centre devient habitable et peut accueillir dignement les familles.  En février 1940, 71 entrées sont enregistrées. Entre ces deux mois, l’évolution du nombre d’entrées est assez constante, enregistrant entre 27 et 56 entrées par mois. Le nombre de personnes présentes au centre évoluera de manière progressive, passant de 348 personnes au 19 septembre 1939 à 618 personnes au 4 mai 1940. La capacité du centre est renforcée à deux reprises, passant de 550 places à 600 places en février 1940 et à 654 places en avril 1940. Toutefois, cette capacité maximale n’est jamais atteinte.

Le centre de Marneffe, tout comme les autres centres, relève de l’Administration générale des prisons et est géré et soutenu par les comités d’assistance juifs de Bruxelles et d’Anvers. Afin d’éviter l’assimilation de ces centres aux prisons, les réfugiés doivent faire une demande personnelle écrite pour pouvoir entrer dans le centre.

En attendant leur émigration, qui nécessite de leur part des démarches administratives longues et incertaines, les réfugiés du centre sont soumis à un horaire strict où le travail occupe une part importante de leur journée (entre 6 et 7 heures). Ce travail est agricole, domestique ou industriel et est rendu possible par la présence de plusieurs ateliers et d’une ferme. Pour éviter tout ce qui pourrait être perçu comme une concurrence des producteurs autochtones, la production est dédiée à l’usage du centre lui-même. Ce travail occupe les journées des réfugiés, mais il a aussi un caractère éducatif : il vise l’apprentissage de métiers dont la connaissance pourrait favoriser leur émigration.

En janvier 1940, le centre se voit ajouter une annexe, à Marchin, qui accueille les célibataires de plus de 45 ans. Ces deux centres sont sous la direction d’un même directeur.

  1. La vie à Marneffe : entre contraintes réglementaires et autogestion

Un règlement strict régit la vie au centre : les réfugiés faisant la demande d’entrer dans le centre doivent accepter de s’y soumettre. De nombreuses contraintes existent : interdiction de tenir des discussions politiques, interdiction de quitter le centre quand ils le désirent et sans autorisation, contrôle des contacts vers l’extérieur par la correspondance qui peut être censurée. Un horaire est établi, auquel les réfugiés sont contraints de se conformer. En cas de non-respect, ils encourent des mesures d’isolement voir d’expulsion du centre. Cette entrave à la liberté et cette surveillance accrue que connaissent les réfugiés font que le centre de Marneffe se rapproche par certains aspects du régime carcéral. Les réfugiés hébergés sont même dans l’obligation de porter une étoile de David sur leur vêtement, sans doute pour faciliter leur identification visuelle. Il faut cependant se garder d’y voir un écho de l’étoile jaune imposée par les nazis, dans la mesure où l’imposition de cette dernière n’est décidé qu’en 1941.

Paradoxalement, le système mis en place au centre de Marneffe entend aussi se rapprocher un maximum de l’autogestion. En effet, les réfugiés effectuent eux-mêmes différentes tâches d’entretien du centre. Ils élisent également parmi eux des personnes qui formeront le comité du centre, chargé de les représenter et de veiller à leurs intérêts. Il y’a donc à l’intérieur même du centre et malgré des instances supérieures contrôlant ces réfugiés, une sorte de petite démocratie. Cette autogestion se justifie également par le fait que les réfugiés ont l’occasion d’apprendre un métier qui pourra les aider dans leurs projets d’émigration ainsi que le fait que le centre n’est pas clôturé : les réfugiés ont la possibilité physique de quitter le centre, sans obtenir d’autorisation. Les réfugiés sont donc responsables de leurs propres actes, vis-à-vis d’eux-mêmes, mais également vis-à-vis des autres et du bon déroulement de la vie du centre. La vie au centre est donc bien marquée par une forme d’autogestion, mais celle-ci est limitée par la surveillance et par le manque de liberté auquel sont soumis les réfugiés.

  1. Marneffe : Centre d’hébergement ou centre d’internement ?

À partir de l’été 1939, le contexte international ne cessant de se détériorer, un climat sécuritaire s’installe. Le 28 septembre 1939, le ministre de la Justice reçoit le pouvoir d’interner les étrangers illégaux ou jugés nuisibles. Nombreux sont les Juifs étrangers se trouvant en prison en tant qu’indésirables : en vue de désencombrer celles-ci, les autorités belges décident le 17 janvier 1940 de les transférer des prisons vers les centres de réfugiés. Cela permet de répondre au besoin pressant de contrôler et de surveiller les réfugiés illégaux. Ainsi, alors que la vocation première des centres est d’héberger les réfugiés juifs, ils doivent maintenant répondre aux mesures sécuritaires en internant les étrangers illégaux qui, pour la plupart, ne sont jugés ni dangereux, ni nuisibles. Il est probable que le nombre de places disponibles au centre de Marneffe ait été augmenté en anticipation de ce transfert.

Se retrouvent ainsi à Marneffe des réfugiés entrés au centre de leur propre gré et des étrangers illégaux internés sous ordre du ministre de la Justice. Les premiers internés de Marneffe y entrent en février 1940. À partir de cette date, le nombre d’internés ne cesse d’augmenter, jusqu’à atteindre 216 personnes en mai 1940. Le nombre de réfugiés hébergés au centre baisse, passe de son côté de 531 réfugiés en février 1940 à 402 en mai 1940. La baisse du nombre de réfugiés hébergés au profit du nombre d’internés s’explique par le fait que les autorités libèrent progressivement des réfugiés des centres d’hébergement afin de céder leur place aux étrangers devant y être internés.

Si dans un premier temps, les réfugiés illégaux sont soumis à une surveillance plus rigoureuse que les réfugiés hébergés, cette distinction s’estompe progressivement. Le régime de surveillance se durcit de manière générale et de nouvelles restrictions voient le jour, notamment concernant la suspension des jours de congé des réfugiés. Cela explique également le fait que de nombreux réfugiés refusent désormais d’être hébergés dans les centres.

Ainsi, suite à l’approche d’un conflit qui parait de plus en plus inévitable et au contexte sécuritaire qui en découle, les centres d’hébergement glissent vers des lieux d’internement.

  1. L’épilogue désastreux de mai 40

L’offensive allemande du 10 mai 1940 bouleverse la situation. Les autorités belges décident d’évacuer les centres d’hébergement et les camps d’internement vers l’Ouest du pays, puis vers la France. Celui de Marneffe, très à l’Est, est un des premiers à être évacué. Alors que les internés restent en principe sous la garde de l’Etat et doivent être évacués sous escorte, les réfugiés hébergés reçoivent la possibilité de partir par leurs propres moyens ou de rester sous la responsabilité de l’Etat. Dans les faits, ces évacuations connaîtront une issue très différente selon les centres et les individus. Certains, partis par leurs propres moyens, sont même arrêtés comme des milliers d’autres par les autorités belges, au titre de ressortissants ennemis en âge de porter les armes, et déportés vers le Midi de la France. Au moins 4000 réfugiés juifs de Belgique arrivent dans de telles circonstances dans les camps français, parmi lesquels au moins 300 issus des centres d’hébergement. La France de Vichy choisit de maintenir la plupart en internement, et les livrera en 1942 au régime nazi, qui organisera leur extermination à Auschwitz.

Conclusion

On pourrait a posteriori qualifier les événements de 1938-1939 de « crise des migrants juifs d’Allemagne ». Le contexte est alors aussi celui d’une sortie de crise économique difficile et d’inquiétudes face à différentes formes d’extrémisme idéologique. Par contre, le contexte politique intérieur et international est assez différent : le gouvernement belge est à ce moment très instable et confronté à une montée des extrémismes politiques autrement plus marquée qu’aujourd’hui, ainsi qu’à des tensions internationales telles qu’elles ravivent le spectre d’une guerre comparable à celle qui a dévasté l’Europe une génération plus tôt.

Dans ce contexte, les coalitions gouvernementales successives mènent une politique hésitante, surtout caractérisée par son pragmatisme. La tentative de la droite catholique de mener une politique plus ferme au plus fort de la crise n’a guère duré. Elle a par contre été accompagnée par la création de centres d’hébergement, comme celui de Marneffe, censés aider à la fois à l’accueil et à la préparation du départ des réfugiés juifs. La politique de neutralité belge après le déclenchement de la guerre en 1939 conduit à une politique plus sécuritaire et à l’internement de nombreux illégaux, en partie dans les mêmes établissements.

L’attaque allemande pousse à son paroxysme la logique d’internement des personnes jugées potentiellement menaçantes, tout en conduisant à l’évacuation chaotique des centres. Mal préparés, ces évacuations et ces internements massifs de dernière minute contribueront involontairement à l’assassinat de plusieurs milliers de Juifs par le régime qu’ils entendaient fuir.

Si, en Belgique, les perturbations occasionnées par cette « crise des migrants juifs d’Allemagne » sont finalement fort limitées, les craintes qu’occasionne le phénomène sont par contre bien réelles et ne font qu’alimenter les crispations politiques et identitaires qui secouent alors le pays. La politique belge de tolérance des réfugiés juifs, plutôt que d’accueil ou de refus, est d’une certain manière représentée par les caractéristiques de Marneffe, contrastées et mouvantes. Symptomatique d’une politique d’indépendance puis de neutralité pétrie de contradictions, elle se muera en gâchis lorsque la guerre s’abattra sur le pays.

La question des réfugiés est tout au long des années trente un enjeu économique, social et idéologique. S’y ajoutera, en 1939, une dimension sécuritaire, engendrée par la montée des tensions internationales et par le spectre d’une nouvelle invasion.

Louvain-la-Neuve, 6 octobre 2015

[1] Les ministres de la Justice sont successivement les libéraux Paul-Emile Janson (1932-1934, 1939 et 1940) et François Bovesse (1934-1935 et 1936-1937), et le socialiste Eugène Soudan (1935-1936 et 1939-1940).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *