En guerre, mais sans guerre. Une conversation en confinement entre historiens de la Grande Guerre

Marco Mondini (Università degli studi di Padova), Nicolas Beaupré (Université Clermont-Auvergne) et Emmanuel Debruyne (UCLouvain), 8 mai 2020

Pandémie et rhétorique guerrière

Depuis le début de la crise du Covid-19, les gouvernements nationaux et les médias ont constamment recouru à un langage guerrier. En Italie et en France, la référence à la Grande Guerre a été privilégiée. Face à la menace de la pandémie, la communauté nationale a été exhortée à resserrer les rangs – Macron a explicitement évoqué l’« union sacrée » de 1914 dans ses discours télévisés aux Français – et à y répondre avec fierté et détermination. Comme l’ont fait les grands-parents et arrière-grands-parents sur la Marne et sur la Piave. Au Royaume-Uni, « les heures les plus sombres » de 1940 sont invoquées, y compris par la reine pour inciter ses sujets à se souvenir du courage traditionnellement affiché dans les moments difficiles. Aux États-Unis, le Surgeon General Jerome Adams, un amiral habituellement peu enclin aux boutades typiques de la rhétorique trumpienne, a parlé d’un « moment Pearl Harbor » (ainsi que d’un nouveau « 11 septembre ») pour tenter d’expliquer la gravité de la situation aux Américains et à leur président. Même un personnage peu enclin aux métaphores explosives comme Mario Draghi a ouvertement évoqué, dans une interview accordée le 25 mars au Financial Times, le premier conflit mondial, et sa douloureuse période d’après-guerre, pour esquisser les scénarios possibles et les erreurs à éviter: « we face a war against coronavirus and must mobilise accordingly ». Du point de vue des dirigeants politiques, le but de cet appel (métaphorique) aux armes semble évident. à travers les émotions liées aux pages les plus intenses de l’identité nationale, c’est le consentement spontané des citoyens (ou au moins d’une grande majorité d’entre eux) qui a été recherché, nécessaire pour rendre acceptables des mesures drastiques et prolongées de limitation des libertés individuelles, étendues à tous les domaines de la vie quotidienne. Un fait sans précédent depuis 1945, mais une stratégie réussie. L’écho médiatique et l’accueil populaire favorable à ces mots d’ordre demeurent à ce jour indéniables.

La peur et le deuil

Bien sûr, face à l’utilisation répétée de nombreuses analogies guerrières, souvent superficielles et disproportionnées, il est légitime de demeurer perplexe. Dans une intervention provocatrice intitulée Covid 19: When History Has No Lessons (https://publicseminar.org/essays/covid-19-when-history-has-no-lessons/), Guillaume Lachenal et Gaëtan Thomas, historiens des sciences à Sciences Po, ont exhorté à ne pas tomber dans des comparaisons trop convenues: « […] recollection is not a virtue in itself. Analyses based on precedents prove problematic, as they might orient actors towards outdated strategies ». Le risque de parallèles superficiels, soutiennent Lachenal et Thomas, est de rejouer le rôle des généraux français de 1940 immortalisés par Marc Bloch dans L’étrange défaite : séduits par le passé, cloués sur la ligne Maginot en attendant de mener une guerre complètement nouvelle en suivant l’exemple et les doctrines de l’ancienne. La comparaison est grossière (un demi-siècle d’historiographie a largement rendu justice au « complexe de la ligne Maginot » et au mythe du retard de l’armée française), mais la question méthodologique est réelle. Et pourtant, à l’image d’un des pionniers de l’histoire culturelle des guerres, Stéphane Audoin-Rouzeau, irrité par l’abus de ce code rhétorique, on ne peut qu’être frappé par le sentiment largement répandu qu’une rupture anthropologique seulement comparable à celle de l’été 1914 s’est produite, si elle s’est réellement produite, et que le « monde d’hier », comme après une grande guerre, est destiné à ne jamais revenir (https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/120420/stephane-audoin-rouzeau-nous-ne-reverrons-jamais-le-monde-que-nous-avons-quitte-il-y-un-mois?onglet=full)..

L’imprégnation du traumatisme d’une mort omniprésente et imprévisible comme jamais depuis la Seconde Guerre mondiale, aide à comprendre la facilité avec laquelle s’est imposée la perception partagée d’un cataclysme sans précédent, destiné à produire une rupture historique brutale. Même après des catastrophes naturelles, ou l’attentat des tours jumelles et l’attaque contre le Bataclan, événements qui ont marqué la mémoire collective, le degré d’implication émotionnelle n’a jamais été aussi massif. Le 11 septembre 2001, 3000 personnes sont décédées à New York, soit moins que le nombre de victimes enregistrées en 24 heures aux États-Unis le mardi 14 avril, sans compter que le nombre de citoyens américains morts de la pandémie a désormais largement dépassé celui de leurs compatriotes tués lors de la guerre du Vietnam (58 000). Et les victimes des attentats terroristes du 13 novembre 2015 à Paris représente un quart du nombre de victimes du coronavirus signalées quotidiennement fin avril par les hôpitaux français. Il ne fait aucun doute que les vies brisées par la violence terroriste ont profondément touché l’imaginaire collectif, notamment parce qu’elles ont souvent été des femmes et des hommes en pleine jeunesse. Mais les cercles humains touchés par la pandémie sont sensiblement (et tragiquement) plus larges. Parents, amis, collègues : les groupes humains directement touchés par la douleur de la perte, des « communautés de deuil » telles que Jay Winter les a définies en parlant de la mémoire de la Première Guerre mondiale, sont désormais calculés en millions d’individus. La mort de masse provoquée par le coronavirus génère un tremblement de terre psychologique sans précédent au cours des dernières décennies, au cours desquelles ceux qui n’appartenaient pas à la communauté affectée, ceux qui ne voyageaient pas, ceux qui pensaient pouvoir s’isoler dans leur dimension locale, pouvaient toujours croire que la catastrophe ne les concernait pas de près. « Devant la douleur des autres », comme le suggère Susan Sontag (Regarding the Pain of Others, 2003), on peut ressentir de la répulsion, de l’empathie, voire de l’attraction, mais on s’y identifie rarement. Aujourd’hui au contraire, le deuil et la peur inquiètent tout le monde. Et c’est dans la peur et la douleur que nous devons probablement chercher la raison pour laquelle des millions d’Européens ont répondu si favorablement à l’appel à la guerre, qui est également une invocation au pouvoir de protection de l’État.

«Diese Pandemie ist kein Krieg». Tout le monde ne fait pas la guerre face au virus

Cependant, la lutte contre le virus ne s’est pas transformée partout en variante contemporaine d’une grande guerre patriotique. Dans un discours télévisé inhabituel à l’occasion de Pâques, Frank-Walter Steinmeier, le président fédéral allemand, a évoqué un test sévère qui exigera discipline, patience et solidarité, mais il a également nié toute similitude entre la pandémie et la guerre (« diese Pandemie ist kein Krieg. Nationen stehen nicht gegen Nationen, Soldaten gegen Soldaten »). Les paroles de Steinmeier, ancien social-démocrate et pro-européen, ne sont pas loin de celles de la chancelière Merkel. Que ce soit l’effet du respect d’un style traditionnellement mesuré et au plus près de la réalité, ou de la difficulté psychologique en Allemagne de se rapporter aux défaites des guerres mondiales, cela peut être l’objet de discussions. Quoi qu’il en soit, ceci constitue une bonne démonstration de la façon dont l’utilisation de la guerre comme levier émotionnel pour légitimer les sacrifices et les privations semble finalement dépendre de logiques, de souvenirs et de préjugés strictement nationaux. J’ai demandé à Nicolas Beaupré et à Emmanuel Debruyne, spécialistes de l’histoire de la guerre, de partager leurs réflexions sur le sujet, dans un dialogue qui renvoie (même très partiellement) à l’idée d’un débat en cours dans la communauté des historiens européens.

Marco Mondini

 

Marco Mondini : Nicolas, tu estimes que l’utilisation persistante des images et des scénarios de 1914-18 est due à l’enracinement de cette expérience dans la mémoire collective, mais aussi à des phénomènes contingents, comme le fort impact du récent centenaire de la Grande Guerre sur le public, ou à la formation d’Emmanuel Macron.

Nicolas Beaupré : Ce qui frappe dans le cas français, ce sont les références implicites ou explicites à un conflit en particulier : la Grande Guerre envahit les discours politiques et médiatiques. Des historiens se sont même essayés eux-aussi à la comparaison diachronique, au risque parfois de certains raccourcis. Certes, il peut être intellectuellement tentant de comparer l’interventionnisme de l’État dans l’économie ; mais en 1914-1918, il s’agissait avant tout de mobiliser les ressources et d’optimiser la production, alors qu’aujourd’hui, il s’agit plutôt de compenser un brutal ralentissement, voire un arrêt, de larges pans de l’économie.

Cette résurgence de références à la période de la Première Guerre mondiale pourrait de prime abord sembler aller de soi pour une autre raison. La pandémie de Covid-19 a lieu cent ans après les grandes vagues de la « grippe espagnole » qui emporta au moins cinquante millions de personnes en 1918-1919. Le lien entre cette pandémie et le conflit est indéniable puisque le transport de centaines de milliers de Sammies – les soldats états-uniens – depuis les gros foyers de contamination de la côte Est vers L’Europe, lors de la seconde vague de contamination à l’été et à l’automne 1918, et peut-être aussi celui de milliers de travailleurs d’Asie, joua un rôle considérable dans la diffusion de la maladie. La mondialisation guerrière, maritime et ferroviaire, et les gigantesques mouvements de population qu’elle générait, joua déjà un rôle similaire à celui de la mondialisation économique et aérienne aujourd’hui dans la diffusion pandémique. Il est vrai qu’à l’époque la grippe frappa des populations déjà largement exténuées par quatre années de guerre. Il faut noter qu’elle emporta d’ailleurs encore plus de jeunes adultes en pleine santé que de personnes âgées.

Journalistes, épidémiologistes et historiens, en France et ailleurs, n’ont pas manqué d’analyser la pandémie actuelle au miroir de celle du passé. Pour autant, et ceci est surtout vrai pour la France, étrangement, la référence à la grippe espagnole sembla rapidement passer au second plan au profit d’une mise en récit comparant la lutte contre la pandémie à la Première Guerre mondiale. C’est dans les choix rhétoriques destinés à donner un sens à l’épreuve que nous traversons que la Grande Guerre est des plus présentes : les discours du président de la République, en particulier celui du 16 mars 2020, sont emplis d’anaphores martiales, de citations de Georges Clemenceau, d’appels à l’union sacrée et à la ténacité, qui renvoient directement à un imaginaire historique d’autant plus présent – et sans doute d’autant plus efficace – que le Centenaire de la Première Guerre mondiale est proche. La Première Guerre mondiale est aujourd’hui d’autant plus familière que le Centenaire a rencontré en France un engouement certain. Les années 1914-1918 ont en quelque sorte été réactualisées et se sont rapprochées dans la mémoire collective. Si de nombreux observateurs avisés n’ont du reste pas manqué de rappeler que Joseph Zimet, le conseiller en communication de l’Élysée, avait été le directeur général de la Mission du Centenaire pendant cinq ans, une autre raison explique peut-être aussi ce choix. Le président, il aime le rappeler, fut un temps l’assistant de Paul Ricœur et ne peut que se souvenir avec lui, d’une part, que la mémoire est peut-être, dans une société française largement sécularisée, ce qui nous reste de plus proche du sacré, et que d’autre part, « nul ne s’emploie à expliquer un cours d’événements sans recourir à une mise en forme littéraire expresse de caractère narratif, rhétorique ou imaginatif » (Paul Ricœur, La Mémoire, l’histoire, l’oubli, 2000).

Marco Mondini: Emmanuel, tu vois dans l’utilisation de la stratégie de communication de guerre un reflet de la rhétorique publique traditionnelle liée à l’identité nationale, mais aussi une manifestation des différences d’organisation du pouvoir entre États européens.

Emmanuel Debruyne : L’usage de la rhétorique guerrière est variable d’un pays à l’autre et me semble tributaire à la fois du degré d’attention que le gouvernement porte à la crise, mais aussi de la présence plus ou moins forte du fait guerrier dans la culture du pays concerné. Ainsi, la France, qui fait partie des pays européens les plus touchés, en est un bon exemple avec le discours d’Emmanuel Macron proclamant – de manière rhétorique – que le pays était en guerre contre le virus. En Belgique voisine, où les mesures ont été prises à un rythme  proche de celui de la France, ce recours à la rhétorique guerrière n’est pratiquement pas présent. L’identité nationale belge, ou plutôt ses identités nationales, régionales et linguistiques enchevêtrées, se nourrissent nettement moins de références à des faits d’armes, des héros martiaux ou à des chefs de guerre qu’en France. La culture politique elle-même s’en trouve moins imprégnée. Le chef d’État est certes chef des armées dans les deux pays, mais ce rôle est purement symbolique en Belgique, où les pouvoirs du roi sont extrêmement limités, alors que le président de la République française incarne effectivement l’autorité suprême sur un outil militaire puissant. De même, le prestige de l’armée est très relatif en Belgique, alors qu’en France, elle est volontiers perçue comme un des piliers de la nation. Avec de tels décalages dans les imaginaires politiques, on conçoit aisément un recours plus aisé au vocabulaire guerrier par le chef de l’exécutif en France que par son homologue belge. De même, on peut difficilement imaginer Angela Merkel puiser dans un tel registre, étant donné le rapport délicat que l’Allemagne entretient avec son passé guerrier.

Cela étant, le recours à la rhétorique guerrière n’est pas forcément nécessaire pour obtenir le consensus. C’est ce que montre la Belgique, où à de rares exceptions près, les sempiternelles dissensions entre communautés linguistiques ont été mises en veilleuse ces deux derniers mois. Au terme d’une crise de près de 300 jours durant laquelle les partis se sont avérés incapables à la suite des élections de mai 2019 de se mettre d’accord pour former une majorité parlementaire et donc de mettre en place un gouvernement, le gouvernement en affaires courantes s’est mué en gouvernement de plein exercice le 17 mars 2020 (premier jour de confinement en Belgique), avec l’appui de partis non représentés en son sein. La crise du coronavirus a donc été génératrice de consensus politique sans recours particulier à une rhétorique guerrière. Par contre, ce gouvernement dispose depuis le 26 mars des « pouvoirs spéciaux », qui lui permettent de prendre des mesures de grande ampleur mais temporaires sans recourir au parlement.

Marco Mondini : C’est vrai qu’un autre point à prendre en considération est que l’usage de la rhétorique guerrière est non seulement accusé d’opportunisme, de simplisme, mais aussi d’être la manifestation de tentations autoritaires qui se cacheraient derrière le déploiement des mesures d’urgence des deux derniers mois. Giorgio Agamben a réitéré ses convictions à cet égard dans une interview controversée dans les pages du Monde du 24 mars. À l’exception malheureuse de la Hongrie d’Orban, où l’état d’urgence n’est que la dernière étape d’une longue marche vers le despotisme, l’idée d’un lien entre la réaction des États européens à la pandémie et une agression contre la démocratie libérale semble avant tout être un délire complotiste. On peut donc se demander si la mobilisation obsessionnelle du langage de la guerre est non seulement nécessaire, mais également appropriée.

Nicolas Beaupré: Certains verront dans cet usage du passé une instrumentalisation strictement politique et cynique. Cette explication ne se suffit néanmoins pas à elle-même tant la référence à la Grande Guerre résonne bel et bien, en France au moins, dans l’espace public et se retrouve sur les réseaux sociaux, et dans les articles et dessins de presse, par exemple la une de Charlie Hebdo du 18 mars 2020 (https://charliehebdo.fr/editions/1443/). Un autre facteur peut être évoqué pour expliquer cette mobilisation du passé. Le surgissement de l’événement bouleverse notre rapport au temps, particulièrement au temps quotidien. Tandis que les soignants en première ligne font l’expérience continue du paroxysme, la grande majorité de la population fait, elle, l’expérience d’un confinement qui met à mal les rythmes du temps ordinaire. La crise actuelle, comme les grandes crises majeures, dont la Grande Guerre fait partie, modifie les perceptions de l’avenir, suspendant les projets et leur substituant un court terme déstabilisant. Paradoxalement, les fins de crises passées – comme la victoire durement acquise en 1918 – semblent offrir un horizon d’attente rassurant, du moins sur le plan rhétorique. L’historien sait pourtant que la sortie d’un événement d’une telle ampleur ne se résume pas à la fermeture d’une parenthèse ou à une « victoire » mais s’apparente davantage à un processus – plus ou moins long – qui peut lui aussi être potentiellement complexe et douloureux. La mémoire de la Grande Guerre serait alors l’indice de la recherche d’un sens à un événement qui frappe la société française de sidération et d’effroi tout en lui imposant des épreuves nouvelles. Dès lors, plutôt que de tenter, à chaud, de repérer par des comparaisons diachroniques ce qui ferait sens ou non, dans la comparaison avec 1914-1918, ne faudrait-il pas plutôt repérer et comparer de manière synchronique, quels événements du passé sont actuellement mobilisés dans les autres sociétés, proches ou lointaines, pour tenter de donner un sens à la menace de la mort de masse ? Finalement, le recours à – plus que le retour de – la Première Guerre mondiale dans le contexte de la crise épidémiologique et multiforme que nous traversons, nous en apprend décidément beaucoup sur notre mémoire collective, sur ses usages à la fois politiques et sacrés, et sur la place singulière qu’y occupe la Grande Guerre en France.

Marco Mondini: Et pour toi, Emmanuel, cette référence à la guerre est-elle purement rhétorique?

Emmanuel Debruyne: L’octroi de pouvoirs d’une telle ampleur au gouvernement fédéral belge (et aussi d’ailleurs aux gouvernements régionaux), c’est-à-dire le fait de pouvoir exercer – même de manière limitée – le pouvoir législatif sans recourir au parlement, n’est pas une première dans l’histoire de Belgique, mais les deux principaux précédents sont la Première et la Seconde Guerre mondiale (même si la mesure a aussi été prise de manière ponctuelle dans d’autres circonstances). Du point de vue du fonctionnement politique du pays, même en l’absence d’état de guerre (qui implique notamment une mobilisation et un accroissement des compétences de l’armée), la Belgique est pour ainsi dire comme en guerre. En cela, elle rejoint à sa manière la situation qui prévaut actuellement dans d’autres pays européens ou non, où divers types de mesures brident l’exercice des libertés individuelles, souvent à la manière dont un réel état de guerre pourrait le faire.

Cet « état de guerre », qui n’est jamais officiel, se retrouve aussi dans les médias. Jusqu’à présent pas dans le contrôle des informations diffusées – on est loin d’une censure de guerre dans les pays démocratiques –, ni forcément dans le vocabulaire utilisé – pas nécessairement guerrier -, mais par contre dans l’ampleur que prend la couverture médiatique de l’événement. Depuis le début du mois de mars, le coronavirus et ses multiples conséquences ont envahi l’espace médiatique, écrasant tous les autres sujets, à la manière dont une guerre l’aurait fait. L’événement est immense, et sa couverture l’est aussi. Et d’une certaine manière, cette mobilisation médiatique participe de l’émergence de « cultures de guerre » qui modifient et codifient la manière dont les sociétés vivent et se représentent l’événement, dont elles organisent les différentes facettes de leur fonctionnement en vue d’un but unique, celui de vaincre un ennemi tout en s’en protégeant. Parler d’une guerre contre le coronavirus n’est donc pas qu’une envolée rhétorique ; c’est aussi pointer l’ampleur des bouleversements qui touchent nos sociétés à tous égards. Et à ce titre, il faut déjà s’atteler à envisager le processus de « sortie de guerre », dont on peut être certain qu’il ressemblera à tout sauf à un retour rapide à la situation antérieure. Le processus sera lent et nous amènera à une situation neuve. Il y aura une « reconstruction », mais elle ne signifiera pas un retour au statu quo ante bellum, et elle ne sera pas qu’économique. Nous devons d’ores-et-déjà faire notre deuil du « monde d’hier » (pour reprendre l’expression de Stefan Zweig), c’est-à-dire du monde de 2019, ce que certains dirigeants comme Trump ou Bolsonaro ne semblent pas encore avoir compris. 

Marco Mondini: Emmanuel, tu as consacré une grande partie de tes recherches à l’étude des sociétés sous occupation militaire. Du point de vue culturel, ou psychologique, la situation de ces dernières semaines dans les pays européens assiégés par la peur de la contagion et placés en confinement peut-elle rappeler une telle occupation  ?

Emmanuel Debruyne: à différents égards, oui. Il existe des analogies surprenantes, surtout dans la manière dont ces situations peuvent être vécues. La rhétorique de guerre insiste sur la mobilisation des forces vives de la nation pour surmonter l’épreuve et vaincre l’ennemi, mais pour la majorité de la population confinée, la situation réelle s’apparente surtout à une situation d’occupation militaire, c’est-à-dire à une situation subie et caractérisée par la présence de l’ennemi. L’ennemi est partout sur le territoire, et il constitue une menace qui pèse de manière continue et contraignante sur la vie de la population. En outre, cette dernière se sent impuissante à le combattre ; elle sait qu’il y a un front, où la lutte fait rage, et ce front n’est pas forcément très éloigné, mais dans la majorité des cas, il ne lui est pas possible de contribuer directement au combat. Les ambulances, les hôpitaux et les laboratoires de recherche ont remplacé les tranchées, et dans un cas comme dans l’autre c’est vers eux que tendent les pensées, les craintes et les espoirs des occupés / confinés, mais ils se sentent impuissants. Tout ce qu’ils peuvent faire, c’est s’abstenir d’agir d’une manière qui empirerait la situation.

La norme hégémonique qui s’impose alors dans la « culture de guerre » propre aux occupés / confinés, c’est celle du maintien de la distance d’avec l’ennemi. Sophie De Schaepdrijver a forgé le concept de « distance patriotique » pour caractériser cette attitude qu’adoptent les occupés en 14-18, et qui consiste à refuser tout contact non nécessaire avec l’occupant, y compris sur le plan physique en maintenant ses distances avec lui. Le parallèle avec la « distanciation sociale », qui est devenue le mot d’ordre suprême de l’âge du confinement, est saisissant. Il faut éviter tout rapprochement avec l’ennemi, se garder de toute contamination par le « Boche » / le coronavirus, pour ne pas rompre la solidarité patriotique, se perdre soi-même et servir le camp adverse.

Avec cette différence majeure qu’aujourd’hui, l’ennemi est invisible et peut s’incarner dans tout un chacun. D’une certaine manière, nous sommes tous devenus à notre corps défendant occupés et – potentiellement – occupants. Le contraste n’est pourtant pas total, dans la mesure où les occupations militaires engendrent elles aussi leur lot d’ennemis invisibles, que sont les délateurs et les agents de l’ennemi. Comme en temps de guerre, la suspicion peut briser même la plus belle des solidarités patriotiques. Untel est-il infecté ? Ne risque-t-il pas de mettre en danger ma famille ? Et puis, l’application des normes face à l’adversaire n’a pas les mêmes conséquences pour tous : elle est plus confortable pour les classes supérieures et pour les habitants des campagnes que pour les personnes défavorisées et enfermées dans les cités, pour qui elle peut devenir insupportable. Les écarts sociaux peuvent terriblement mettre à mal le consensus face à l’adversaire, surtout dans la durée. 

Cette mise à l’épreuve du lien social est contrebalancée par des élans de renforcement du collectif. Alors même que les rassemblements sont interdits, la population rend hommage à ses combattants héroïsés en inventant ou en réinventant des rituels. Dans la Belgique occupée de la Grande Guerre, c’est dans les églises que croyants et non-croyants se retrouvaient pour des célébrations mêlant ferveur religieuse et patriotique ; dans l’Europe confinée du Covid-19, ce sont les applaudissements et les coups de casseroles, parfois mêlés de sonneries de cloches, pour saluer le personnel médical et hospitalier et, d’une manière plus générale, tous ceux qui s’exposent pour continuer à faire fonctionner la société. Dans un cas comme dans l’autre, les gens communient dans un culte à ces héros du moment, qui sont issus de leurs rangs mais à qui ils ne peuvent pas vraiment apporter d’aide autre que symbolique.

Marco Mondini: Nicolas a évoqué le bouleversement de la perception du temps comme l’un des points de convergence entre l’expérience de la guerre et celle de la crise actuelle. Qu’en est-il du temps vécu sous occupation?

Emmanuel Debruyne: Il y a l’attente, le temps qui passe et qui semble d’autant plus long que l’on se sent impuissant à raccourcir cette calamité. Les journaux intimes écrits par les occupés témoignent de manière répétitive de cette attente de la fin de l’épreuve, et de la difficulté de supporter l’incertitude quant à sa durée. « Quand donc verrons-nous la fin de cette épreuve ? » Beaucoup d’occupés prennent la plume et consignent leurs impressions, leurs angoisses et leurs aspirations, décrivent les petits événements du quotidien et les échos de la lutte mondiale dans des carnets. L’exercice leur permet de prendre du recul, de mettre de l’ordre dans le temps qui passe et de laisser une trace de l’ordinaire de ces temps extraordinaires, à la fois pour l’avenir et pour leurs proches dont ils sont séparés. Le confinement peut aussi pousser à un tel investissement dans l’écriture de soi, que l’on retrouve au travers des messages postés sur Twitter ou sur Facebook, mais aussi de manière plus intime dans la redécouverte de cette pratique de la tenue de carnets journaliers. Les grands bouleversements, qu’ils soient personnels ou collectifs, sont souvent les déclencheurs de ce type d’écriture.

Ce temps qui passe, quelles que soient les stratégies mises en œuvre par les occupés / confinés pour le supporter, est tendu vers l’espoir d’une libération, synonyme de départ de l’ennemi et de recouvrement des libertés, à commencer par la liberté de mouvement. En effet, l’occupation militaire est souvent synonyme, surtout dans les régions les plus proches du front, d’un rétrécissement considérable de l’horizon géographique. Comme celui d’avant 2020, le monde d’avant 1914 était un univers dans lequel les possibilités de mouvement n’avaient jamais été aussi grandes, à la fois grâce à la révolution des transports et à des règles relativement souples en matière de déplacements internationaux, dans un monde qui n’avait jamais été aussi globalisé. Cette mobilité est une des premières victimes de la guerre comme du confinement, et la population – en tout cas occidentale – souffre en 2020 comme en 1914 de se sentir enfermée dans un périmètre étroit, alors qu’elle n’avait jamais autant joui de la liberté de se déplacer à sa guise. C’est un espace vécu en dilatation constante qui s’est brusquement contracté, transformant des centaines de millions de personnes en prisonniers sans culpabilité. La libération est donc attendue, imaginée. Cependant, tout comme en 1918, la joie risque de s’effacer rapidement face aux nouveaux sacrifices que nécessitera la reconstruction.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.