Les historiens de l’UCL – Emmanuel Debruyne

Thématiques des mémoires de Master

Le domaine d’expertise d’Emmanuel Debruyne s’étend le long de différents axes : l’histoire économique et sociale au 19e siècle, l’histoire du renseignement et celle de l’implication des civils dans la guerre, principalement à l’occasion des deux occupations de la Belgique (1914-1918 et 1940-1944). Il accorde également une importance particulière à travers ces différents axes aux questions relatives au genre. A ce titre, il propose aux étudiants l’accompagnement de mémoires autour des domaines suivants :

  1. Entreprendre et échouer au 19e siècle (1850-1914). Le 19e siècle est principalement vu comme un siècle d’essor et de transformations économiques, dont le coût social a été largement supporté par la classe ouvrière. Or, cette dynamique a aussi été nourrie par les projets d’innombrables entrepreneurs, pour qui le succès n’a pas été nécessairement au rendez-vous et dont les échecs ont entraîné la menace d’un déclassement social. On s’intéressera ici au parcours de ces entrepreneurs déçus, à leur échec et aux stratégies qu’ils ont mises en place pour rebondir. La question des entrepreneurs transnationaux et des particularités de leur parcours sera également envisagée.
  2. Sexualité en guerre. Les désordres et les reconfigurations morales et relationnelles provoquées par l’état de guerre ou d’occupation entraînent de nombreux bouleversements des relations amoureuses et de l’ordre sexuel. L’accent sera particulièrement porté sur les différentes formes de sexualité entre une population envahie puis occupée et l’ennemi présent sur son territoire, qu’il s’agisse des viols, des relations consentantes ou de la prostitution. La question du vécu de ces personnes après la guerre, ainsi que de celui de leur descendance sera elle aussi envisagée.
  3. Renseignement et guerre secrète. En temps de guerre comme en temps de paix, les services secrets jouent un rôle croissant dans la vie des sociétés et les relations entre les Etats depuis le 19e siècle. Il s’agira de se pencher sur les services eux-mêmes, leur organisation, leurs pratiques et les discours, débats et représentations dont il sont l’objet, qu’il s’agisse des services belges eux-mêmes ou des services étrangers présents en Belgique, et ce du 19e siècle à la Guerre froide.
  4. Guerre, résistance et répression. Le contrôle des territoires et des populations en guerre est une préoccupation constante des Etats belligérants. Oppositions et comportements divergents sont soumis à des mesures coercitives de la part des polices, des administrations et de l’appareil judiciaire, mais aussi de celle des populations elles-mêmes, et ce tant dans les territoires qui demeurent contrôlés par les autorités nationales que dans les zones occupées ou libérées. L’analyse portera tant sur les acteurs de la répression que sur les personnes visées par celle-ci.

D’une manière générale, est également bienvenue toute proposition de mémoire relatif aux deux guerres mondiales, aux problématiques économiques et sociales du 19e siècle, ainsi qu’aux questions touchant au renseignement et aux services secrets en Belgique ou à l’étranger.


4 réflexions au sujet de « Les historiens de l’UCL – Emmanuel Debruyne »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.