Les historiens de l’UCL – Paul Bertrand

Depuis 2012, je suis professeur en histoire médiévale et en humanités numériques à l’UCLouvain et j’y assure notamment la direction du département d’Histoire. Je dispense des cours de méthodologie de l’histoire, d’histoire médiévale et d’histoire du fait religieux médiéval, ainsi que des matières comme la diplomatique, la codicologie, les humanités numériques ou l’édition critique électronique. Je tiens aussi le blog des étudiants médiévistes de l’UCLouvain.

Docteur en histoire de l’université de Liège en 1998, j’ai rejoint les rangs du CNRS, au sein de l’Institut de recherche et d’histoire des textes (CNRS-Paris et Orléans) entre 2001 et 2012. J’y ai  développé des compétences autour du numérique et, plus largement, des humanités numériques, par l’exploitation et la publication des sources médiévales, mais aussi par l’établissement d’une critique du numérique.

Au congrès de Leeds

Ma recherche est le reflet d’une certaine passion de l’histoire. J’ai d’abord étudié l’histoire de l’hagiographie médiévale, des reliques des saints et de la communication du sacré, du haut au bas Moyen Âge. J’ai ensuite rédigé une thèse sur les communautés religieuses du XIIIe et XIVe s. à Liège dans leurs rapports avec le monde urbain (publiée en 2004) et ai été un des premiers chercheurs, en 1998, à étudier les archives médiévales sous l’angle de l’histoire des pratiques de l’écrit. Au travers de ces documents, ce sont les cadres juridiques et économiques du bas Moyen Âge que j’ai voulu analyser.

Par ailleurs, j’ai approfondi mes recherches dans le domaine de l’histoire de la communication médiévale, notamment par l’écrit, avec notamment un livre qui présente, pour la première fois, une vision globale de cette démarche neuve de l’historien visant à étudier la source pour elle-même, comme un objet et un acteur d’histoire, et plus seulement comme un lieu où puiser des informations. En ce sens, un ensemble de chartes peut apparaître comme le signe de l’émergence d’un pouvoir seigneurial neuf, dont les caractéristiques se reflètent au cœur des documents que le seigneur produit.

Je m’engage depuis trois ans dans plusieurs enquêtes d’histoire sociale, culturelle et économique: l’une d’elles s’articule autour des infra- et micro-pouvoirs médiévaux, du Xe au XVe s. (échevinages ruraux et urbains, cours locales, confréries, avoués, pouvoirs bourgeois et seigneuriaux…) pour mieux comprendre leur empowerment et, au-delà, étudier la structuration politique et sociale complexe du Moyen Âge. Je rédige actuellement un essai autour du faux sous toutes ses formes (du faux document aux fausses nouvelles), entre Moyen Âge et époque contemporaine. Enfin, je mène un projet destiné à comprendre la grande transformation dite “féodale” du 9e au 13e s., en mettant en oeuvre de nouvelles techniques d’analyse des sources.

Chercheur engagé, je suis présent sur le web et on peut consulter mon CV et mes listes de publications ici et ici.

Email:  paul . bertrand [arobase] uclouvain . be

Voir la page suivante (ci-dessous, 2) pour des informations sur les mémoires de Master


Une réflexion sur « Les historiens de l’UCL – Paul Bertrand »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.