Les historiens de l’UCL – Paul Bertrand

Docteur en histoire de l’université de Liège en 1998, chercheur et archiviste, j’ai rejoint le CNRS de 2001 à 2012, comme chercheur en histoire médiévale : j’y ai dirigé plusieurs équipes de recherches au sein de l’Institut de recherche et d’histoire des textes (CNRS-Paris et Orléans) avant d’en assurer la direction adjointe (j’en suis toujours chercheur associé). Depuis 2012, je suis professeur en histoire médiévale et en humanités numériques à l’UCL et j’y assure notamment la direction du département d’Histoire (ou Commission de Programme). Je dispense des cours de méthodologie de l’histoire, d’histoire médiévale et d’histoire du fait religieux médiéval, ainsi que des matières comme la diplomatique, la codicologie, les humanités numériques ou l’édition critique électronique.

Au congrès de Leeds

Ma recherche se décline sous les mots-clés de l’enthousiasme, de la curiosité, d’une certaine polyvalence assumée et surtout de l’engagement, personnel et collectif. Une certaine passion de l’histoire. D’abord historien du fait religieux, j’ai étudié l’histoire de l’hagiographie médiévale, des reliques des saints et de la communication du sacré, du haut au bas Moyen Âge. J’ai rédigé une thèse sur les communautés religieuses du XIIIe et XIVe s. à Liège dans leurs rapports avec le monde urbain (publiée en 2004) et ai été un des premiers chercheurs, en 1998, à étudier les archives médiévales sous l’angle de l’histoire des pratiques de l’écrit. Au travers de ces archives, ce sont les cadres juridiques et économiques du bas Moyen Âge que j’ai voulu analyser, tout en approfondissant un savoir-faire en diplomatique et en codicologie.

Dès mon entrée au CNRS, j’ai  développé des compétences autour du numérique et, plus largement, des humanités numériques, par l’exploitation et la publication des sources médiévales, mais aussi par l’établissement d’une critique du numérique : outre une série de travaux publiés, je pilote une plateforme d’édition électronique (TELMA), plusieurs projets d’édition électronique (CartulR) ainsi que le Consortium Sources Médiévales (Cosme²). J’ai transposé ces connaissances et compétences dans une formation aux humanités numériques dispensée à l’UCL. Je tiens aussi le blog des étudiants médiévistes de l’UCL.

Par ailleurs, j’ai approfondi mes recherches dans le domaine de l’histoire de la communication médiévale, notamment par l’écrit. Un premier état de ces recherches vient de paraître en un livre qui tient à la fois de la synthèse et de l’essai et qui présente, pour la première fois, une vision globale de cette démarche neuve de l’historien visant à étudier la source pour elle-même, comme un objet et un acteur d’histoire, et plus seulement comme un lieu où puiser des informations. En ce sens, un ensemble de chartes peut apparaître comme le signe de l’émergence d’un pouvoir seigneurial neuf, dont les caractéristiques se reflètent au cœur des documents que le seigneur produit. Un inventaire de biens peut être analysé comme le témoin et l’outil d’une réforme d’ampleur d’une maison religieuse, souvent à la fois économique et spirituelle – cela aussi peut se lire dans la composition des manuscrits de la bibliothèque de cette maison. Mes dernières recherches m’ont mené à poser plus précisément des jalons pour la révolution de l’écrit que connaît la société médiévale, entre le Xe et le XVIe s. : mais des centaines de dossiers restent à étudier et le terrain d’étude est encore à défricher. Et je n’oublie jamais que cette approche particulière des sources n’a aucun intérêt si elle ne montre pas à l’oeuvre les hommes et les femmes du Moyen Âge.

Chercheur engagé, je suis présent sur le web et accessible aisément, via mon compte twitter ( @medieviz ) ou mon blog, dont les contenus n’engagent que moi, évidemment.  On peut consulter mon CV et mes listes de publications ici et ici.

N’hésitez pas à me joindre par email:  paul . bertrand [arobase] uclouvain . be

Voir la page suivante (ci-dessous, 2) pour des informations sur les mémoires de Master


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *