Le Mons Memorial Museum

Par Geneviève Warland, chargée de cours invitée, avec les étudiants de Master 1

de la filière Communication de l’histoire à l’Université Catholique de Louvain, 2015-16.

Inauguré en avril 2015, le Mons Memorial Museum (MMM) se présente comme un lieu de mémoire et de questionnements sur l’histoire de la ville de Mons, particulièrement par rapport aux guerres qu’elle a traversées. L’ouverture de ce nouvel espace muséal s’explique certes par les commémorations de la Grande Guerre, qui ont débuté en 2014 ; elle marque également une étape dans l’année des festivités de Mons capitale européenne de la culture en 2015.

C’est ce lieu, abrité dans le bâtiment de la machine à eau de la ville, que les étudiants de la filière « Communication de l’histoire » à l’Université Catholique de Louvain ont visité en compagnie de leurs professeurs, Geneviève Warland et Guy Zelis, à l’occasion d’un voyage culturel le 23 mars 2016.

Le MMM est centré sur la thématique de la guerre à Mons entre l’Ancien Régime et la Seconde Guerre mondiale. L’exposition permanente (1200m²) se déroule selon un parcours chronologique. Si les premières salles fournissent des éléments d’explication sur les murs d’enceinte de la ville et placent son histoire dans celle des Pays-Bas autrichiens et de l’État belge au 19e siècle, la majeure partie de l’exposition porte sur les deux guerres mondiales : axée sur le régime d’occupation appréhendé principalement sous l’angle de la vie quotidienne, elle interroge les rapports entre la population civile et les populations militaires (allemande, anglaise et aussi américaine pour la seconde guerre mondiale surtout).

Profusion d’objets authentiques

Les objets exposés ont été sélectionnés parmi les 5000 pièces issues des collections d’histoire militaire de la ville de Mons. L’espace muséal les fait ainsi en partie revivre « en les mettant en valeur dans une scénographie qui répond aux attentes contemporaines » [1]. Cette scénographie repose sur le choix d’un nombre varié d’objets de grandeurs et de natures différentes : des uniformes, des armes et le nécessaire de soldat, des affiches et des placards adressés à la population montoise aux obus, chars et jeep en passant par les sacs de toile de jute ayant servi au ravitaillement, les lettres, les photos, les carnets de notes, les films … Nombreux sont les documents écrits et objets relatant le quotidien en période de guerre, lesquels sont rehaussés par la présentation de parcours individuels via des tablettes et des bandes sonores. L’histoire acquiert de la sorte un visage ; elle se fait histoire des Montois et des étrangers vivant ou bataillant à Mons au cours de ces périodes troublées.

Multimédialité

Un des traits spécifiques du MMM, qui évoque les muséographies les plus modernes, consiste dans le recours à des dispositifs multimédia : des maquettes, des cartes animées, un court-métrage sous forme de dessin animé en 3 D sur la légende des Anges de Mons, des tables interactives présentant des portraits, des extraits de films d’époque et d’actualités, …. Un autre élément concerne la disposition. Loin de se limiter à des vitrines rectangulaires ou carrées, les concepteurs ont multiplié les modes d’exposition : cassettes de présentation d’objets posées en oblique, objets volumineux à contourner, présentoirs évoquant des barrières ou haies de fils, grillages servant de support, éléments accrochés au plafond tels qu’étendards ou photos de foules, fond photographique sur pans entiers de mur, autant de choix replaçant dans le contexte de l’occupation et suggérant le désordre lié aux destructions matérielles. Une bande sonore rappelle également au visiteur les bruits de la guerre, non seulement sur les champs de bataille, mais aussi dans la ville.

Pénombre et clarté

« La lumière naturelle de la Machine à Eau sert d’articulation aux périodes de liberté. Le parcours, où cette lumière est dosée, colorée, s’inscrit en pente douce pour faire arpenter de manière sensorielle  les visiteurs aux travers des périodes de conflit »[2]. Telle est la philosophie du projet qui préside à l’éclairage de l’exposition permanente. Celle-ci n’a pas échappé aux étudiants en histoire qui ont été impressionnés par le contraste entre une partie « sombre » et une partie « claire ». La partie sombre englobe, en réalité, l’entièreté de l’espace d’exposition qui a pour objet les guerres, une petite ouverture mise à part avec vue sur le plan d’eau extérieur. La partie claire couvre l’espace d’accueil et les salles de rencontre et de discussion munies de larges baies vitrées. Cette partie inclut encore la dernière salle de l’exposition à laquelle on accède par un pont placé sous la verrière du hall d’entrée et le surplombant : l’espace plus large et dépouillé projette un montage aux dimensions quasi réelles des paysages actuels des lieux de combats, accompagnés par quelques citations de paroles de soldats. Le passé se lit ainsi dans le présent qui porte encore, parfois de manière très discrète, les marques de ce passé.

« Goulots » et ouvertures

L’architecture d’un bâtiment classé a imposé plusieurs contraintes aux concepteurs de l’exposition permanente, comme le fait de devoir intégrer deux ou trois niveaux dans un parcours de visite. Ils ont opté pour des montées en pente légère et l’usage de quelques marches permettant de conserver le volume intégral de la plus grande salle. Quelques murs ont été levés, imposant au visiteur de suivre un tracé rappelant l’espace oppressant des tranchées. Étant donné que ces « couloirs » contiennent également quelques vitrines d’exposition, les étudiants n’ont pas manqué de signaler la difficulté pour un guide de fournir des explications sur les objets face à un groupe dans un endroit si exigu et de garantir leur visibilité. Les ouvertures se retrouvent dans les larges dimensions des deux salles les plus vastes du musée, l’une consacrée à la Première Guerre et l’autre à la seconde : la première inclut l’entre-deux-guerres comme transition, située dans un espace médian, non fermé, comme suspendu, avec en contrebas la Première Guerre et ses tranchées et, par un accès à nouveau relativement étroit, l’ouverture vers la Seconde Guerre mondiale. Cette salle est également imposante, quoique de plain-pied : elle étonne par les brisures que constituent les supports d’exposition dans des matériaux et formes différentes et qui permettent de créer des espaces plus confinés où sont traités divers aspects et moments de la guerre à Mons.

Multiperspectivisme et « glocal »

En ce qui concerne le contenu de l’exposition, les étudiants ont estimé qu’une des réussites principales se trouvait dans l’équilibre entre histoire mondiale et histoire locale. En effet, le visiteur étranger n’a pas le sentiment de se trouver dans un musée municipal d’histoire de la ville, tandis que le visiteur local y découvre de nombreuses facettes de l’histoire de sa région. Cet équilibre ne tient pas tant au fait que les panneaux d’exposition sont en quatre langues (français, néerlandais, anglais et allemand), mais bien à la combinaison d’objets provenant de tous les belligérants : on y trouve certes une jeep américaine, remise à neuf, participant à une forme de « disneylandisation » de l’histoire, comme l’a fait remarquer un étudiant sensible aux clichés, mais bien davantage des objets de soldats ou de civils de nationalités différentes dont des extraits de lettres et journaux intimes d’Allemands manifestant les émotions des soldats ennemis. La présence et l’entrecroisement de ces deux niveaux d’histoire permet d’obtenir une vue d’ensemble, riche et multifocale, sur les guerres.

Conclusion

L’intérêt pris à la découverte du passé montois en temps de guerre via les moyens multisensoriels mis en œuvre dans le musée n’a pas empêché les étudiants d’exercer leur œil critique. Celui-ci porte notamment sur le contenu. Certains regrettent le peu de place accordée à l’histoire militaire de la région de Mons au Moyen-Age et aux Temps Modernes : ces périodes semblent anecdotiques, alors qu’elles ne le sont pas dans l’histoire militaire montoise, ce sans diminuer l’importance que méritaient les deux grands conflits mondiaux. Quant à la période de l’après 1945, elle n’est pas abordée ; pourtant, la région de Mons accueille, dès 1945, le plus grand camp de prisonniers de guerre de Belgique (à Erbisoeul), ainsi que, depuis 1967, une base importante de l’OTAN : le « Grand Quartier général des puissances alliées en Europe » intitulé, selon l’acronyme anglais, SHAPE, toujours très actif aujourd’hui. Dès lors, un musée qui s’appelle Mons Memorial Museum et qui, de ce fait, institue le rapport du passé à la mémoire (celle qui est vive, individuelle et qui cherche à modeler le présent en réfléchissant sur le passé), et pas seulement à l’histoire (qui a un rapport plus scientifique et objectivant au passé ainsi qu’un caractère davantage collectif ou transpersonnel), ne pourrait-il pas intégrer davantage ce dernier élément, à savoir une présence militaire internationale forte de plusieurs dizaines de milliers de personnes (si l’on compte les familles) dans la région, laquelle la marque de son empreinte au quotidien, en unissant de la sorte le mondial et le local, en temps de paix cette fois et non plus en temps de guerre ?

[1] Voir http://www.polemuseal.mons.be/en/mons-memorial-museum (consulté le 14 mai 2016).

[2] Voir http://www.monsmemorialmuseum.mons.be/presentation/philosophie-du-projet (consulté le 14 mai 2016).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.