Les historiens de l’UCL – Geneviève Warland

Geneviève Warland est historienne, philosophe et philologue de formation, une combinaison un peu insolite mais porteuse quand on veut introduire des concepts en histoire et réfléchir à la manière de l’écrire. De 1991 à 2003, elle a enseigné en Allemagne sous des statuts divers, principalement à l’université : Aix-la-Chapelle, Brême, et aussi, par la suite, Francfort/Main et Paderborn. Cette vie un peu aventurière l’a tout de même ramenée en Belgique où elle a travaillé comme assistante en philosophie à l’USL-B et y a soutenu en 2011 une thèse intégrant une approche historique et une approche philosophique sur les usages publics de l’histoire dans la construction des identités nationales et européennes au tournant des 20e et 21e siècles.

Depuis 2012, elle est chargée de cours invitée à l’UCL, pour différents enseignements en relation avec  ses domaines de spécialisation : historiographie, communication scientifique et épistémologie de l’histoire, médiation culturelle des savoirs en histoire. En outre, elle travaille dans un projet interdisciplinaire et interuniversitaire sur les expériences et les mémoires de la Première Guerre Mondiale (PGM) en Belgique, financé par Belspo (service de programmation politique scientifique fédérale belge) (2014-2018), où elle assure la coordination des équipes et effectue des recherches sur les émotions chez les historiens-témoins de la PGM, sur l’historiographie allemande relative à cet événement majeur ainsi que sur la mémoire de ce dernier en Belgique et en Allemagne.

Les domaines de recherche actuels de GW, membre du LaRHis et de l’institut INCAL, se situent en historiographie transnationale des 19e et 20e siècles. Elle est particulièrement attentive aux échanges de savoirs et aux transferts entre les grands et les petits États que sont, d’un côté, l’Allemagne et la France et, de l’autre, la Belgique et les Pays-Bas. Dans ce cadre, elle s’intéresse aux institutions scientifiques et à des historiens en particulier qui ont joué un rôle de médiateur : Henri Pirenne, Karl Lamprecht, Martin Philippson, … Un canevas éthico-philosophique lui semble porteur pour analyser les rapports qu’entretiennent les historiens et les professeurs d’université en général avec leur métier et leur rôle social : celui de scholarly persona. Elle cherche à le mettre en application dans plusieurs directions : l’étude des historiens allemands d’origine juive (Philippson, Bernheim, Stern, …), celle des rapports des historiens à leurs émotions et à leur volonté de témoigner pendant la PGM (Pirenne, Fredericq, Hampe, …), celle de la fonction propagandiste du professeur d’université au service de sa nation, …. Les résultats (provisoires et cumulatifs) de ses recherches s’énoncent dans de nombreux articles et chapitres de livres, souvent en anglais et en allemand, mais aussi en français ! À retrouver sur DIAL !

Enfin, GW a traduit beaucoup de textes scientifiques, articles et livres, dans les domaines de la philosophie et de l’histoire, à partir de l’allemand, de l’anglais et du néerlandais vers le français. Elle est membre du conseil d’administration et du comité de rédaction de La Revue Nouvelle, revue généraliste et critique sur le monde contemporain, belge et étranger, jouant un rôle d’interface entre l’univers des experts et des universitaires et une audience plus large. Ses engagements sociaux se situent principalement au niveau local, vers plus de solidarité, de convivialité et de durabilité dans les modes de production et de consommation. D’où son intérêt pour les thématiques de l’environnement et de l’écologie politique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *