Les historiens de l’UCL – Jonas Campion

Mon projet scientifique, s’il a parfois semblé prendre des orientations plurielles, répond avec le recul à une cohérence dans les problématiques envisagées. D’une approche initialement centrée sur la gendarmerie – force régalienne de police, présente au sein de différentes Nations, et fondamentale dans l’exercice du maintien de l’ordre –, mes recherches se sont progressivement orientées vers l’analyse de l’évolution sociohistorique du concept de sécurité publique au long du 20e siècle. La sécurité est un concept polysémique, recouvrant des significations sociales, juridiques, politiques, ou professionnelles parfois contradictoires. Évolutif, sa signification est inscrite dans le temps et dans l’espace. Je l’envisage comme une réalité dynamique, se construisant de la rencontre entre les différentes composantes de la vie en société : État, populations et administrations parmi lesquelles, les institutions en charge de missions policières. Dans cette perspective, la  sécurité publique se définit par son objectif principal : la gestion de risques collectifs et individuels, pour garantir l’ordre, protéger les cadres du vivre ensemble et rencontrer les attentes dévolues à l’État contemporain, en termes de protections des biens et des personnes. Les politiques sécuritaires ont ainsi pour but de gérer les risques (crimes, violences, mais aussi événements exceptionnels), et d’orienter, dans une logique gouvernementaliste, les conduites des populations.

L’articulation de mon parcours se résume dans l’intitulé « sociétés et sécurités en Europe », et se décline selon trois grands axes : une histoire des gendarmeries, puis des polices au cœur de l’État ; une histoire du processus menant à la gestion négociée de l’espace public, liant ordre, désordre et territoires spécifiques ; enfin, une histoire de la justice et de ses enjeux et pratiques durant et autour des guerres mondiales, face aux transitions et restaurations étatiques. Ces trois axes de recherches considérés simultanément représentent des facettes complémentaires permettant d’aborder la sécurité comme objet d’études. Chacun de ces axes interroge, à sa manière et à un niveau précis, la construction et le fonctionnement étatique en Europe au 20e siècle…

Auteur du Carnet Hypothèses SecupolXX, j’envisage actuellement la construction des politiques de sécurité à la frontière franco-belge, au long des 20e et 21e siècle, mettant notamment en œuvre une démarche d’histoire orale. Je suis également intéressé par les enjeux de méthodes, les jeux d’échelle, les sources de la sécurité et les enjeux du rôle de l’historien dans la société, ce qui est logique lorsqu’on travaille sur la répression de la collaboration et l’action policière !

Jonas Campion
Chargé de cours invité,
Centre d’histoire du droit et de la justice

Contact mail : jonas.campion@uclouvain.be

Voir la page suivante (ci-dessous, 2) pour des informations sur les mémoires de Master


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.