Les historiens de l’UCL – Jonas Campion

Domaines de recherches : histoire des polices – histoire de l’ordre – histoire de la sécurité – histoire de la justice, de la construction sociopolitique de l’État – guerres, occupation et fonctionnement de l’état

Pour la période contemporaine (19e au 21e siècles), co-promotion possible :

  1. Répression en temps de guerre:

    Sur des sujets relatifs au fonctionnement de l’appareil étatique de répression (polices et justice) autour des guerres mondiales (redéfinition des criminalités, épurations, multiplication des sources du droit et des facteurs de violence, conditions particulières d’ordre,…). Des approches comparatives en termes diachroniques (les deux guerres) ou géographiques peuvent être envisagées. Les sources de la pratique seront largement mobilisées.

  2. Sécurité et ordre public dans la société belge :

    Sur des sujets relatifs à l’histoire des institutions et des pratiques en lien avec l’ordre public la sécurité intérieure (polices, gendarmerie, sûreté publique, police judiciaire, armée, institution privée) ; sur l’histoire de la sécurité publique (définition, mise en œuvre et évaluation de cette politique) ; sur l’histoire du maintien et du rétablissement de l’ordre (acteurs, lieux et chronologie des troubles, doctrines, débats et pratiques….) ; sur les systèmes policiers et leurs fonctions ; sur les échanges et coopérations entre institutions de police. L’approche pourra être institutionnelle, sociologique (ce y compris la féminisation des institutions d’ordre), identitaire, fonctionnelle (pratiques et missions), biographique ou prosopographique. Outre les dimensions policières et sociales de ces thématiques, celles-ci peuvent contribuer à une histoire sociopolitique des transformations de l’État (fonctions, champs d’interventions, relations avec les citoyens,…).

  3. Fonctions publiques et transitions politiques :
    Sur des sujets relatifs à l’exercice de fonctions publiques en période de « crises », lors des transitions politiques autour des guerres mondiales, en mettant l’accent – à l’aide de sources de la pratique – sur les administrations, les institutions de police et la justice (droits et devoirs, conflits de normes, notions d’obéissance et de légitimité). En termes chronologiques, il s’agit aussi bien d’analyser les conflits proprement dits, que les sorties de guerres, et de réfléchir sur les continuités et ruptures induites par ces périodes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.