Les historiens de l’UCL – Luc Courtois

Docteur en histoire de l’Université de Louvain (1998), Luc Courtois a poursuivi sa carrière, après un mandat d’assistant à la Faculté de droit (1985-1992), comme directeur de la Fondation wallonne Pierre-Marie et Jean-François Humblet (Louvain-la-Neuve). Ses travaux ont alors porté sur les problèmes de construction identitaire wallonne en rapport avec histoire et mémoire. Après avoir défendu sa thèse, il a été nommé professeur suppléant à Louvain-la-Neuve (1998), puis professeur invité (1999-2004), professeur temporaire à temps partiel (2004-2005), chargé de cours (50 % ETP, 2006-2012) et professeur (2012). Depuis septembre 2015, il est professeur à 75 % ETP à l’Université catholique de Louvain et directeur à 25 % ETP à la Fondation wallonne. Titulaire d’enseignements en lettres, en sciences sociales et en théologie, il est membre du LaRHis, de l’Institut Iacchos et de l’Institut RSCS. En outre, depuis 2006, il assure la direction du Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques. Louvain Dictionnary of Church History et, depuis 2010, participe au Comité de rédaction de la Revue d’histoire ecclésiastique. Louvain Journal of Church History.

Après cette présentation « officielle », quelques mots plus personnels… Les aléas de mon itinéraire de recherche expliquent largement mes domaines d’intérêts en termes d’encadrement de mémoires, lesquels peuvent sembler à première vue hétérogènes. Mes débuts dans le « métier d’historien » ont porté sur les « études femmes » (comme certains les appelaient à l’époque), avec un mémoire sur l’admission des premières étudiantes à Louvain qui débouchera, en 1989, sur l’organisation d’une exposition (Femmes des années 1980) et d’un colloque (Femmes et pouvoirs). À partir de là, je me suis intéressé, au cours de mes recherches doctorales, à la figure de Mgr Paulin Ladeuze (1870-1940), recteur de l’Université à l’époque (1909-1940) et artisan de cette féminisation timide et tardive de notre institution. Théologien, spécialisé en orientalisme et en exégèse du Nouveau Testament, Ladeuze fut confronté, comme tous les universitaires catholiques de sa génération, au développement des sciences religieuses qui posaient à la conscience chrétienne des problèmes aigus d’adaptation au « monde moderne » et qui déboucha sur une crise grave passée à la postérité son le nom de « crise moderniste » (1898-1914). À ces préoccupations pour les études de genre, pour l’histoire culturelle mêlant histoire de l’Université et histoire l’histoire intellectuelle du catholicisme contemporain, est alors venue s’ajouter une curiosité, liée à mes travaux à la Fondation,  pour l’histoire de la Wallonie et du mouvement wallon. Ajoutons, last but not least, un intérêt particulier pour la bande dessinée comme source historique, que j’ai cherché à exploiter comme miroir imaginaire de  l’identité wallonne, comme reflet de la perception commune de la forêt, comme témoin d’un processus de relecture du passé colonial, etc. Bref : une histoire d’« accidents », qui furent autant d’invitations à ma curiosité…

Luc Courtois, bureau d.137 du Collège Descamps (Grand-Place, 45)

Téléphone : 010/47 37 81, courriel : luc.courtois@uclouvain.be

Voir la page suivante (ci-dessous, 2) pour des informations sur les mémoires de Master


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.