Conférence de Stéphane Audoin-Rouzeau à Louvain-la-Neuve le 24 février 2017

Le corps dans la Grande Guerre. Pour une anthropologie historique du corps guerrier. Conférence de Stéphane Audoin-Rouzeau à Louvain-la-Neuve le 24 février 2017

Note de synthèse par Geneviève Warland

Dans le cadre du groupe de recherche MEMEX WW1, Stéphane Audoin-Rouzeau nous a fait l’honneur de donner le 24 février 2017 une conférence particulièrement émouvante sur Le corps dans la Grande Guerre. Pour une anthropologie historique du corps guerrier.

Sa perspective relevant de l’anthropologie historique visait moins à présenter un contenu qu’un programme de travail. D’emblée, il a souligné une difficulté majeure pour l’étude de cette thématique : la fausse évidence du corps. En effet, nombreuses sont les études sur la guerre qui esquivent la corporéité dans le fait guerrier. Or, il s’agit là de l’oubli de l’essentiel, la guerre représentant une expérience somatique extrême.

D’un côté, on songe à ces blessures qui, par leur caractère inédit, ont stupéfié les contemporains et ont marqué la mémoire de la Première Guerre Mondiale (PGM): telles les images des « gueules cassées » ; d’un autre côté, il faut rappeler l’expérience de la guerre en tant qu’atteinte au corps comme épuisement somatique (absence de sommeil, manque d’eau, etc.). Par ailleurs, la guerre illustre des pratiques motrices spécifiques en matière de combat, lesquelles font l’objet d’un entrainement. Enfin, il faut prendre en compte l’entour du corps, à savoir l’équipement guerrier que sont les armes comme outils de même que la configuration du paysage : tranchées, trous d’obus, espace des lieux de bataille transformés par l’homme… Hors du champ de bataille se trouvent encore les barbelés : ils illustrent une nouvelle expérience corporelle propre au 20e siècle, celle des corps enfermés dans des camps, lesquels ont contribué à leur animalisation.La corporéité, centrale dans le fait guerrier, a rarement été posée en tant que telle comme objet d’étude. Ce fait révèle, selon Audoin-Rouzeau, un problème épistémologique : en effet, les recherches en sciences sociales sont de type historique, et elles n’accordent pas une attention suffisante à l’expérience anthropologique, laquelle renvoie au socle biologique de notre humanité. Il rappelle également que l’expérience du corps guerrier n’est pas fréquemment vécue, qu’il s’agisse de ne pas dormir pendant plusieurs jours ou encore d’expérimenter la douleur (avoir le corps ouvert pendant plusieurs jours, manquer d’eau pendant plusieurs jours, perdre le contrôle du corps avec le relâchement des sphincters sous la peur, perte vécue en public et donc accompagnée de honte). Le fait guerrier creuse une distance extrême avec la vie civile où le corps n’est pas au premier plan (sauf dans les situations de dénuement comme dans le cas des SDF ou encore dans les sports extrêmes comme l’alpinisme). À l’inverse, dans l’activité guerrière, le corps est toujours présent. Il représente un facteur surdéterminant.

S’il est vrai que l’on peut établir des comparaisons avec des situations dans diverses contrées et à des périodes différentes, il faut toutefois se départir de l’illusion des corps mannequins, autrement dit de l’idée que le corps armé masculin l’est de façon identique. Sur ce point, Audoin-Rouzeau reconnait sa dette envers Jean-Pierre Warnier, ethnologue, spécialiste de l’Afrique subsaharienne intéressé par les conduites motrices[1]. En ce sens, il précise que l’idée selon laquelle les corps des soldats de la PGM seraient identiques au nôtre est fausse. En effet, ces derniers ne possédaient ni les mêmes pratiques motrices, ni les mêmes capacités sensorielles, ni les même affects, ni les mêmes formes de somatisation que les nôtres. La muséographie nous induit en erreur : les musées nous présentent des mannequins comme s’ils étaient identiques hier et aujourd’hui ; le cinéma nous induit aussi en erreur au niveau des pratiques motrices. Et cela même si certains grands réalisateurs tels que Bertrand Tavernier ont eu conscience de ce problème (voir son film Le capitaine Conan, 1996). Pour cette raison, ce dernier a engagé des soldats roumains, lesquels étaient plus proches de ceux de 1914 que les Français ; et il ne s’agissait pas seulement d’une histoire de taille et de stature.

Cela dit, certains chiffres sont parlants : les soldats français de 1914 mesuraient en moyenne 160 cm et leur poids était de 50 kg.  Ils portaient un équipement de 30 kg. Leur corps musclé et trapu avait une capacité d’endurance ainsi qu’une résistance à la douleur incroyables. Ce qui ressort ici est que l’excise corporel, autrement dit la manière dont on porte le corps, n’était pas identique au nôtre.

Comment donc réhistoriser les corps de la grande Guerre ? Se pose la question des sources à notre disposition pour étudier la thématique de la corporéité. Certaines informations proviennent des spécialistes des sciences sociales qui ont traversé la guerre et ont rapporté leur expérience : tels Marcel Mauss, Marc Bloch, Robert Hertz, ….

Que disent donc de la guerre ces auteurs formés à l’expression du social ? Malheureusement, plusieurs d’entre eux n’ont que très peu parlé de leur expérience de guerre et, s’ils l’ont fait, c’est souvent davantage du côté du ressenti, de l’expérience psychologique que de celui des pratiques de motricité. Néanmoins, un auteur pousse le témoignage assez loin dans ce sens : il s’agit de Marcel Mauss, neveu d’Émile Durkheim, lequel combat en 1915-16 avec des unités en première ligne.

En 1934, Mauss donne une conférence sur les techniques du corps devant la Société française de psychologie dans laquelle il parle du corps comme instrument et définit une taxinomie des techniques du corps (8 catégories : reproduction, motion, etc.). Cette conférence comporte trois passages sur les techniques du corps dans la PGM : il y mentionne la différence entre les techniques de bêchage entre les Français et les Anglais. Cette différence est importante pour le creusement des tranchées : en effet, les troupes anglaises ne savaient pas se servir des bêches françaises de sorte qu’il fallut changer 8000 bêches par division. Il s’agit ici d’un cas de relation entre l’objet et la pratique motrice. Une autre caractéristique, mise en évidence par Mauss, est la marche en musique militaire qui présente elle aussi des différences nationales. Dans deux autres passages, Mauss est observateur participant. Il évoque les techniques d’accroupissement : les Australiens blancs s’asseyaient pour se reposer en le faisant sur la pointe des pieds là où Mauss était fatigué par la même position. Enfin, il remet en cause l’idée de coucher comme naturelle et nécessaire en indiquant que l’on peut en réalité dormir partout, sur les cailloux, sur un cheval, ….

Cela dit, Mauss reste, selon Audoin-Rouzeau, à distance de l’essentiel : le combat. S’il parle de nombreuses choses, il laisse de côté le combat comme les techniques du corps blessé (comment réaliser les premiers soins, par exemple ?). Cette distance à l’objet-corps est révélatrice de la sociologie de Mauss qui est une sociologie sans objet.

L’élément sur lequel Audoin-Rouzeau souhaite attirer notre attention sont les pratiques sensori-affectivo motrices : il s’agit d’une perspective anthropologique selon laquelle il n’y a pas de sociologie sans instrument (tel le chapeau dont il faut tenir compte pour franchir une porte, tels les objets que l’on porte toujours avec nous comme les chaussures, ou encore l’uniforme et le casque dans le cas du soldat). L’importance du rapport sensori-affectif moteur se retrouve chez ce dernier dans l’attachement à ses armes. Ces dernières font ainsi partie de son « schéma corporel » (Paul Schilder).

Si les sources médicales sont très riches sur l’atteinte au corps (voir, par exemple, les travaux de Sophie Delporte), elles parlent peu de la souffrance du corps blessé. L’image peut elle aussi servir de source. L’œil mécanique s’est approché des corps en guerre. Mais les images de 1914-18 fixent difficilement les expériences au combat.

Malgré toutes ces difficultés et lacunes, les textes, les images, les photos permettent de faire une observation essentielle sur l’attitude des corps dans la guerre : l’ethos, qui est celle du combattant napoléonien, au corps redressé en raison de la contrainte technique du fusil à poudre, est encore présent au début de la guerre en dépit des évolutions technologiques. Cela indique que la représentation de soi, les affects sont plus importants que la rationalité.

Par la suite, les soldats s’enterrent : on assiste au passage des corps redressés vers les corps couchés pour limiter les pertes. Ce basculement s’explique par l’intensité du feu moderne (voir le roman-témoignage, La peur de Gabriel Chevallier, 1930). Se mêlent ainsi une part de spontané et une part d’apprentissage chez les soldats de la PGM : ils utilisent ainsi les corps tombés pour se protéger, la position à adopter étant celle de la tortue, laquelle laisse les flancs pourtant exposés. Mais certains soldats s’aplatissent, rentrent dans le sol. L’expérience de la guerre consiste désormais à se coucher dans la boue, le sang, les entrailles….

L’atteinte par les balles est terrifiante : les effets de souffle de la balle font éclater les structures osseuses, musculaires, etc., lesquelles sont à jamais détruites (forme conique) ; de même, les effets du canon provoquent des polyblessés, en raison notamment de la projection des débris.

Avec la PGM, l’équilibre entre les progrès de la médecine et les types d’atteinte au corps est ébranlé. En outre, ce qui a été fort peu exprimé ou représenté est l’après-coup de l’atteinte (sauf chez le peintre expressionniste allemand Otto Dix). Si le témoignage combattant est silencieux sur l’expérience des blessures, il existe pourtant une exception : elle se trouve dans la nouvelle J’ai saigné de Blaise Cendrars qui a été amputé du bras droit. Il y exprime sa douleur, mais aussi son autocontrôle, son immobilité, l’écoulement du sang et la terreur liée à cet écoulement. Dans le style utilisé par Cendrars pour décrire sa souffrance physique se reflète la douleur de sa souffrance psychique.

Telle est la série de suggestions proposées par Audoin-Rouzeau pour aborder le sujet difficile de l’histoire du corps en 1914-18 sous l’angle d’une histoire du sensible. Une communication dont la force et la sensibilité des propos ont produit chez les auditeurs une expérience tout à la fois intellectuelle et corporelle.

[1] Pour cet auteur, consulter notamment la présentation de ses recherches sur http://ceaf.ehess.fr/index.php?469


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.