Les historiens de l’UCL – Anne-Sophie Gijs

Docteure en histoire, je suis Professeure au sein de la Faculté de Sciences économiques, sociales, politiques et de communication et au sein de la Faculté de Philosophie, Arts et Lettres de l’UCLouvain.

Mes enseignements portent, d’une part, sur l’histoire de la construction européenne et le fonctionnement de l’Union européenne aujourd’hui, en particulier dans ses interactions avec le monde extérieur. D’autre part, sur l’histoire de l’Afrique subsaharienne, l’analyse de sa configuration et de ses défis actuels (sociopolitiques, démographiques, économiques, religieux, culturels, environnementaux et sécuritaires) mais aussi de ses relations avec le monde extérieur, et en particulier avec l’Europe.  

C’est précisément à l’histoire des relations entre ces deux continents, l’Europe et l’Afrique, que je consacre mes recherches scientifiques depuis plusieurs années.

Après des premiers travaux portant sur les missions religieuses au Congo au tournant des 19e et 20e siècles, mes recherches sur l’histoire coloniale belge se sont inscrites dans le cadre plus large des relations politiques internationales et de la guerre froide. Ma thèse de doctorat a ainsi donné lieu à la publication de l’ouvrage Le pouvoir de l’absent. Les avatars de l’anticommunisme au Congo (1920-1961) (P.I.E. Peter Lang, 2016). Poursuivant mon « voyage » dans le temps dans une perspective spatiale et thématique encore élargie, je souhaite à présent réinterroger les relations entre l’Europe et l’Afrique depuis la fin de la guerre froide, à la lumière des mutations géopolitiques et économiques internationales et des évolutions institutionnelles respectives des deux continents. Mes terrains d’analyse privilégiés couvrent le commerce et la coopération au développement, mais aussi la politique étrangère, les enjeux en termes de gouvernance, de paix et de sécurité, et enfin, les problématiques de migration, d’asile et d’intégration.

En parallèle de ces axes de recherche eurafricains, je me suis aussi intéressée à l’histoire économique et à l’histoire de la politique étrangère de la Belgique. Vous trouverez une liste plus complète de mes publications en suivant le lien suivant : https://uclouvain.be/fr/repertoires/anne-sophie.gijs 

Sur les plans méthodologique et épistémologique, je me nourris de divers apports qui rencontrent mes centres d’intérêts et mes sensibilités en tant qu’enseignante et chercheuse fascinée par les rencontres entre univers culturels et mentaux différents. Aujourd’hui, sortir de son petit « village gaulois », être éveillé à ce qui se passe « dans le village planétaire » peut certes sembler plus logique ou plus facile vu les nouveaux outils d’accès et d’information qui nous sont offerts, mais il n’empêche qu’appréhender « l’autre », « le différent », et comprendre son regard, son vécu, cela reste un défi de taille, qui nécessite des moyens spécifiques. Je puise ainsi dans les « boîtes à outils » livrées par l’histoire connectée, l’histoire des mentalités et des représentations ; je m’intéresse aux théories des relations internationales et aux réflexions issues des postcolonial/subaltern studies. J’invite ainsi les étudiants à s’affranchir de l’européocentrisme pour questionner et analyser les rapports de pouvoir, les systèmes et les modèles de pensée et d’action, ici et ailleurs, hier et aujourd’hui, avec nuances. Cela implique notamment de mobiliser des sources écrites et orales occidentales et extra-occidentales et d’utiliser des travaux issus de plusieurs disciplines (histoire, anthropologie, sociologie, droit, économie, psychologie, sciences politiques) pour diversifier leurs moyens d’appréhender le monde et leur permettre de décoder nos sociétés contemporaines de manière critique et inclusive. Selon les enjeux ou les thématiques étudiés, ceci nécessite d’intégrer diverses échelles d’analyse (individu, communauté locale, État, région, continent, monde) et de varier les profils d’acteurs étudiés (publics ou privés, issus du monde politique, du business, de la société civile, de la sphère religieuse) en les situant à chaque fois dans leur univers socioculturel spécifique. L’objectif est alors de confronter les points de vue, en remettant les acteurs en réseaux, en comparant les représentations et croyances respectives, en dégageant les interférences et les influences réciproques, tout en naviguant des discours aux réalités de terrain.

Pratiquant une histoire immédiate jouxtant le temps présent, je m’intéresse par ailleurs également aux relations entre « histoire » et « mémoire » et aux problématiques d’identités. Ces enjeux m’incitent à réfléchir à la place et au rôle que l’historien/ne peut occuper dans l’espace public et aux liens entre enjeux scientifiques et questions citoyennes… 

Voir la page suivante (ci-dessous, 2) pour des informations sur les mémoires de Master.


Une réflexion sur « Les historiens de l’UCL – Anne-Sophie Gijs »

  1. Je suis personnellement intéressé par la Professeure Anne-Sophie Gijs. En effet, je suis en DEA à l’Université Pédagogique Nationale, en RDC. Je fais de l’histoire économique. Je travaille sur la monnaie congolaise, sa fabrication et sa circulation et l’autonomie du Congo.
    En vous lisant, je profite de l’occasion pour supplier à la Professeure précitée de m’encadrer jusqu’à la thèse.
    Je promets de lui faire le résumé de mon étude dès qu’elle le jugera nécessaire.
    Merci.
    Daniel NDJIBU BATABATA, Chef de Travaux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.