Les historiens de l’UCL – Anne-Sophie Gijs

Les domaines de recherches pour lesquels je propose un encadrement sont les suivants :

Histoire coloniale belge des 19e et 20e siècles :

  • dans son axe interne belgo-africain
  1. dans ses dimensions religieuses (croyances autochtones, mouvements syncrétiques, missions européennes)
  2. dans ses dimensions économiques et sociales (grandes entreprises/ sociétés privées et économie coloniale, luttes ouvrières et syndicales ; organisation du travail ; statuts et rôles des colons et des colonisés ; ruptures et conséquences sur les modes d’organisation préexistants ; mouvements de résistance ; place de la femme, etc.)
  3. dans ses dimensions politiques (exercice du pouvoir en milieu colonial ; fonctionnement des relations « métropole – colonie » ; contestations et répressions ; systèmes militaro-policiers ; mouvements d’idées ; anticolonialisme en Belgique et au Congo/Rwanda/Burundi).
  • élargie au contexte international :
  1. sur les plans économique/stratégique (poids des ressources coloniales dans les conflits mondiaux (guerre 1914-18, guerre 1940-45, guerre froide)
  2. sur le plan politique (impact de la colonisation/décolonisation sur la politique étrangère belge et sur la perception de la Belgique à l’étranger).
  • dans sa dimension mémorielle, individuelle et collective :
  1. gestion et représentations du passé colonial par l’État et la société belge, d’une part, et d’autre part, par les familles et les individus descendant directement des colons/coloniaux/colonisés.

Histoire des relations entre la Belgique et le Congo, le Rwanda et le Burundi après les indépendances (par ex. : la Belgique et le régime de Mobutu ; la Belgique et le génocide au Rwanda, etc.).

Histoire des relations contemporaines entre l’Afrique subsaharienne et l’Europe (via leurs organisations continentales (Union africaine et Union européenne) et/ou leurs États membres :

  1.  sous les angles économiques et de coopération au développement
  2. au niveau politique et diplomatique (gouvernance, démocratie, respect des droits humains)
  3. sur le plan sécuritaire (prévention et gestion de conflit)
  4. face à la problématique migratoire

De nombreuses études de cas sont envisageables (au départ d’un individu, d’un mouvement, d’une organisation, d’un pays ou d’une situation de crise). La philosophie générale des travaux que j’encadre s’articule souvent sur des changements d’échelle allant du particulier au général ; oscillant entre passé et présent ; et recourant à des multiples éclairages éventuellement issus de disciplines connexes à l’histoire (sociologie, anthropologie, psychologie sociale, droit, économie, sciences politiques).

Mes coordonnées :

Anne-Sophie Gijs (EURO – Collège des Doyens, Place des Doyens 1/L2.01.03, 1348 Louvain-la-Neuve) (Premier étage, bureau A 136) – Téléphone : +32 10 47 85 26 – E-mail : anne-sophie.gijs@uclouvain.be


Une réflexion sur « Les historiens de l’UCL – Anne-Sophie Gijs »

  1. Je suis personnellement intéressé par la Professeure Anne-Sophie Gijs. En effet, je suis en DEA à l’Université Pédagogique Nationale, en RDC. Je fais de l’histoire économique. Je travaille sur la monnaie congolaise, sa fabrication et sa circulation et l’autonomie du Congo.
    En vous lisant, je profite de l’occasion pour supplier à la Professeure précitée de m’encadrer jusqu’à la thèse.
    Je promets de lui faire le résumé de mon étude dès qu’elle le jugera nécessaire.
    Merci.
    Daniel NDJIBU BATABATA, Chef de Travaux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.