Le Mundaneum, « google de papier »

Par Geneviève Warland, chargée de cours invitée, avec les étudiants de Master 1 de la filière Communication de l’histoire à l’Université Catholique de Louvain, 2015-16.

Voir le site du Mundaneum
Voir le site du Mundaneum

Le Mundaneum a été créé à Bruxelles à la fin du 19e siècle à l’initiative de Paul Otlet et d’Henri La Fontaine qui souhaitaient rassembler en un seul lieu les connaissances du monde entier. Ils cherchèrent à en dresser l’inventaire à l’aide de fiches bibliographiques, mais imaginèrent aussi un système de classement de ces connaissances. Fruit de la collaboration et de l’amitié entre ces deux intellectuels belges, dont le second, homme politique socialiste, reçut le prix Nobel de la paix en 1913 (pour sa contribution à la création du Bureau international de la paix), ce projet était à la fois audacieux et utopique. Il n’a pas été poursuivi après la mort de ses concepteurs, et ce n’est que récemment que l’on a redécouvert l’aspect visionnaire principalement des propositions d’Otlet. Il lui a valu le qualificatif élogieux de « forgotten prophet of the internet ».

Après avoir connu divers aléas, les collections du Mundaneum ont été acheminées à Mons dans un magnifique bâtiment Art Déco où elles sont conservées depuis 1998. Ce bâtiment, qui abritait un grand magasin appartenant à la coopérative, l’Union économique de Belgique, a été réaménagé avec le concours de François Schuiten, dessinateur et scénographe belge. Ce dernier a inscrit dans l’architecture intérieure du bâtiment deux éléments rappelant le projet universaliste des fondateurs du Mundaneum : une immense mappemonde accrochée au plafond, lequel représente l’univers avec la Voie Lactée.

Dans sa forme actuelle, le Mundaneum remplit trois missions explicitées sur la page d’accueil de son site web : un centre d’archives, un espace d’exposition et un « lieu d’exception » dans le sens où le bâtiment exhibe des qualités architecturales exemplaires.

C’est ce lieu que les enseignants responsables du cours de Médiation culturelle des savoirs historiques dans la filière Communication de l’histoire à l’Université catholique de Louvain ont décidé de visiter avec les étudiants de Master 1 lors d’un voyage culturel à Mons le 23 mars 2016.

En tant que centre d’archives, les caves du Mundaneum possèdent quelques 6 km courants de documents : papiers personnels des fondateurs, Paul Otlet et Henri La Fontaine, et collections de journaux, d’affiches, de cartes postales, de plaques de verres et de documents rassemblés par eux ou par leurs successeurs. Ils concernent trois thématiques principales chères à Henri La Fontaine en particulier : le pacifisme, l’anarchisme et le féminisme. Ces fonds d’archives sont mis à la disposition des chercheurs du monde entier (le premier biographe de Paul Otlet est un historien australien) ; par des publications diverses sur son contenu et ses fondateurs, le Mundaneum vise également à en valoriser la richesse.

Comme espace d’exposition, le Mundaneum possède une collection permanente unique au monde. Les objets matériels les plus visibles, renvoyant à l’invention d’Otlet qui est la classification décimale universelle, sont les meubles du répertoire bibliographique universel disposés le long des murs sur deux étages et les près de 18 millions de fiches indexées qu’il contient. Ces dernières font du Mundaneum un « Google de papier ». En ce sens aussi, Otlet est présenté comme un des pères des sciences de l’information. Il avait développé des schémas et des diagrammes à des fins de classification comme d’explication : il considérait, en effet, que la visualisation des idées était essentielle à la synthèse de la connaissance. Ces éléments sont explicités dans l’exposition et dans les livres consacrés à cet inventeur de génie.

Pour ce qui est des expositions temporaires organisées au Mundaneum, elles doivent s’adapter aux contraintes architecturales du lieu, lequel offre malgré tout un vaste espace ouvert, assorti d’une galerie sur deux étages. L’exposition, proposée par le musée lors de notre visite, Mapping knowledge. Comprendre le monde par les données, portait sur la représentation visuelle d’informations à l’aide de divers moyens et supports et à travers différentes époques. Se déroule, sous les yeux du visiteur, une histoire du langage visuel qui expose des cartes, des mises en réseaux, de l’infographie numérique, etc. et qui montre, par plusieurs exemples, l’arbre comme symbole de la connaissance (notamment au 18e siècle). Comme l’ont fait remarquer les étudiants, cette exposition temporaire, dans laquelle le visiteur entre sans explication préalable, le plonge dans une pénombre, choix scénographique qui n’apparait pas totalement justifié : non seulement elle dissimule de beaux détails architecturaux du bâtiment, en particulier des vitraux, mais surtout elle nuit à la lisibilité de plusieurs encarts explicatifs.

De plus, selon ces derniers, cette exposition ne met pas suffisamment en valeur la collection du Mundaneum. Le projet d’Otlet et de La Fontaine n’est évoqué que dans une des six parties, en complément à certaines illustrations. Par ailleurs, l’exposition contient majoritairement des reproductions : cela apparait comme un déficit aux historiens soucieux d’authenticité. Bref, malgré son intérêt cognitif indéniable et la possibilité d’utilisation de médiums interactifs tels qu’un lecteur de fiches bibliographiques et une sphère sur écran que le visiteur peut manier à l’aide d’un capteur de mouvements, l’exposition n’a pas convaincu entièrement les étudiants en histoire avides de documents de première main et d’informations bien présentées.

Que retenir in fine de la visite du Mundaneum ? Un émerveillement pour l’univers complexe de la connaissance et surtout de la mise en relation des connaissances tels qu’évoqués et mis en scène dans l’exposition permanente; un enchantement pour un lieu incongru qui rappelle l’immensité de l’univers comme celle du savoir ; enfin, une gratitude pour l’accueil très chaleureux et instructif de la part des collaborateurs.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.