Musées-valises sur les relations belgo-allemandes au 20e siècle

Une coopération entre l’Université catholique de Louvain et l’Universität Paderborn, dont nous attendons la suite….

Geneviève Warland (UCL),
chargée de cours invitée en FIAL, responsable de la filière communication de l’histoire

La vie de la caserne Adam à Soest dans les années 60-70, Une enfance dans la ville de garnison de Soest dans les années 50, J’avais vingt ans en 1945 à Soest, La contrebande de café sur la frontière belgo-allemande après la seconde guerre mondiale, Les relations entre soldats allemands et femmes belges au cours des deux guerres mondiales, Les camps de prisonniers belges en Allemagne pendant la première guerre mondiale, L’espionnage pendant la grande guerre en Belgique, Les traces mémorielles des deux guerres sur le territoire belge, tels sont les thèmes de musées-valises réalisés par des étudiants en langue, littérature et culture francophone de l’Université de Paderborn avec la collaboration d’étudiants en histoire de l’Université catholique de Louvain (UCL). Ce projet relève du domaine de la Public History, les valises offrant un regard sur le passé à la fois documentaire, ludique et artistique. Il repose sur la coopération entre deux professeures, Sabine Schmitz, détentrice de la chaire des cultures et littératures romanes à l’Université de Paderborn et directrice du Belgienzentrum ou BELZ (le seul centre d’études belges en Allemagne), et Geneviève Warland, qui enseigne la communication de l’histoire et est responsable de cette filière à l’UCL. En outre, il a bénéficié de l’expertise de Christoph Brüll, chercheur à l’Université de Luxembourg et spécialiste des relations belgo-allemandes particulièrement dans l’après-seconde guerre mondiale, pendant la semaine de travail en commun à Paderborn (du 14 au 17 mai 2018).

L’élaboration et la confection de musées-valises s’inscrit, pour les étudiants de l’université de Paderborn, dans le programme d’un séminaire de Master De la ‘fabrication’ de l’histoire : Musées-Valises sur l’histoire et la culture belgo-allemande aux XXe et XXIe siècles, dirigé par Sabine Schmitz de même que dans celui d’un séminaire de Baccalauréat Les Musées-Valises : Matérialisation des théories de la mémoire et de l’héritage culturel sous la direction de Marie Weyrich, assistante en langues et littératures romanes. Pour les étudiants de l’UCL, la participation à la réalisation de ces musées-valises relève d’un travail de valorisation patrimoniale dans le cadre du cours-atelier de Master dans la filière Communication de l’histoire : Médiation culturelle des savoirs en histoire.

Le travail sur les musées-valises intègre encore le musée des Forces Armées Belges à Soest, ville située non loin de Paderborn. De nombreux objets pour la confection des valises viennent de ses collections : cartes postales, albums photos, lettres, journaux et revues, uniformes de soldats et aussi de scouts, médailles, casques, douilles transformées en objets de décoration, cisaille à couper les fils barbelés, etc. Ce musée sis dans les anciennes casernes occupées par les Belges à Soest de 1951 à 1994 est une véritable caverne regorgeant de trésors et de souvenirs des rapports de conflit, d’occupation, de coexistence et d’amitié entre Allemands et Belges allant de la première guerre jusqu’au milieu des années 1990. Il a été créé par un collectionneur avisé, Burkhard Schnettler, et sert aujourd’hui de lieu de visite pour tous ceux que la présence des Belges en Allemagne, principalement après 1945 au temps de la guerre froide, intéresse. Le Museum BSD selon sa dénomination allemande, remplit également la fonction de lieu de rassemblement pour les Amicales et clubs des anciens. En effet, de nombreux Belges vivent encore dans cette région. En tout, la circonscription de Soest compterait plus de 13.000 Belges, issus pour la plupart de familles d’anciens soldats mariés à des Allemandes et comprenant leurs enfants et petits-enfants. Cette donnée, à savoir celle de la présence de témoins, a été prise en compte : les étudiant.e.s ont interrogé d’anciens soldats afin de mieux comprendre la vie dans les casernes et les contacts avec la population allemande.

Pourquoi réaliser des musées-valises pour raconter des aspects de l’histoire belgo-allemande au 20e siècle ? Si ce support de médiation est une des spécialités de l’Institut pour les arts, la musique et le textile de l’Université de Paderborn grâce à la professeure Jutta Ströter-Bender qui en a défini les principes, il nous a paru riche en potentialités pour faire collaborer des étudiant.e.s allemands et belges, les premier.e.s se spécialisant en langues et cultures romanes et les second.e.s en communication de l’histoire. Au-delà du travail en lui-même, qui permet d’associer des compétences multiples – sollicitées dans les disciplines de sciences culturelles et d’histoire, mais au-delà par l’esprit de création et de décoration –, les valises, également d’époque, sont destinées à devenir de petits musées portables expliquant et illustrant une thématique précise par des moyens divers. L’objet authentique de préférence – casques, bérets à floche, uniformes, médailles, boîtes, chopes, outils, … –  ou reproduit – par un dessin, une photo, un modelage, … –, est au cœur de la démarche. Il est placé dans un décor et est accompagné de textes, photos, liens par QR-code vers des commentaires, interviews, témoignages, chansons, etc.

Les musées-valises sont ainsi des espaces narratifs où des objets de diverses natures sont souvent rattachés à l’histoire d’un lieu ou bien d’un personnage réel ou fictif qui sert de point d’ancrage. Le recours à un personnage fictif, qui est l’option privilégiée par plusieurs groupes d’étudiant.e.s, offre l’avantage de pouvoir associer des objets, des documents et des photos d’origines différentes. Cela permet aussi de composer une intrigue en l’absence d’une histoire déjà écrite et transmise sous la forme intime du journal. Tant l’intrigue que les événements rapportés et les objets, photos et textes qui y sont référés doivent cependant respecter les règles de cohérence et de plausibilité.

C’est sur ce terrain de la reconstruction de l’histoire et de l’appel à des éléments historiques variés que les discussions entre les étudiant.e.s belges en histoire et les étudiant.e.s allemand.e.s en langues, littératures et cultures romanes ont été les plus animées. En effet, elles ont confronté et mis en dialogue des méthodologies différentes. Les un.e.s insistent sur la rigueur dans l’usage des sources, la présentation du contexte et l’exactitude dans le rapport aux événements et circonstances historiques, les autres utilisent le matériau historique, qu’ils/elles se sont adéquatement approprié, comme support à un récit fictionnel ou à une mise-en-représentation du passé. Quand l’histoire rencontre la fiction dans le chef des étudiant.e.s … Il s’agissait d’apprendre des un.e.s et des autres pour réaliser un bon scénario qui ne soit pas de l’histoire faussée, mais de l’histoire fictive en cohérence avec le passé : journal fictif d’un prisonnier de guerre, lettres fictives d’allemands à leur bien-aimée belge, semaine d’un enfant de soldat à Soest dans les années cinquante, ….

Les échanges se sont révélés aussi particulièrement fructueux dans la mise en commun des lectures de travaux et de sources en langue allemande, française et néerlandaise. Les étudiant.e.s ont ainsi pu multiplier leurs angles d’approche en croisant les perspectives de recherche allemandes et belges. Et ici ce sont les étudiants belges qui ont tiré profit du multilinguisme de leurs homologues allemand.e.s. Quand les langues ouvrent les horizons d’une recherche historique multifocale….

Outre ces aspects de perspectives bilatérales de recherche et de fidélité à une réalité passée, fût-elle de l’ordre de l’indice comme dans la micro-histoire où un individu tient lieu du collectif qu’il représente, les échanges autour de la valise comme contenant et contenu ont été très productifs. La sélection des matériaux à opérer, la structure d’ensemble à donner, les tâches à répartir (de la recherche documentaire à la rédaction et à la confection de décors ou d’éléments à placer) ont suscité une communication intense, chacun.e selon ses compétences linguistiques, méthodologiques et artistiques, plus que ne l’aurait fait la seule rédaction d’un travail commun de synthèse. La concrétude des objets et leur manipulation, amplifiées par les lectures et les possibilités ouvertes par le web, ont apparemment éveillé les sens de la communication et de la créativité.

Ces musées-valises ne poursuivent pas comme objectif de donner un aperçu global des relations belgo-allemandes ; elles se focalisent sur des aspects particuliers comme indiqué ci-dessus, mais qui tournent tous autour d’universaux culturels : la guerre, le courage et l’amour. Qui plus est, ils ont ceci de spécifique qu’ils traitent, pour la plupart, de sujets d’histoire militaire ou politique dans une perspective d’histoire culturelle, d’histoire sociale et d’histoire du quotidien. C’est par ce biais que s’opère la reprise par des jeunes du début de la vingtaine qui sont né.e.s après 1989 de l’histoire de deux pays voisins qui, dans certains cas encore, rencontre l’histoire familiale.

Les musées-valises feront l’objet d’une traduction en néerlandais afin d’être disponibles en trois langues : allemand, français et néerlandais, les trois langues nationales de la Belgique. Une fois terminées, elles seront exposées à l’Université de Paderborn, puis dans diverses institutions culturelles en Allemagne et en Belgique. À découvrir !

Last but not least, la délégation des six étudiant.e.s de l’UCL ayant eu la chance d’être hébergée par des étudiant.e.s allemand.e.s, l’espace des découvertes s’est aussi situé à un autre niveau : celui de l’interculturel. Et pour des étudiant.e.s en histoire ne connaissant pas l’allemand et pas ou peu l’Allemagne, ces quelques journées très remplies ont été riches de renseignements sur les habitudes, la politique, l’usage des langues, le recyclage, le Kirchensteuer (l’impôt sur la religion)… Die deutsche Kultur und der deutsche Alltag unterscheiden sich in vielen Aspekten von der belgischen Kultur und dem Alltagsleben: la culture allemande et la vie quotidienne en Allemagne diffèrent en bien des aspects de la Belgique, comme ont pu le constater les louvanistes à Paderborn.

La richesse de l’Allemagne, de la Belgique et aussi de l’Europe réside dans leur diversité culturelle, mais aussi dans l’unité des valeurs démocratiques communes dont l’importance se doit aujourd’hui d’être réaffirmée. Puissent ces musées-valises y contribuer modestement, par la représentation donnée par des étudiant.e.s de vingt ans sur des attitudes et des comportements qui luttent contre les guerres et dépassent les conflits : la solidarité, l’amitié, l’amour, la croyance en un monde meilleur et pacifié.

Les personnes de contact sont :
Sabine Schmitz (Universität Paderborn)
Geneviève Warland (Université catholique de Louvain)
Marie Weyrich (Universität Paderborn)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *