Atelier de l’historien.ne #5 (2023-2024) – Marie-Hélène Méresse

Chères et chers adeptes des « Ateliers de l’historien.ne »,

Nous avons le plaisir de vous annoncer l’intervention de Marie-Hélène Méresse, docteure en histoire médiévale de l’UCLouvain et de l’université de Lille. Elle a défendu sa thèse dirigée par Gilles Lecuppre (UCLouvain) et Élodie Lecuppre-Desjardin le 7 décembre 2023 à Lille, et présentera ses résultats à Louvain-la-Neuve lors de cette conférence, intitulée, comme sa thèse: “Des princes cruels ? La place de la brutalité dans les modes de gouvernement à la fin du Moyen Âge”

“À la fin du Moyen Âge, aux XIVe et XVe siècles, les modes de gouvernement évoluent : pour certains historiens et dans certains espaces (France et Angleterre), l’État dit « moderne » se met en place. Là, un pouvoir souverain centralisé se développe, incarné par la figure du prince et reposant en partie sur l’élaboration d’une obéissance sacralisée, du vassal au souverain. Ce dernier, corps physique et corps politique, représente l’autorité. Par sa puissance et sa majesté, il instaure, exprime et donne à voir le pouvoir qui doit être respecté et obéi. Cette société ainsi structurée et cette époque sont aussi celles d’une quête d’ordre public et de paix, pour laquelle, à l’intérieur du cadre social et politique et de ses hiérarchies, le recours à la violence est un moyen possible. Certes, de nombreux travaux ont été réalisés sur la place de la violence dans la société médiévale, qui voient en elle une composante de l’ordre social, servant au maintien de l’honneur et de la renommée, essentiels dans une société de l’apparence ; dans cette lecture, la société accepte alors la violence réparatrice, positive, celle qui rétablit l’ordre. Mais la violence prend une autre dimension lorsqu’elle émane de la personne du prince, et surtout lorsqu’elle sort des cadres où elle est communément admise. Les récits attachés aux princes de la fin du Moyen Âge témoignent d’actes violents qui ne se conforment pas à ces règles. Au-delà de la violence, c’est alors la cruauté de ces hommes éminents qui est dénoncée.

Dans la multiplicité de ses formes, mais surtout de ses récits, la “cruauté” des princes s’avère être toutefois une matière difficile a saisir pour l’historien. Comment identifier les cas de cruauté princière sans se limiter, suivant le jeu des sources, à la seule apparition du terme qui la désigne ? Comment appréhender une matière dont la malléabilité oblige le chercheur a reconsidérer les critères, pour chacun de ces cas par définition exceptionnels ? Comment, enfin, envisager les excès du pouvoir parmi les techniques du gouvernement des princes ?”

Quand ? Le mercredi 28 février 2024 entre 17h30 et 18h30

Où ? Auditoire MORE63, Louvain-la-Neuve

Au plaisir de vous y voir nombreux.ses,

L’équipe des ateliers (Camille, Clara, Jules, Lison et Vincent)

Chiens, cochons, chevaux et éléphants. Cours-conférence de William Riguelle

 
 
Dans le cadre de la sortie de son livre cet été, William Riguelle aura le plaisir de donner plusieurs conférences dont la première se déroulera ce mardi 6 février, à Namur. Celle-ci s’inscrit dans la programmation du Collège Belgique de Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique.
Les inscriptions se font sur le site via le lien suivant : https://academieroyale.be/…/chiens-cochons-chevaux…/

Cycle de séminaires Guerre et récit de soi : Rencontre avec Elissa Mailänder le 13/02/2024

Cycle de séminaires transpériodes du GrHiSoG – édition 2023-2024 

Je vole vers toi ! Les femmes, la guerre et les aviateurs dans le cinéma nazi et expériences vécues

À son accession au pouvoir, le régime national-socialiste place les sociétés de production cinématographique allemandes sous le contrôle politique de l’État pour en faire un outil de propagande tout en continuant à produire un cinéma de divertissement pour les masses. Mais c’est avec l’entrée en guerre que le septième art se révèle à partir de l’automne 1939 un instrument majeur de communication guerrière. Les comédies romantiques de guerre en lien avec l’actualité et la société “majoritaire” nazie illustrent notamment la distinction entre un cinéma de divertissement – environ 90 % des productions – et un cinéma de propagande au sens strict. Loin d’être des simples plaisirs d’évasion, ces films de fiction, grâce à leur valeur de divertissement et à leur esthétique spécifique, transmettent aux Allemand.es des années 1940 des valeurs résolument politiques, en les mobilisant en faveur de l’effort de guerre. Les récits de soi et albums photographiques des jeunes Allemand.es et Autrichien.nes au service de la guerre en témoignent.

Elissa Mailänder est historienne, Associate Professor titulaire, habilitée à diriger des recherches à Sciences Po Paris. Ses intérêts de recherche se situent dans les domaines de l’histoire du quotidien ; du genre et des sexualités ; de la violence ; et de la photographie. L’objet de ses enquêtes s’est d’abord porté sur les violences concentrationnaires, plus particulièrement celles exécutées par des surveillantes SS (Hamburger Edition 2009 & Michigan State University Press 2015). Avec Amour, mariage, sexualité. Une histoire intime du nazisme 1930-1950 (Seuil 2021) elle s’est intéressée aux dynamiques sexuelles au sein de la société « majoritaire » nazie, c’est-à-dire « aryenne » et hétérosexuelle, pour mieux comprendre l’adhésion au nazisme des dizaines de millions de femmes et d’hommes « ordinaires », allemand·es et autrichien·nes. Son projet actuel, une étude collaborative transnationale de la photographie vernaculaire des soldats pendant la Seconde Guerre mondiale, se veut une histoire visuelle des masculinités militaires à partir des photographies de trophée.

Atelier de l’historien.ne #4 (2023-2024) – Julie Bellotto

Chères et chers adeptes des « Ateliers de l’historien.ne », Nous avons le plaisir d’inaugurer le programme de cette nouvelle année 2024 avec l’intervention de Julie Bellotto, doctorante en histoire contemporaine en cotutelle entre l’UCLouvain et l’Université de Lorraine. Julie consacre une thèse aux pratiques prostitutionnelles féminines (1900-1950) en Meurthe-et-Moselle et dans la province belge de Luxembourg, sous la direction des professeurs Emmanuel Debruyne et Pascal Raggi.

Voici le titre et le résumé de son intervention : « Les perceptions et représentations des pratiques prostitutionnelles féminines comme sources de l’historien.ne ? »

“Au début du XXe siècle, bien qu’elles soient marginales et peu acceptées par la société, les pratiques prostitutionnelles féminines sont présentes dans l’espace public. Visibles et audibles, elles sont donc, volontairement ou non, perceptibles par les contemporains. En parallèle, les pratiques prostitutionnelles font l’objet de représentations subjectives, mentales ou imagées. S’influençant l’une et l’autre, perceptions et représentations contribuent à créer un « imaginaire social » (Kalifa, 2013) des pratiques prostitutionnelles, mais qui emprunte nécessairement au réel. Cette présentation, en s’appuyant sur le cas de la Meurthe-et-Moselle (France), propose d’étudier quelques perceptions et représentations que les contemporains ont des pratiques prostitutionnelles féminines au début du xxe siècle, afin d’en extraire les « fragments de réel » (Kalifa, 2013) et voir comment ceux-ci peuvent renseigner les historien·ne·s sur les réalités prostitutionnelles de l’époque étudiée, mais également sur la société dans laquelle elles prennent place.”

Quand ? Le mercredi 7 février 2024 entre 17h et 18h

Où ? L’Alter d’en face, Louvain-la-Neuve

Au plaisir de vous y voir nombreux.ses,

L’équipe des ateliers (Camille, Clara, Jules, Lison et Vincent)

Atelier de l’historien.ne #3 (2023-2024) – Jérémie Ferrer-Bartomeu

Chères et chers adeptes de l’Atelier de l’historien.ne,

Nous avons eu la chance d’écouter ce mardi 14 novembre Thomas Croisez nous parler de ses recherches doctorales consacrées à l’histoire complexe et passionnante des « rencontres », « ambitions » et « loyautés » conflictuelles franco-hispano-indigène dans la Louisiane du XVIIIe siècle.

🗓️ Il est déjà temps de vous annoncer la date et le thème de notre prochain rendez-vous. A vos agendas ! Le jeudi 14 décembre 2023, entre 17h et 18h, nous aurons l’honneur et le plaisir d’accueillir Jérémie Ferrer-Bartomeu, docteur en histoire moderne de l’Ecole nationale des chartes. Il nous présentera les résultats de ses investigations doctorales (2013-2017) récemment mises à la disposition du public dans un livre publié chez l’éditeur Champ Vallon (2022) : L’État à la lettre. Écrit politique et société administrative en France durant les guerres de religion (vers 1560 – vers 1620).

🗣️ « Plutôt que de considérer les conflits confessionnels du début de l’époque moderne comme un temps de chaos, de bouleversement et d’effondrement, il y a lieu de relire à nouveaux frais cette période à l’aune de la sociologie des crises politiques de Michel Dobry. Diplomatie résidente, expertise financière, haute technicité juridique, innovations institutionnelles sans nombre, sauts théoriques majeurs (absolutisme, État des officiers, monarchie administrative, tension réglementaire, mise en collection des papiers d’État) sont autant de faits sociopolitiques nouveaux dans l’histoire politique européenne.

La thèse de Jérémie Ferrer-Bartomeu permet de comprendre comment ces innovations naissent des troubles, de la sélection et de la mise en ordre minutieuse (par l’État et ses administrations) de la réalité rétive à ordonner sous le chef du souverain. Cette analyse permet de mieux comprendre ce qui se joue dans la séquence immédiatement suivante, les années 1630-1660 : l’État de Louis XIII et des deux cardinaux-ministres semble en effet être une systématisation et une amplification de situations et d’agencements institutionnels né dans le sein des troubles, des guerres civiles et étrangères entraînant de nombreuses conséquences dans l’analyse de la nature même de l’État… »

Au plaisir de vous y voir nombreux.ses !

📍Alter d’en face (Salle du haut) 17h00-18h00

L’équipe des ateliers (Clara, Vincent, Jules, Camille et Lison)

Atelier de l’historien.ne #2 (2023-2024) – Thomas Croisez

 

Le second atelier de l’historien.ne aura lieu le mardi 14 novembre 2023, entre 17h00 à 18h00, à l’Alter d’en face à Louvain-la-Neuve (Terrasse des Ardennais 20, salle du haut).

Thomas Croisez, doctorant à l’European University Institute (EUI), nous présentera un exposé intitulé : « Une terre aux vignes contestées: rivalités coloniales, vexations et trahisons aux confins de la Louisiane française. Frontières de l’histoire, histoire des frontières ».

Au XVIIIème siècle, la Louisiane française a fasciné, attiré puis déçu plus d’un colon et les missionnaires en activité dans cet immense espace ne font pas exception. A un climat lourd et humide s’ajoute une atmosphère toxique car la colonie est déchirée par les rivalités et les luttes de factions. Les missionnaires français d’ordres religieux différents s’invectivent en pleine rue tout en multipliant les vexations et trahisons les plus mesquines. Cette présentation propose de se saisir de plusieurs épisodes de ces rivalités pour mieux comprendre les tensions propres à un espace spécifique : la frontière coloniale, tout en prenant également en compte le regard de l’autre, ici les peuples indigènes.

À vos agendas ! Le prochain atelier de l’Historien.ne accueillera Jérémie Ferrer-Bartomeu le 14 décembre 2023(17h)

Atelier de l’historien.ne #1 (2023-2024) – Geneviève Warland

Lundi 23 octobre 2023 – de 12h50 à 13h50 à l’Alter d’en Face 

Prof. Geneviève Warland (IACCHOS / UCLouvain)

‘Henri Pirenne, Histoire de l’Europe’ : un parcours éditorial

Le premier atelier de l’historien.ne de l’année académique 2023-2024 ouvre ses portes le lundi 23 octobre 2023 sur le temps de midi (12h50 – 13h50) au café l’Alter d’en face à Louvain-la-Neuve (Salle du haut, Terrasse des Ardennais 20).

L’illustre médiéviste belge Henri Pirenne (1862-1935) se voit édité dans un volume Quarto, abondamment illustré, qui reprend plusieurs ouvrages fondamentaux et une vaste sélection d’articles, conférences et extraits inédits de son journal de guerre. Cette publication est le résultat d’un travail qui a engagé des compétences diverses : expertise scientifique, qualités rédactionnelles et métiers de l’édition. L’exposé reviendra sur les différentes étapes de ce long processus éditorial riche d’enseignements..

À vos agendas : les prochains ateliers de l’Historien.ne accueilleront Thomas Croisez le 14 novembre (17h-18h) et Jérémie Ferrer-Bartomeu le 14 décembre (17h).

Vous trouverez l’affiche de l’atelier ci-dessous

L’homme et la ville par le prisme de la bête

William Riguelle à l’honneur de porter à votre connaissance la parution de l’ouvrage suivant : L’homme et la ville par le prisme de la bête. L’animal comme marqueur identitaire et révélateur de la gestion, des activités et des espaces urbains (Pays-Bas méridionaux et principauté de Liège, XVIIe – XVIIIe siècles.  

 Publiée aux éditions de l’Académie Royale de Belgique, cette monographie est issue de sa thèse de doctorat (UCLouvain) et a remporté le prix Robert Beaujean 2020 (Fondation Roi Baudouin) et le prix Claude Backvis 2021 (Académie Royale).  

Vous pouvez vous procurer l’ouvrage en effectuant une commande directement via le site de l’Académie (https://academie-editions.be/accueil/521-683-lhomme-et-la-ville-par-le-prisme-de-la-bete.html) ou via une librairie (Fnac, Furets du Nord, etc.).  

Atelier de l’historien.ne – Camille Rutsaert

Mardi 25 avril 2023 – de 17h30* à 18h30  à l’Alter d’en Face 
 

Camille Rutsaert (CRHiDI, Université Saint-Louis-Bruxelles / UCLouvain)

Quatre-vingts ans de vie pour des siècles de sources et d’histoire. Quelques réflexions sur l’écriture de la biographie de Jeanne de brabant (1322-1406)

Ce dernier atelier de l’historien.ne de l’année académique 2022-2023 prendra place le aura lieu le mardi 25 avril 2023 entre 17h30et 18h30 au café l’Alter d’en face à Louvain-la-Neuve (Salle du haut, Terrasse des Ardennais 20).
*Vous êtes les bienvenu.e.s à partir de 17h15. 

Camille Rutsaert y présentera un exposé sur l’évolution de ses recherches intitulé : « Quatre-vingts ans de vie pour des siècles de sources et d’histoire. Quelques réflexions sur l’écriture de la biographie de Jeanne de brabant (1322-1406) ». Vous trouverez ci-jointe l’affiche de l’évènement.

Séance d’information sur les mémoires

Séance d’information

Mémoire du Master 120 et
Travail de fin d’études du Master 60 en Histoire

Mercredi 26 avril 2023, de 16h00 à 18h30

Salle du conseil ISP (Salle Jean Ladrière, bâtiment Mercier, place Cardinal Mercier)

A destination des étudiants de fin de Bachelier en Histoire

(UCLouvain, UNamur, USaint-Louis – Bruxelles)

16h00 – Présentation générale

  • des promoteurs potentiels et des thèmes de recherche proposés ;
  • des différentes finalités du Master par les responsables respectifs ;
  • des exigences du mémoire du Master 120 et du travail de fin d’études du Master 60 (présentation du vade-mecum).

17h00 – Carrefours par périodes/spécificités

  • Échanges avec les enseignants

18h30 – Visite de la ville organisée par le Cercle Historique (à confirmer)

Atelier de l’historien.ne – Jean-Pascal Gay

Mardi 21 février 2023 – de 18h30 à 19h30  à l’Alter d’en Face
 

Jean-Pascal Gay (professeur TECO / RSCS)

Une vie cachée. Documenter la vie et le parcours d’un jésuite intersexe au XVIIIe siècle

Ce nouvel atelier de l’historien.ne aura lieu le mardi 21 février 2023 entre 18h30 et 19h30 au café l’Alter d’en face à Louvain-la-Neuve (Salle du haut, Terrasse des Ardennais 20).

Le professeur Jean-Pascal Gay y présentera un exposé sur l’évolution de ses recherches intitulé : « Une vie cachée. Documenter la vie et le parcours d’un jésuite intersexe au XVIIIe siècle ». Vous trouverez ci-jointe l’affiche de l’évènement.

Pour information, le prochain atelier de l’historien.ne, présenté par Camille Rutsaert, prendra place le 25 avril entre 17h30 et 18h30.

Conférence de Marion Trévisi (09/02) – Femmes d’action, femmes guerrières: la violence féminine dans les combats en France (XVIe-XVIIIe siècle). Violence subie et violence donnée : des femmes blessées aux femmes blessantes

Le GRHiSoG (Groupe de Recherches Historiques des Sociétés en Guerre) a le plaisir de vous annoncer la deuxième séance de son cycle de séminaires transpériodes « genre et guerre », le jeudi 9 février de 16h15 à 18h15 au LECL 61.

Nous accueillerons Marion Trévisi (MCF Picardie Jules Verne) pour une conférence intitulée : « Femmes d’action, femmes guerrières: la violence féminine dans les combats en France (XVIe-XVIIIe siècle). Violence subie et violence donnée : des femmes blessées aux femmes blessantes ».

La conférence est également retransmise sur Teams.

Dans cette intervention, je traiterai de deux types de violence féminine- celle subie, passive- et celle active, donnée par des femmes combattantes. Tout d’abord, il s’agira de rappeler que si les femmes étaient en théorie exclues du monde viril de la guerre et des combats à l’époque moderne en France, elles étaient en réalité présentes et pas seulement comme victimes (bilan historiographique de la question). La première étude de cas de cette intervention se fera avec des récits de sièges de villes françaises des XVIe et XVIIe siècle, dans le contexte global des guerres de Religion. Le siège d’une ville étant un moment de crise où civils et militaires pouvaient se retrouver face à face ou combattre ensemble, les normes genrées des guerres en étaient donc bouleversées. Ainsi, lors des sièges de leurs cités, les femmes n’ont pas fait que subir un climat violent et dangereux. Si elles ont été victimes des bombardements ou des saccages de leur ville, elles ont aussi réagi aux violences, en quittant leur posture passive et en participant à plusieurs formes de résistance collective, notamment en prenant les armes. Comme les auteurs de ces récits de siège étaient tous intimement convaincus que les femmes ne devaient pas combattre, ni tuer, ils ont justifié leur transgression de rôle avec des arguments religieux ou politiques. Nous nous interrogerons sur leur stratégie de légitimation de la violence féminine – notamment à partir des blessures reçues par ces femmes-, et sur les bornes de cette violence (limitation de l’intensité comme de la durée de la prise d’armes des femmes et contrôle des hommes). De ces récits se dégage alors un modèle de violence féminine acceptable, notamment sur le type et la nature de cette violence (violence de défense et non d’attaque). La seconde étude de cas de la violence féminine s’attachera aux femmes combattantes des armées françaises de la fin du XVIIIe siècle et du début XIXe siècle. Lors des guerres révolutionnaires, des femmes ont participé aux combats de l’armée française, soit comme volontaires, soit comme soldats travestis en hommes. Certaines sont restées sous l’Empire, malgré les lois d’exclusion des femmes de l’armée. Nous pouvons interroger leur manière de combattre, leur utilisation de la violence grâce à leurs dossiers de demandes de pensions envoyés au ministère de la guerre et grâce à quelques témoignages de leurs officiers. Dans ces sources principalement masculines, le tabou de la violence féminine est toujours présent et il nous est difficile d’évaluer leur expérience personnelle de la violence, à part dans la liste de leurs blessures. Nous pouvons ainsi nous demander si la litanie des blessures reçues par ces combattantes n’est pas une façon détournée d’évoquer la brutalité de leur engagement, celle de soldats dans l’action. Leurs blessures peuvent être analysées comme des preuves de leur « agency » ; elles cacheraient alors un discours indirect sur leur violence active.

Maîtresse de conférences en histoire moderne à l’Université Jules Verne (Amiens), Marion Trévisi est membre du Centre d’Histoire des sociétés, des sciences et des conflits (CHSSC) à Amiens. D’abord spécialiste en histoire de la famille et de la parenté en France à l’époque moderne (thèse: Au cœur de la parenté, oncles et tantes dans la France des Lumières, Presses de l’Université Paris-Sorbonne (PUPS), Paris, 2008), elle s’est ensuite orientée vers l’histoire des femmes puis vers l’histoire de la guerre et des femmes à travers des sources variées comme des Mémoires et Correspondances, mais aussi des archives de dossiers militaires (La guerre et les femmes, sous la direction de Jean Baechler et de Marion Trévisi, Paris, Hermann, 2018). Elle termine actuellement une habilitation à diriger des recherches sur le thème des femmes et de la guerre à l’époque moderne en France.

Olivier Latteur reçoit le Prix Robert Beaujean de la Fondation Roi Baudouin

La Fondation Roi Baudouin octroie annuellement le Prix Robert Beaujean afin de récompenser une publication contribuant à la recherche dans le domaine de l’histoire et de l’archéologie en région wallonne. En 2022, il a été décerné à Olivier Latteur pour sa thèse de doctorat défendue à l’UNamur et à l’UCLouvain en 2021.  
Possédant la double formation d’antiquiste et de moderniste, Olivier Latteur consacre ses recherches à la réception de l’Antiquité durant les Temps Modernes (16e-18e siècle). Dans le cadre de son doctorat, mené sous la direction des professeures Isabelle Parmentier (UNamur) et Françoise Van Haeperen (UCLouvain), il s’est intéressé à la manière dont les vestiges antiques étaient considérés ou (ré)utilisés dans les Pays-Bas méridionaux et la principauté de Liège, un espace qui englobe la Belgique, le Luxembourg et le nord de la France actuels.  
Au cours de l’époque moderne en effet, l’Antiquité fascine. La péninsule italienne, destination phare du « Grand Tour », est sillonnée par les artistes, les érudits et les voyageurs qui y admirent ses remarquables ruines romaines. Si le phénomène italien avait déjà fait l’objet de nombreuses recherches, il restait méconnu dans nos régions qui regorgent pourtant de nombreux vestiges antiques ou supposés tels en milieu urbain (Arlon, Tongres, Bavay…) et rural (tumuli de Hesbaye, mausolées, vici et oppida au Luxembourg, voies romaines sillonnant les campagnes belges et luxembourgeoises…).  
La thèse d’Olivier Latteur met en lumière les rapports complexes qu’entretenait la société moderne avec les traces de son passé. Elle met en valeur des monuments peu étudiés en montrant à quel point ils ont interagi avec les populations environnantes au fil des siècles, que cela soit en tant que marqueurs paysagers, témoignages ou « preuves » (réelles ou supposées) de l’histoire d’une localité. Cette recherche raconte les premières pratiques « archéologiques » dans nos régions et l’irruption du vestige matériel au sein des « histoires » et des discours sur le passé d’une localité, en mobilisant un corpus de sources exceptionnel par sa taille et sa diversité typologique, linguistique et chronologique (récits de voyageurs, travaux savants, cartes anciennes, textes législatifs…). La thèse souligne le rôle symbolique qu’ont joué ces monuments dans l’imaginaire et l’identité des communautés qui les abritaient, et met en évidence le processus de patrimonialisation qui s’est progressivement mis en place autour de certains d’entre eux, permettant leur conservation jusqu’à aujourd’hui encore.  
Intitulée « Cohabiter avec l’Antiquité (XVIe-XVIIIe siècles). Antiquarisme, traditions locales et impact paysager des vestiges antiques dans les Pays-Bas méridionaux et la Principauté de Liège (1565-1794) », cette thèse de doctorat fera l’objet en 2023 d’une publication au sein de la collection Studies in Belgian History des Archives générales du Royaume.  
Actuellement chercheur postdoctorant, chargé de cours et assistant à l’UCLouvain et à l’UNamur, Olivier Latteur est aussi un visage bien connu des générations d’étudiantes et des étudiants du Département d’histoire de ces deux institutions, où il encadre plusieurs cours méthodologiques depuis 2010. Membre à l’UCLouvain du LaRHis et du GEMCA (INCAL), il a également été chercheur invité à l’Université du Luxembourg en 2022.
 

Cycle de séminaires transpériodes « genre et guerre »

Argumentaire

En tout temps, l’expérience totale de la guerre est l’affaire des combattants (en grande majorité, des hommes) mais aussi de l’ensemble des acteurs et des actrices d’une société. La guerre redistribue les cartes des jeux des masculinités et des féminités et, plus en général, influence et redéfinit les rapports de genre. En effet, que ce soit au niveau culturel, religieux, politique, économique et social les résultats des interactions entre les hommes et les femmes en temps de guerre changent. Qu’en est-il donc de ces mutations dans des cas d’étude précis et comment est-ce que les rapports de pouvoir et la capacité d’action des unes et des autres en sont influencés ?

L’état de guerre, bien que pouvant se révéler être un moment de redéfinition des normes, constitue aussi et surtout un espace d’amplification des rapports de pouvoir propres à des sociétés patriarcales où s’exacerbent des rapports de domination déjà bien installés (le viol comme arme de guerre par exemple). La relation des individus et des collectivités à la violence sera donc l’une des questions envisagées lors de ce cycle de séminaires : comment les hommes et les femmes exercent, subissent et survivent à la violence en temps de guerre ?

Les études se penchant sur le genre et le « fait guerrier » invitent les historien·ne·s à décloisonner le regard, à diversifier les sources et à interroger les acquis méthodologiques de leur discipline. Dès lors, ce cycle de séminaires, ouvert à toutes et tous, se veut un espace pour poursuivre collectivement une réflexion à la fois diachronique, méthodologique, épistémologique et heuristique sur les rapports entre genre, guerre, violence et pouvoir dans des contextes culturels et socio-historiques variés.

Déroulement

Chaque séminaire de ce cycle en comodal sera l’occasion d’inviter un·e chercheur·euse international·e à nous parler de ses recherches en cours autour du genre et de la guerre. Les séminaires se déroulent de 16h15 à 18h15 à l’UCLouvain

Pour les doctorant·es qui le souhaitent, la présence régulière aux séminaires sera validée par l’école doctorale “Histoire, Histoire de l’art et Archéologie” (ED4).

Pour information et lien Teams : Silvia Mostaccio (silvia.mostaccio@uclouvain.be) et Jules Dejonckheere (jules.dejonckheere@uclouvain.be)

Programme de l’année académique 2022-2023

À retrouver sur le site du LaRHis.

Le vendredi 9 décembre SOCR 23 : Julie Le Gac (Paris-Nanterre) – “Un test de virilité”? L’armée britannique face aux défaillances des combattants pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le jeudi 9 décembre LECL 61 : Marion Trévisi (Picardie Jules Verne) – Femmes d’action, femmes guerrières: la violence féminine dans les combats en France (XVIe-XVIIIe siècle). Violence subie et violence donnée : des femmes blessées aux femmes blessantes.

Le jeudi 23 mars MONT 04 : Ellie Woodacre (Winchester University) – La guerre: une opportunité pour le pouvoir des femmes? Les lieutenances de deux Catherines, reines d’Angleterre, à l’époque d’Henri VIII.

Le mardi 18 avril LECL 62 : Benjamin Deruelle (UQAM) – “Il ne sera jamais Dames siennoises que je n’imortalize vostre nom…”: actions et redéfinition du rôle et du statut des femmes dans le siège de Sienne (1554-1555).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search