Séminaire du LarHis

« La loi, la police et le juge. Approches d’histoire sociale du droit et de l’ordre public, des Temps modernes à nos jours »

Le vendredi 24 novembreFrançoise Muller, Antoine Renglet et Nicolas Simon, tous trois Chargés de recherche FNRS au CHDJ depuis le 1er octobre dernier, présenteront leurs recherches dans le cadre d’une séance du Séminaire du LaRHis intitulée « La loi, la police et le juge. Approches d’histoire sociale du droit et de l’ordre public, des Temps modernes à nos jours ».

La présentation aura lieu à l’Erasme 56, entre 14h et 16h.

Achille Mbembe : les sciences sociales face aux défis du monde à venir

Avec le soutien d’UCL Culture.
En partenariat avec la Faculté ESPO, Louvain Coopération, CNCD 11.11.11, l’AGL.
En présence de Mme Solange Lusiku (DHC de UCL en 2012)

 

Le mardi 24 octobre à 18 heures, à la Ferme du Biéreau, aura lieu un évènement exceptionnel. L’Institut Analyse du Changement dans l’Histoire et les Sociétés Contemporaines (IACCHOS) – confédération de 10 centres de recherches en sciences sociales de l’UCL, comptant près de 200 personnes – remettra son 1er Doctorat honoris causa au Prof. Achille Mbembe. Cet évènement sera précédé d’un colloque interdisciplinaire, en présence et autour de la pensée d’Achille Mbembe, les lundi 23 octobre (de 9h15 à 16h30) et le mardi 24 octobre (de 14h15 à 17h30), également à la Ferme du Biéreau.

Continuer la lecture de Achille Mbembe : les sciences sociales face aux défis du monde à venir

Soutenance publique de thèse

Soutenance publique de thèse
pour l’obtention du grade de Docteur en Histoire, art et archéologie

Quentin JOUAN

L’EUROPÉANISATION DES SYNDICATS BELGES ET ALLEMANDS ENTRE DROIT, IMAGINAIRE ET POLITIQUE (1972‐1985)

Le vendredi 13 octobre 2017 à 14h15
Salle du Conseil, Collège Erasme
Place Blaise Pascal, 1 Louvain‐la‐Neuve

LHIST2280 Séminaire d’histoire contemporaine – 2017-2018

Profession : Administrateur de la Sûreté publique

L’homme et la fonction

à la tête d’un service de renseignement policier (1830-1933)

Créée le 15 octobre 1830, l’Administration de la Sûreté publique – aujourd’hui Sûreté de l’Etat – est à la fois une des plus anciennes institutions de la Belgique indépendante et un des plus vieux services de renseignements d’Europe.

Les tâches et les moyens attribués à ce service n’ont cessé d’évoluer depuis sa création, mais le secret, l’information et la protection de la sécurité du pays restent au cœur de ses activités. La direction de ce service a par conséquent toujours constitué un poste sensible au sein de l’appareil d’Etat. Ce séminaire se propose de découvrir les hommes derrière cette fonction d’Administrateur de la Sûreté publique, d’interroger qui ils étaient, et comment et pourquoi ils ont exercé ce métier si particulier.

Notre approche s’inscrit dans le sillage d’une histoire du renseignement et des services secrets en pleine expansion depuis un quart de siècle, et qui contribue notamment au renouvellement de l’histoire politique. Dans ce cadre, chaque étudiant sera amené à partir sur les traces d’un des onze administrateurs qui se sont succédés pendant le premier siècle d’histoire de l’Etat belge.

Pour ce faire, les étudiants seront amenés à explorer une grande diversité de travaux et de sources. En termes d’archives, ils se confronteront d’une part aux documents directement issues de la Sûreté publique et du ministère de la Justice, et de l’autre aux multiples traces laissées par un individu, dans les registres communaux, les archives de famille, le bâti immobilier et le patrimoine funéraire, etc.

Enseignant : Emmanuel Debruyne

Assistants : Elise Rezsöhazy, Gauthier Godart et Christophe Chevalier

L’inscription à ce séminaire se fera à l’issue de la séance de présentation des séminaires, le vendredi 22 septembre à 11h, au local ERAS 54.

La première séance de ce séminaire aura lieu le lundi 25 septembre au local ERAS 74, de 14 à 16h.

Au coeur de la Grande Guerre : l’individu au croisement du civil et du militaire

Colloque international

26, 27 et 28 octobre 2017, Mons Memorial Museum

 

Le colloque « Au coeur de la Grande Guerre » est avant tout pensé comme un échange entre jeunes chercheurs afin de construire par le dialogue et le débat un propos cohérent sur l’individu au croisement du militaire et du civil. La volonté d’organiser ce colloque nous vient des rencontres faites et du désir de prolonger les échanges entamés lors de l’école d’été du Centre International de Recherche de l’Historial de Péronne.

Le thème du colloque est davantage une ligne conductrice, une piste de réflexion qu’un sujet délimité. Il nous amène à nous questionner sur la manière dont l’individu, soldat, civil de l’arrière ou occupé, intègre et concilie la dimension militaire d’un côté, qu’il s’agisse de son expérience au front ou de la présence de soldats allemands dans les rues de son village, et la dimension civile de l’autre. Au-delà donc d’une rencontre entre le « monde » civil et le « monde » militaire, qui seraient deux sphères séparées, il convient de penser l’individu comme étant au croisement des deux dimensions, qui le construiraient de manière conjointe.

Notre objectif étant de donner un caractère international à ces rencontres, les communications se feront en anglais ou en français.

Élise Rezsöhazy, Gwendal Piégais & Erwan Le Gall

Continuer la lecture de Au coeur de la Grande Guerre : l’individu au croisement du civil et du militaire

Séminaire d’histoire des Temps Modernes 2017-2018 (Master)

LTHEO 2351 : Questions d’histoire du Christianisme : époque moderne
LHIST 2270 : Séminaire temps modernes

Les christianismes à l’époque moderne : une première globalisation du religieux ?

Prof. Jean-Pascal Gay – Olivier Latteur (assistant)

Thématique du séminaire

Le séminaire explorera la manière dont le christianisme s’est globalisé à l’époque moderne mais aussi la contribution du religieux aux dynamiques de la première globalisation.

Après avoir rappelé la chronologie de la construction d’une nouvelle géographie religieuse et les conditions de l’expansion du christianisme, le séminaire examinera – sur la base d’une série de dossiers de sources et de l’étude d’ouvrages de références – une série de questions spécifiques : le rapport à la conquête et à l’impérialisme dans le monde espagnol ; les formes spécifiques de la mission dans les espaces de présence des portugais ; le rapport à l’esclavage ; les stratégies missionnaires, leurs réussites et leurs échecs ; les formes et les conditions de la conversion et les regards contrastés des missionnaires et des convertis sur ces dernières ; les formes de métissage religieux dans le monde extra- européen; les résistances religieuses de tous ordres aux dynamiques de globalisation ; les savoirs produits dans et par la mission; l’influence de l’expansion ultramarine sur les christianisme européens, etc.

Cette année académique, le séminaire « LHIST 2270 : Séminaire d’histoire des Temps Modernes » est exceptionnellement remplacé par le séminaire « LTHEO 2351 : Questions d’histoire du Christianisme : époque moderne », qui est ouvert aux étudiants en histoire.

Première séance d’information : mercredi 20 septembre, 10h-10h45 (local : ERAS 58).
Contact : jpgay@uclouvain.be ; olivier.latteur@uclouvain.be

Séminaire Master Histoire médiévale LHIST 2260 – 2017-2018 — « Prendre le pouvoir par l’écrit (II). La montée en puissance du pouvoir communal: autour de Nivelles, fin 13e – 15e s. »

Il faut sans cesse revenir à une histoire « d’en bas » pour éviter de surévaluer les pouvoirs princiers, surtout en une fin de Moyen Âge où la notion d’État semble s’installer et où émergent les écrasants pouvoirs royaux européens. Loin d’un pouvoir ecclésiastique tout puissant, loin d’un pouvoir royal ou impérial omniprésent, les communautés locales s’érigent en institution. L’an passé, le séminaire s’est intéressé aux « cours de tenants ». Cette année, ce sont les cours échevinales autour de Nivelles qui vont retenir toute notre attention.

Pourquoi Nivelles ? On a conservé presque 60 000 chirographes (des actes en « vernaculaire », non scellés mais émis en deux exemplaires au moins et dotés d’une légende, « chirographum ») émis par l’échevinage de cette petite bourgade, principalement pour le Moyen Âge. Ce faisant, Nivelles se place au niveau des grandes villes de la Flandre française ou flamingante, comme Douai, Ypres, Tournai… Elle développe dans le duché de Brabant, de manière massive, une production documentaire étonnante : signe d’un pouvoir bien implanté localement et reconnu par toute la région. Un projet de recherches financé par le FNRS, appelé ChiroN (Chirographes Nivellois), mené par Mathilde Rivière et Emilie Mineo (qui assisteront au séminaire), vise à comprendre ce qui s’est passé à Nivelles.

Mais Nivelles est-elle la seule commune à avoir développé ce pouvoir par l’écrit ? D’autres villages des alentours n’auraient-ils pas produit eux aussi des chirographes (sans qu’ils soient aussi bien conservés, certes) ? L’administration de Nivelles les a-t-elle influencés ou bien des villages plus éloignés auraient-ils servi de courroie de transmission entre la Flandre et la cité nivelloise ? Peut-être Nivelles est-elle un cas unique dans la région et peut-être les communes des environs n’ont-elles jamais utilisé le chirographe ? Personne n’a jamais étudié ce dossier ni ne s’est penché sur ces questions. C’est l’objet de ce séminaire. Chaque étudiant sera chargé d’un dossier de documents originaux, de son choix, lié à une ou plusieurs communautés. Il tentera d’en définir les spécificités techniques et matérielles, cernant le contenu, identifiant les hommes et les femmes protagonistes dans ces chartes, en rapport avec le dossier nivellois, en dialogue avec les enseignants, professeur et assistante, mais aussi avec les chercheuses du projet. Les textes sont en vernaculaire, le latin n’est pas nécessaire et aucune compétence paléographique poussée n’est requise. Les bons travaux pourraient faire l’objet de publications scientifiques.

Paul Bertrand, professeur

Marie Van Eeckenrode, assistante

Mathilde Rivière, doctorante

Emilie Mineo, postdoctorante

Séance de présentation : 19 septembre, local C 228, 10h45

Appel à contributions – Call For Papers – sessions « Communautés Graphiques – Graphic Communities »

International Medieval Congress – Leeds – 2-5 July 2018

Le groupe de recherche ReScript organise plusieurs sessions au Congrès de Leeds 2018, dont un ensemble de sessions dédiées aux Communautés Graphiques.

Brian Stock proposait le modèle de la « communauté textuelle » pour définir les rapports entre un groupe aux pulsions identitaires fortes et un écrit structurant. Cet écrit ou ces écrits ne construisent pas directement le cadre qui organise ou détermine le groupe social, mais bien la perception que le groupe en a, directement ou par l’intermédiaire des autorités qui s’appuient sur lui.
D’autres modèles d’appropriation de l’écrit, plus larges que le simple « texte à message », peuvent être mobilisés, pour la plupart des groupes. Ils sont plus larges et moins évidents à interpréter, moins directement signifiants. Ils consistent en toute la palette des moyens graphiques dont peut user un groupe à la fois pour s’administrer, se gérer mais aussi communiquer, poser un discours, construire des actions et des interactions avec « l’extérieur », sur un plan très pragmatique. J’étendrai donc le concept de Brian Stock et parlerai de « communauté graphique », dans la ligne de la « culture graphique » définie par Roger Chartier . Une communauté graphique se reconnaît aux outils d’écriture et aux attributs graphiques qu’elle maîtrise et développe : ils lui sont souvent spécifiques, plus ou moins fortement. Ainsi la communauté graphique du monde paroissial, déterminée par les statuts synodaux et toute la déclinaison d’écrits qui en résulte ; ou encore la communauté urbaine liée aux règlements urbains et à la panoplie d’écrits qu’elle génère, jusqu’aux actes d’échevinage bien spécifiques, comme les chirographes. Cette communauté graphique peut se visualiser par des points forts qui la distinguent : Hugues de Saint-Cher fait rédiger ses chartes de légats par des religieux mendiants ou en imitant les modèles diplomatiques des ordres mendiants ; les échevinages du Nord (d’Ypres, de Douai, de Tournai) ou du Brabant (Nivelles) usent du chirographe ; les offices d’écriture du comte d’Artois (et de Thierry d’Hireçon) préfèrent utiliser les rouleaux que les codices pour leur comptabilité – comme ceux du comte de Hainaut, d’ailleurs. Ces pratiques de l’écrit sont aussi fortement oralisées, même si l’oral semble de plus en plus soumis à l’écrit, du moins autour des sources conservées. Cette communauté graphique s’ouvre largement à toutes les formes et pratiques de connaissances de l’écrit et de l’écriture.
Au sein de ces communautés plus ou moins amples, plus ou moins structurées et plus ou moins connotées identitairement, travaillent les uns avec les autres un nombre plus ou moins important d’individualités, des scribes, des rédacteurs, des techniciens, des spécialistes des techniques comptables, gestionnaire, du droit ou de l’ars dictaminis… Chacun a sa propre identité graphique (écriture, styles, formules, types documentaires…), mais celle-ci prend en compte les exigences de l’identité collective.

Ces sessions que nous voudrions consacrer aux « communautés graphiques » sont ouvertes à des communications de tous horizons, liées au monde occidental, mais pas seulement, concernant le bas ou le haut Moyen Âge, les documents ecclésiastiques comme laïques.

Tout chercheur désireux de proposer une communication peut nous écrire, en accompagnant son projet de communication d’un petit curriculum vitae abrégé, ceci avant le 25 septembre 2017.

Contact: Paul Bertrand – paul dot bertrand at uclouvain dot be – @medieviz

The Research Group ReScript is organizing several sessions of the International Medieval Congress of Leeds, 2018. Among them, some sessions will be dedicated to « Graphic Communities ».

Brian Stock proposed the theoretical concept « textual communities », as an attempt to define the connections between a group with a strongly motivated identity and the writings that structured it. Such writings did not directly construct the framework organising and determining the social group, but they did affect the group’s perception of it either directly or through the authorities that depended on it.
Whilst adhering broadly to this model, we might wish to propose another, which might better capture the complexity of medieval society. Other models of the appropriation of writing, which take account of more than the plain textual message, can be suggested for the majority of groups. Such models are broader and less easy to interpret, being less direct in what they signify. They consist in a whole range of graphic means that can be harnessed by a group not only to administer or manage itself but also communicate, establish discourse, and create actions and interactions with “the outside” on a pragmatic basis. Brian Stock’s “textual community” can be extended to embrace the concept of a “graphic community” with the sort of “graphic culture” that has been defined by Roger Chartier. A graphic community has its own writing attributes and tools that it masters and develops; they are frequently specific to it, and more or less narrowly so. The graphic community of the parish was determined by the synodal statutes and the documentation that flowed from them; the urban graphic community was linked to the municipal regulations and the panoply of writings they generated down to and including highly specific eschevinal acts like chirographs. The graphic community would be distinguishable through its salient features. Hugh of Saint-Cher, for example, had his legate charters written by mendicant brothers or in imitation of the legal models of the mendicant orders; northern eschevins (in Ypres, Douai, and Tournai) or in the Brabant (Nivelles) used chirographs; the writing studios of the count of Artois (and of Thierry d’Hireçon) used rolls rather than codices for their accounting records—just like those of Hainaut, incidentally. Such writing practices also had a highly oralised dimension, even if the oral seems to have been increasingly subjected to the written, as indicated at least by the surviving sources. Graphic communities were able to avail themselves of all the forms and practices, where known, of writing and the written record. Inside these more or less broad, more or less structured communities, with their varying degrees of self-identifying features, a greater or lesser number of persons worked together, each with their own individuality—scribes, drafters, technicians, specialists in accounting techniques, in management, law, and the ars dictaminis (style, the “art of writing”). They each had their own graphic identity (handwriting, styles, formulae, documentary types, and so on), but it every case it had to take into account the exigencies of their community’s collective identity.

This session want to propose papers around that topic, related to early, high as late Middle Ages (and not only western areas), to lay as to religious documents, in order to improve this concept and to define and contextualize it more precisely.

If you want to participate to this session, we propose you to send us a summary of your proposal and a short curriculum vitae, before September 25th.

Contact: Paul Bertrand – paul dot bertrand at uclouvain dot be – @medieviz

Séminaire bac 3e année 2017-2018. « L’Attentat de Bruges. 2 mars 1127: l’assassinat du comte de Flandre »

Ce jour-là, Charles le bon, comte de Flandre, est massacré avec ses proches par un commando alors qu’il est en prières dans une église de Bruges. Ce crime, commandité par des proches du comte, est vécu avec sidération et terreur par la population du comté. Il signe le commencement d’une véritable guerre privée d’une violence impressionnante, aux accents de vendetta. C’est le roi de France, Louis VI, qui y mettra fin.

Cet épisode, qui a stupéfié l’Occident médiéval, a été décrit avec précision par des contemporains comme Galbert de Bruges, qui nous en a livré un récit détaillé. Il nous donne l’occasion de comprendre le phénomène de la guerre privée, la violence féodale, la chevalerie, l’importance de la religion, l’implication du roi de France en Flandre, la naissance d’une remuante bourgeoisie, mais aussi l’impact de ce qui a été vécu comme un véritable attentat au pouvoir légitime et à la religion –Charles le Bon sera vénéré localement comme un martyr. La mémoire de cet assassinat a frappé l’imaginaire flamand au même titre que la bataille des éperons d’or, jusqu’à nos jours.

Ce sont ces événements et leurs particularités, mais aussi leur souvenir, leur mémoire médiévale et contemporaine que ce séminaire se propose d’étudier à nouveaux frais, sur base de sources écrites traduites, mais aussi de documents et de données historiques jusqu’ici méconnus.

Séminaire Histoire médiévale

Bac bloc 3 – LHIST 1392

Professeur :  paul.bertrand@uclouvain.be – Assistant  : eric.delaisse@uclouvain.be – Séance de présentation 18 sept. 2017 à 14h, au local ERAS 55 et séance obligatoire le 22 sept. 2017 à 13h, au local ERAS 54.

 

Enregistrer

Journée d’étude – “Il n’est guère de matière si vaste que celle des monumens de l’Antiquité”

Étude et réception de l’Antiquité romaine au siècle des Lumières : perspectives croisées

Au cours du siècle des Lumières, le continent européen est marqué, dans son ensemble, par un « universel retour à l’Antiquité » dans les domaines de l’art, de la culture ou encore de la recherche scientifique. L’histoire romaine figure parmi les sujets de prédilection des intellectuels du 18e siècle qui souhaitent aborder cette période dans une optique nouvelle : les travaux et les dissertations, souvent illustrés, se veulent en effet plus critiques et plus concis que les sommes volumineuses composées au cours des 16e et 17e siècles. À la même période, l’étude des vestiges antiques (monuments, inscriptions, monnaies, représentations iconographiques…) connaît une véritable révolution, notamment grâce aux campagnes de fouilles menées dans la péninsule italienne et au développement de nouvelles approches prônées par des autorités de renom telles que Bernard de Montfaucon ou le comte de Caylus.

Continuer la lecture de Journée d’étude – “Il n’est guère de matière si vaste que celle des monumens de l’Antiquité”