Les historiens de l’UCLouvain – Antoine Renglet

Spécialiste de l’histoire de la police, de la Révolution et du Premier Empire ainsi que d’histoire urbaine aux 18e et 19e siècles, Antoine Renglet est docteur des Universités de Lille et de Namur (2016). Sa thèse réalisée sous la direction de Catherine Denys et d’Axel Tixhon portait sur les évolutions des systèmes policiers des villes de l’espace belges des Révolutions à la fin de l’Empire napoléonien (1780-1814).
En 2014, il a été chercheur invité à l’Université de Californie à Berkeley et en 2016, postdoctorant à l’Université Goethe de Francfort/M. Après avoir travaillé dans le milieu bancaire, Antoine Renglet a été, en 2017-2018, attaché temporaire d’enseignement et de recherches à l’Université de Lille. Depuis 2018, il est chargé de recherches du FNRS au CHDJ où il poursuit ses travaux sur les polices urbaines en Europe aux 18e et 19e siècles. Il est en outre chargé de cours invité à l’Université de Namur. En 2019-2020, il sera postdoctorant à l’Université Goethe de Francfort/M. grâce à une bourse de la Fondation Alexander von Humboldt.

Il a notamment publié :
Renglet A., « Un système policier impérial ? Le commissaire général et la police municipale d’Anvers, 1808-1814 », in : Crime, histoire et sociétés, vol. 20, n° 1, 2016, p. 107-127.
Renglet A., « Le comité de surveillance et la police de Liège en l’an III. Une institution extraordinaire à l’épreuve de l’ordinaire ? », in : Revue du Nord, vol. 97, n° 409, 2015, p. 137-156.
Renglet A. et Tixhon A. (éd.), Un commissaire de police à Namur sous Napoléon. Le registre de Mathieu de Nantes (10 vendémiaire an XIII-28 août 1807), Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain, 2013 (Histoire, justice, société), 329 pages.
Renglet A., Une police d’occupation ? Les comités de surveillance du Brabant sous la seconde occupation française (1794-1795), Bruxelles, Archives générales du Royaume, 2011, 185 pages.
Renglet A., « Les comités de surveillance et l’occupation du Brabant, 1794-1795 », in : Annales historiques de la Révolution française, n° 368, 2012, p. 105-128.

Les historiens de l’UCLouvain – Inès Glogowski

Inès Glogowski a étudié l’histoire à l’UCLouvain (2008-2013) et brièvement à l’Ecole nationale des Chartes de Paris (2012) où elle a approfondi ses connaissances en paléographie moderne française. Son mémoire portait sur les pratiques judiciaires dans la châtellenie d’Ath de 1514 à 1565, à travers l’analyse des comptes de justice. Après l’obtention de son diplôme, elle a enseigné pendant quatre ans dans l’enseignement secondaire (général, professionnel et technique).

Depuis octobre 2017, elle prépare une thèse de doctorat en co-promotion avec la Vrije Universiteit Brussel, sous la direction des professeurs Griet Vermeesch (VUB) et Xavier Rousseaux (UCLouvain). Elle est membre du Centre d’Histoire du Droit et de la Justice (UCLouvain) et du Historich Onderzoek naar Stedelijk Transformatieprocessen (VUB).

Ses recherches portent sur le rôle crucial de l’Office fiscal de Brabant comme instrument de changement politique, de régulation et de réforme. Avec une attention particulière pour la surveillance et la gestion des lieux d’enfermement à Bruxelles ainsi que pour le maintien de l’ordre public dans le duché de Brabant, pendant la période troublée de l’Ancien Régime (1770-1795).

Ce projet est mené en étroite collaboration avec les Archives de l’Etat à Bruxelles (Forest), dans le cadre d’un projet BRAIN (BELSPO) intitulé “Social Hotspots”. High Courts of Justice Files, sources for Low Countries History’.

Coordonnées :
Centre d’Histoire du Droit et de la Justice
Rue du poirier, 10
1348 Louvain-la-Neuve
ines.glogowski@uclouvain.be

Historich Onderzoek naar Stedelijk Transformatieprocessen
Pleinlaan, 2
1050 Brussel
ines.glogowski@vub.be

Les historiens de l’UCLouvain – Françoise Muller

Françoise Muller (°1981) est docteur en histoire contemporaine (UCLouvain, 2010) après une thèse portant sur l’histoire de la Cour de cassation de Belgique. Elle a également une formation complémentaire en droit et en sciences politiques. Après sa thèse, elle a travaillé au CEGESOMA sur l’enquête relative à l’assassinat du président du parti communiste, Julien Lahaut. Elle a ensuite été logisticienne de recherche FNRS au Centre d’histoire du droit et de la justice à l’UCL où elle a développé la plate-forme d’informations historiques sur la justice www.digithemis.be. Elle est actuellement chargée de recherche FNRS à l’UCLouvain avec un projet portant sur la dignité de la magistrature belge et notamment sur la question des rapports entre justice et politique (1830-1960).  

Minorités religieuses et espaces de l’enfermement (XVIe-XVIIIe s.)

Conférence donnée par Natalia MUCHNIK (EHESS, Paris) dans le cadre du Séminaire d’Histoire du Droit et de la Justice.

Le Centre d’Histoire du Droit et de la Justice a le plaisir de vous inviter à la conférence de Natalia Muchnik, maître de conférence à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS, Paris), qui nous parlera des minorités religieuses et des espaces d’enfermement (XVIe-XVIIIe siècles).

La conférence se déroulera le lundi 11 mars de 16h15 à 18h15, à la salle du Conseil FIAL.

“Martyrs politiques (Xe-XVIe siècle). Du sacrifice à la récupération partisane”, Maïté Billoré et Gilles Lecuppre (dir.)

Au cours du Moyen Âge, les logiques martyriales sortent du champ proprement religieux. Les autorités mais aussi les sujets et les fidèles participent de la fabrique d’icônes d’un genre nouveau : des martyrs « hors la foi », témoins d’un engagement politique et public.

Le martyr politique ne répond pas à un profil unique. On le pense dissident, engagé au service d’une cause qui l’oppose aux puissants, souffrant dans un contexte de tensions politiques avérées, mis à mort dans des conditions anormales et érigé en figure héroïque et vénérable par ses partisans au point de faire l’objet d’un culte populaire à la postérité plus ou moins importante ou d’être au cœur de récits identitaires, voire légendaires. Mais ce schéma, pour être classique, n’épuise pas la gamme des possibles.

Le martyr politique est une affaire de représentation – l’idée qu’une communauté se fait de la mort d’un des siens – et son potentiel d’identification peut être valorisé immédiatement par ses partisans. Il peut aussi faire l’objet de manipulations et servir en définitive une cause distincte du combat mené. Le martyr politique est ainsi, il ne faut pas l’oublier, l’objet d’un discours construit pour contester le pouvoir ou, au contraire, le soutenir et le légitimer. Mais ce discours ne trouve pas toujours son public et il subsiste des martyrs incomplets ou incertains.

Martyrs politiques (Xe-XVIe siècle). Du sacrifice à la récupération partisane, Maïté Billoré et Gilles Lecuppre dir., Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2019. ISBN : 978-2-7535-7579-0

http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=4790

“Notre passé colonial… en deux minutes chrono?”. Carte blanche par Anne-Sophie Gijs.

Anne-Sophie Gijs, professeure d’histoire de l’Afrique subsaharienne à l’UCLouvain, publie une carte blanche dans le cadre du débat sur le passé colonial de la Belgique.

La carte blanche, publiée dans le journal Le Soir, est à lire ici.

Atelier de l’Historien – Héloïse Malisse

Lundi 4 mars 2019, 12h50-13h50, ERAS 75

Héloïse Malisse, assistante et doctorante à l’UCLouvain

 « En réalité, jeunes gens, vous avez un cœur de femme (animum muliebri) ; et cette jeune fille, celui d’un homme (uiri) » (Cicéron, Des Devoirs, I, XVIII, 61)

Les glissements de genres dans la Rome antique à travers la littérature latine du 1er s. av. n. è. au 3e s. de n. è.

Atelier de l’Historien – Séance spéciale

Lundi 11 février 2019, 13h30-16h, c.211

L’histoire de l’Outre-mer et ses relations avec l’Europe à l’ère des études décoloniales : une antinomie ? Réflexions croisées à l’échelle d’un séminaire

Séance animée par Anne-Sophie Gijs & Caroline Sappia
Avec la participation de Paul Servais, Pierre-Jérémie Piolat & Romain Landmeters

La Police des temps noirs. Pourquoi et comment écrire un dictionnaire des polices françaises sous l’occupation ?

Conférence de Jean-Marc Berlière (CESDIP/U. Bourgogne)
Discutant: Jonas Campion (ULille/UCLouvain)

24 janvier 2019, 15h-17h30
Salle du Conseil ISP – Collège Mercier, Place Cardinal Mercier, 14

“Femmes à Boches”. Occupation du corps féminin, dans la France et la Belgique de la Grande Guerre

Conférence – débat

Mardi 11 décembre 2018, à 18h15 (Auditorium Socrate 21)

Laurence van Ypersele  –  Geneviève Warland  –  Emmanuel Debruyne

Sociétés en changement (N°6 / Novembre 2018). La Grande Guerre a-t-elle émancipé les femmes belges ?

Le sixième numéro de la note thématique “Sociétés en changement” publiée par l’institut IACCHOS rassemble les historiens Emmanuel Debruyne (LaRHis), Thierry Eggerickx (DEMO), Aurore François (LaRHis, CIRFaSe) et Laurence van Ypersele (LaRHis) autour de la question “La Grande Guerre a-t-elle émancipé les femmes belges?”

Leurs travaux historiques et démographiques dévoilent une émancipation féminine toute relative.

La note est accessible et téléchargeable ici.

Mettre en archives les réactions post-attentats. Mémoriaux éphémères et mémorialisation immédiate

Conférence
dans le cadre du
Séminaire H37 – Histoire et cultures graphiques
sous la direction de Paul Bertrand

Par Marie VAN EECKENRODE

Chargée de cours à l’UCLouvain
Attachée scientifique aux Archives de l’État

Mardi 13 novembre 2018, 11h-13h
Salle du Conseil ISP

Atelier ouvert à tous