1918 – 2018 Honderd jaar later… is er nog een geschiedenis van België? / 1918 – 2018 Cent ans après … peut-on encore écrire l’histoire de Belgique?

Pour information.

Evènement organisé par l’ULB et la KU Leuven

Studiedag, Brussel, 23 oktober 2018 /

Journée d’étude Bruxelles, 23 Octobre 2018

Académie Royale

Honderd jaar na het einde van de 1ste Wereldoorlog is het meer dan ooit belangrijk de vraag te stellen hoe we ons verleden construeren en reconstrueren. Of die (re-)constructie nog zal plaatsvinden binnen het kader van de Belgische natie-staat, is een vraag die de jongere, en aankomende generatie van historici zal moeten beantwoorden.

Cent ans après la fin de la Première Guerre mondiale il paraît plus que jamais important de poser la question de la manière dont nous construisons et reconstruisons notre passé. Cette (re)construction peut-elle encore s’inscrire dans le cadre de l’État-nation belge ? Ce sera aux nouvelles et futures générations d’historiens de répondre à cette question.

Infos : https://soc.kuleuven.be/centre-for-political-research/events/histoire-en-belgique-geschiedenis-in-belgie

Programma / Programme :  https://soc.kuleuven.be/centre-for-political-research/events/event-files/program-me-20181023.pdf

Continuer la lecture de 1918 – 2018 Honderd jaar later… is er nog een geschiedenis van België? / 1918 – 2018 Cent ans après … peut-on encore écrire l’histoire de Belgique?

Journée du CORSCI

Le 23 mai prochain, la journée du CORSCI sera l’occasion de discuter avec deux historiens, Paul Bertrand et Quentin Verreycken, de la communication scientifique à l’ère numérique

Programme : https://uclouvain.be/fr/mondesnumeriques/evenements/la-communication-scientifique-a-l-ere-numerique.html

Inscription : https://uclouvain.be/fr/mondesnumeriques/inscriptions-journee-autour-de-la-communication-scientifique-a-l-ere-numerique.html

Soutenance publique de thèse

Soutenance publique de thèse
pour l’obtention du grade de Docteur en Histoire, art et archéologie

Quentin VERREYCKEN

L’Etat de grâce.
Guerre et usage du pardon en Angleterre, France et anciens Pays-Bas au XVe siècle

 

Le lundi 30 avril 2018, à 14h30
Salle du Conseil, Collège Erasme
Place Blaise Pascal, 1 Louvain‐la‐Neuve

Colloque et ateliers – Humanités numériques : de nouveaux outils pour le médiéviste. 38e journée d’étude du RMBLF

Programme et informations pratiques : ici

L’informatique, on le sait, s’est aujourd’hui imposée comme un outil incontournable pour le médiéviste. Depuis plusieurs décennies, bon nombre d’historiens, d’historiens de l’art et de philologues du Moyen Âge appuient en effet leurs travaux sur des corpus diplomatiques, des éditions numériques et des bases de données dont la conception a, parfois, été pensée dès le milieu des années 1980. Pourtant, en dépit des apparences, l’exploitation de ces instruments de recherche et de ces corpus demeure globalement en-deçà de leurs potentialités. Hormis quelques notables exceptions, rares sont les médiévistes à s’être engagés dans une approche quantitative globale et fouillée de ces ensembles documentaires numérisés. Les formidables instruments de travail à disposition des chercheurs, dont le Thesaurus Diplomaticus et sa nouvelle mouture des Diplomata Belgica constituent d’excellents exemples belges, sont ainsi trop souvent cantonnés à une fonction unique : celle de servir de répertoires d’éditions. Sans être exclusives des approches plus traditionnelles – bien au contraire –, de nouvelles méthodes d’analyse permettent pourtant d’interroger sur d’autres bases ces corpus documentaires. La portée et la pertinence de ces approches s’accroissant au fil des ans, tout laisse présager qu’elles autoriseront, bientôt, l’émergence de nouvelles formes d’exploration de l’histoire, des arts et des littératures du Moyen Âge, dans lesquelles l’expérimentation et l’innovation méthodologiques occuperont sans aucun doute une place majeure.

L’ambition de cette rencontre bilingue (anglais/français) destinée en particulier aux jeunes chercheurs et aux étudiants sera, d’une part, d’illustrer combien et comment les humanités numériques contribuent à redynamiser de nombreux champs de recherche en études médiévales et, d’autre part, de fournir une première initiation à certains outils de travail dont les rudiments peuvent s’acquérir au prix d’efforts mesurés. La focale portera sur trois méthodes d’analyse quantitative des sources textuelles : 1) l’analyse de réseaux, qui, par l’utilisation de calculs et de graphes, permet d’étudier les relations entre entités sociales, et ainsi de mieux comprendre certains phénomènes sociaux ; 2) le text mining, qui vise à explorer de vastes ensembles documentaires numérisés pour en extraire des données textuelles exploitables par le chercheur ; 3) la stylométrie, dont l’ambition est d’étudier le style propre d’un auteur par le recours à des outils statistiques et, partant, de jeter une lumière nouvelle sur les questions d’attribution.

Concrètement, la rencontre s’articulera en deux temps. La première journée, organisée à l’Université de Namur, illustrera les potentialités de l’analyse de réseaux, du text mining et de la stylométrie dans le cadre de présentations mêlant réflexions méthodologiques et études de cas. La seconde journée, prévue à l’Université catholique de Louvain (Louvain-la-Neuve), adoptera, quant à elle, une visée plus pédagogique, puisqu’elle proposera une initiation aux méthodes de l’analyse de réseaux, du text mining et de la stylométrie à travers des ateliers ouverts aux débutants. Ces journées d’étude ont avant tout l’ambition de défricher le terrain en vue de l’éventuelle organisation d’autres activités liées aux humanités numériques. Elles aboutiront à la mise en ligne d’un répertoire synthétique décrivant les potentialités et les limites des outils numériques utilisés par les intervenants.

Ce rendez-vous sera organisé conjointement par le Réseau des Médiévistes belges de Langue française (groupe de contact du F.R.S.-FNRS), qui a depuis quelques années entamé sa « mue numérique », et par les groupes de recherche « PraME – Pratiques médiévales de l’écrit » (Université de Namur) et « H37 – Histoire et cultures graphiques » (Université catholique de Louvain).

Colloque international : « Rapts politiques. Moyen Âge et Temps Modernes »

26 & 27 mars 2018
Halles universitaires – Salle Oleffe
Programme : Ici

Aux côtés du meurtre et de toute une gamme d’intimidations, le rapt fait partie de l’arsenal des coups de force dont la vie politique est ponctuée. Son occurrence est relativement fréquente, d’autant que les enlèvements effectivement pratiqués ne sont que l’une des modalités de son émergence, car il faut prendre en compte les projets avortés et les précédents historiques commentés à frais nouveaux. D’ordinaire associé au viol dans les études synthétiques, et donc finalement envisagé sous les angles de l’histoire sociale ou de celle du genre, ou fragmenté en autant de cas mis en relation avec leur contexte immédiat, le phénomène mérite sans doute un jeu de comparaisons pour être moins partiellement appréhendé et nous livrer ses enseignements sur les représentations politiques : l’incarnation du pouvoir, le rôle des partis, le désir de peser sur la décision, l’éthique présidant aux affaires publiques, la légitimation d’actions brutales, le discours de la nécessité, notamment, peuvent être réinterrogés à travers ce prisme.

Profession : Administrateur de la Sûreté. L’homme et la fonction, de la menace orangiste au péril rouge 1830-1958

Journée d’étude

Mercredi 21 mars 2018, 10h45 – 15H45, Auditoire Socrate
Entrée gratuite mais inscription obligatoire avant le 16 mars 2018: emmanuel.debruyne@uclouvain.be

 

Créée le 15 octobre 1830, l’Administration de la Sûreté publique – aujourd’hui Sûreté de l’État – est à la fois une des plus anciennes institutions de la Belgique indépendante et un des plus vieux services de renseignements d’Europe. Les tâches et les moyens attribués à ce service n’ont cessé d’évoluer depuis sa création, mais le secret, l’information et la protection de la sécurité du pays restent au cœur de ses activités. La direction de ce service a par conséquent toujours constitué un poste sensible au sein de l’appareil d’État.

Sur base des investigations menées avec des étudiants de master dans le cadre du séminaire d’histoire de la période contemporaine, cette journée se penchera sur les hommes qui se sont succédés à la tête de la Sûreté des premières semaines de l’indépendance de la Belgique aux premières années de la Guerre froide. Nous nous interrogerons sur les origines et le profil de ces individus, leur réseau de sociabilité et les ressources qu’ils ont mobilisé pour exercer cette fonction si particulière.