Atelier de l’historien.ne #5 (2023-2024) – Marie-Hélène Méresse

Chères et chers adeptes des « Ateliers de l’historien.ne »,

Nous avons le plaisir de vous annoncer l’intervention de Marie-Hélène Méresse, docteure en histoire médiévale de l’UCLouvain et de l’université de Lille. Elle a défendu sa thèse dirigée par Gilles Lecuppre (UCLouvain) et Élodie Lecuppre-Desjardin le 7 décembre 2023 à Lille, et présentera ses résultats à Louvain-la-Neuve lors de cette conférence, intitulée, comme sa thèse: “Des princes cruels ? La place de la brutalité dans les modes de gouvernement à la fin du Moyen Âge”

“À la fin du Moyen Âge, aux XIVe et XVe siècles, les modes de gouvernement évoluent : pour certains historiens et dans certains espaces (France et Angleterre), l’État dit « moderne » se met en place. Là, un pouvoir souverain centralisé se développe, incarné par la figure du prince et reposant en partie sur l’élaboration d’une obéissance sacralisée, du vassal au souverain. Ce dernier, corps physique et corps politique, représente l’autorité. Par sa puissance et sa majesté, il instaure, exprime et donne à voir le pouvoir qui doit être respecté et obéi. Cette société ainsi structurée et cette époque sont aussi celles d’une quête d’ordre public et de paix, pour laquelle, à l’intérieur du cadre social et politique et de ses hiérarchies, le recours à la violence est un moyen possible. Certes, de nombreux travaux ont été réalisés sur la place de la violence dans la société médiévale, qui voient en elle une composante de l’ordre social, servant au maintien de l’honneur et de la renommée, essentiels dans une société de l’apparence ; dans cette lecture, la société accepte alors la violence réparatrice, positive, celle qui rétablit l’ordre. Mais la violence prend une autre dimension lorsqu’elle émane de la personne du prince, et surtout lorsqu’elle sort des cadres où elle est communément admise. Les récits attachés aux princes de la fin du Moyen Âge témoignent d’actes violents qui ne se conforment pas à ces règles. Au-delà de la violence, c’est alors la cruauté de ces hommes éminents qui est dénoncée.

Dans la multiplicité de ses formes, mais surtout de ses récits, la “cruauté” des princes s’avère être toutefois une matière difficile a saisir pour l’historien. Comment identifier les cas de cruauté princière sans se limiter, suivant le jeu des sources, à la seule apparition du terme qui la désigne ? Comment appréhender une matière dont la malléabilité oblige le chercheur a reconsidérer les critères, pour chacun de ces cas par définition exceptionnels ? Comment, enfin, envisager les excès du pouvoir parmi les techniques du gouvernement des princes ?”

Quand ? Le mercredi 28 février 2024 entre 17h30 et 18h30

Où ? Auditoire MORE63, Louvain-la-Neuve

Au plaisir de vous y voir nombreux.ses,

L’équipe des ateliers (Camille, Clara, Jules, Lison et Vincent)

Chiens, cochons, chevaux et éléphants. Cours-conférence de William Riguelle

 
 
Dans le cadre de la sortie de son livre cet été, William Riguelle aura le plaisir de donner plusieurs conférences dont la première se déroulera ce mardi 6 février, à Namur. Celle-ci s’inscrit dans la programmation du Collège Belgique de Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique.
Les inscriptions se font sur le site via le lien suivant : https://academieroyale.be/…/chiens-cochons-chevaux…/

L’homme et la ville par le prisme de la bête

William Riguelle à l’honneur de porter à votre connaissance la parution de l’ouvrage suivant : L’homme et la ville par le prisme de la bête. L’animal comme marqueur identitaire et révélateur de la gestion, des activités et des espaces urbains (Pays-Bas méridionaux et principauté de Liège, XVIIe – XVIIIe siècles.  

 Publiée aux éditions de l’Académie Royale de Belgique, cette monographie est issue de sa thèse de doctorat (UCLouvain) et a remporté le prix Robert Beaujean 2020 (Fondation Roi Baudouin) et le prix Claude Backvis 2021 (Académie Royale).  

Vous pouvez vous procurer l’ouvrage en effectuant une commande directement via le site de l’Académie (https://academie-editions.be/accueil/521-683-lhomme-et-la-ville-par-le-prisme-de-la-bete.html) ou via une librairie (Fnac, Furets du Nord, etc.).  

“Un courage viril. Le genre et la violence en France pendant les Guerres de Religion” Première rencontre internationale avec Brian Sandberg (cycle de séminaires “Genre et Guerre”)

“Genre et Guerre”. Cycle de séminaires transpériodes, 2022-2023

Organisateurs : Silvia MOSTACCIO et Jules DEJONCKHEERE

En tout temps, l’expérience totale de la guerre est l’affaire des combattants (en grande majorité, des hommes) mais aussi de l’ensemble des acteurs et des actrices d’une société. La guerre redistribue les cartes des jeux des masculinités et des féminités et, plus en général, influence et redéfinit les rapports de genre. En effet, que ce soit au niveau culturel, religieux, politique, économique et social les résultats des interactions entre les hommes et les femmes en temps de guerre changent. Qu’en est-il donc de ces mutations dans des cas d’étude précis et comment est-ce que les rapports de pouvoir et la capacité d’action des unes et des autres en sont influencés ?
L’état de guerre, bien que pouvant se révéler être un moment de redéfinition des normes, constitue aussi et surtout un espace d’amplification des rapports de pouvoir propres à des sociétés patriarcales où s’exacerbent des rapports de domination déjà bien installés (le viol comme arme de guerre par exemple). La relation des individus et des collectivités à la violence sera donc l’une des questions envisagées lors de ce cycle de séminaires : comment les hommes et les femmes exercent, subissent et survivent à la violence en temps de guerre ?
Les études se penchant sur le genre et le « fait guerrier » invitent les historien·ne·s à décloisonner le regard, à diversifier les sources et à interroger les acquis méthodologiques de leur discipline. Dès lors, ce cycle de séminaires, ouvert à toutes et tous, se veut un espace pour poursuivre collectivement une réflexion à la fois diachronique, méthodologique, épistémologique et heuristique sur les rapports entre genre, guerre, violence et pouvoir dans des contextes culturels et socio-historiques variés.


DÉROULEMENT

  • Chaque séminaire de ce cycle en comodal sera l’occasion d’inviter un·e chercheur·euse international·e à nous parler de ses recherches en cours autour du genre et de la guerre.
  • La première rencontre aura lieu le lundi 23 mai 2022 à 15h à l’Agora 12 et sur Teams. Nous recevrons Brian SANDBERG pour une communication intitulée : « Un Courage viril. Le genre et la violence en France pendant les Guerres de Religion ».
  • 4 séances sont programmées pour l’année académique 2022-2023. Le programme est à venir prochainement sur le site du LaRHis.

Colloque : The Great(er) War of Military Occupations in Europe. Antecedents, experiences & legacies

 Du 23 au 25 juin 2022, au CegeSoma, se tiendra un colloque sur les occupations militaires en Europe durant la Première Guerre mondiale. 

Informations et inscriptions : https://upgg.hypotheses.org/the-greater-war-of-military-occupations-in-europe-antecedents-experiences-and-legacies 

Déballons l’Histoire ! Les relations entre la Belgique et l’Allemagne au travers des musées-valises

EXPOSITION DU 4 AU 16 MAI 2021 AU MUSEE ROYAL DE MARIEMONT
DU 16 AU 26 NOVEMBRE 2021 AU MUSEE ROYAL DE L’ARMEE
SOUS LE PATRONAGE DE L’AMBASSADE D’ALLEMAGNE A BRUXELLES ET DE L’AMBASSADE DE BELGIQUE A BERLIN

=> Le lancement du tour des musées-valises en Belgique se fera par un évènement en ligne que vous pourrez suivre le lundi 22 mars à 10 h 30 sur les pages Facebook de tous les partenaires

Le 20e siècle, et plus particulièrement les deux conflits mondiaux, a radicalement marqué notre histoire, nos histoires à tous, à travers l’Europe. Ce siècle a créé un passé commun bien particulier entre Belges et Allemands, qui nous est encore trop inconnu.

Cette exposition interactive a été réalisée par des étudiants en langue, littérature et culture francophone de l’Université de Paderborn (Allemagne) dans le cadre de deux séminaires : l’un de Master, La « fabrication » de l’histoire : Musées-Valises sur l’histoire et la culture belgo- allemande aux XXe et XXIe siècles et l’un de baccalauréat, Les Musées-Valises : Matérialisation des théories de la mémoire et de l’héritage culturel. Ils ont bénéficié de l’aide des étudiants en Histoire de l’UCLouvain qui leur ont fourni des idées de thèmes et des documents et sont venus, le temps d’un voyage d’études, participer à ce projet dans le cadre d’un travail de valorisation patrimoniale pour le cours-atelier de Master dans la filière Communication de l’histoire : Médiation culturelle des savoirs en histoire.

Le musée des Forces Armées Belges à Soest, ville située à proximité de Paderborn, s’est joint au projet, en tant que témoin particulier des relations entre l’Allemagne et la Belgique depuis la Première Guerre mondiale jusqu’au début des années 1990. La ville a en effet accueilli des soldats belges entre 1951 et 1994. De nombreux Belges résident d’ailleurs encore dans la région. Cette histoire commune s’articule autour de 9 thématiques, réparties dans des musées-valises permettant au visiteur d’interagir avec les objets exposés ; notamment par la possibilité de les toucher et de les manipuler.

En guerre, mais sans guerre. Une conversation en confinement entre historiens de la Grande Guerre

Marco Mondini (Università degli studi di Padova), Nicolas Beaupré (Université Clermont-Auvergne) et Emmanuel Debruyne (UCLouvain), 8 mai 2020

Pandémie et rhétorique guerrière

Depuis le début de la crise du Covid-19, les gouvernements nationaux et les médias ont constamment recouru à un langage guerrier. En Italie et en France, la référence à la Grande Guerre a été privilégiée. Face à la menace de la pandémie, la communauté nationale a été exhortée à resserrer les rangs – Macron a explicitement évoqué l’« union sacrée » de 1914 dans ses discours télévisés aux Français – et à y répondre avec fierté et détermination. Comme l’ont fait les grands-parents et arrière-grands-parents sur la Marne et sur la Piave. Au Royaume-Uni, « les heures les plus sombres » de 1940 sont invoquées, y compris par la reine pour inciter ses sujets à se souvenir du courage traditionnellement affiché dans les moments difficiles. Aux États-Unis, le Surgeon General Jerome Adams, un amiral habituellement peu enclin aux boutades typiques de la rhétorique trumpienne, a parlé d’un « moment Pearl Harbor » (ainsi que d’un nouveau « 11 septembre ») pour tenter d’expliquer la gravité de la situation aux Américains et à leur président. Même un personnage peu enclin aux métaphores explosives comme Mario Draghi a ouvertement évoqué, dans une interview accordée le 25 mars au Financial Times, le premier conflit mondial, et sa douloureuse période d’après-guerre, pour esquisser les scénarios possibles et les erreurs à éviter: « we face a war against coronavirus and must mobilise accordingly ». Du point de vue des dirigeants politiques, le but de cet appel (métaphorique) aux armes semble évident. à travers les émotions liées aux pages les plus intenses de l’identité nationale, c’est le consentement spontané des citoyens (ou au moins d’une grande majorité d’entre eux) qui a été recherché, nécessaire pour rendre acceptables des mesures drastiques et prolongées de limitation des libertés individuelles, étendues à tous les domaines de la vie quotidienne. Un fait sans précédent depuis 1945, mais une stratégie réussie. L’écho médiatique et l’accueil populaire favorable à ces mots d’ordre demeurent à ce jour indéniables.

Continuer la lecture de En guerre, mais sans guerre. Une conversation en confinement entre historiens de la Grande Guerre

BVNG/ABHC – Journée de l’histoire contemporaine. Appel à communications


L’histoire publique en Belgique : bilans, enjeux et perspectives

25 mai 2020 – Eupen

L’édition 2020 de la Journée de l’histoire contemporaine, en collaboration avec le Zentrum für Ostbelgische Geschichte et le Luxembourg Centre for Contemporary and Digital History (C2DH), entend dresser un bilan des recherches en histoire publique en Belgique, mais aussi à revenir sur certains enjeux de la communication de l’histoire et de sa réception par des groupes sociaux spécifiques.

La Commission européenne – The European Commission (1986-2000)

 

À la suite de la publication du troisième tome sur l’histoire et les mémoires de la Commission européenne (1986-2000), fruit de quatre années de travail d’un consortium international piloté à l’UCLouvain, un colloque international est organisé, en collaboration avec le Secrétariat général de la Commission européenne, le vendredi 25 octobre 2019 au Breydel (rue d’Auderghem 45 à 1040 Bruxelles). 

 

Inscription via le formulaire en ligne.

Experience and Memory of the First World War in Belgium

Comparative and Interdisciplinary Insights

Geneviève Warland (ed.)

Due to its unprecedented violence and unexpected duration, the First World War generated many complex and tragic experiences, which over time have been reinterpreted. Connecting past experiences with current memories of the war – in order to revisit in an interdisciplinary way Belgium’s archival and literary, as well as material and monumental war heritage – is the goal of this book which presents the outcomes of the research project Experiences and Memories of the Great War in Belgium (MEMEX WW1).

Continuer la lecture de Experience and Memory of the First World War in Belgium

“Martyrs politiques (Xe-XVIe siècle). Du sacrifice à la récupération partisane”, Maïté Billoré et Gilles Lecuppre (dir.)

Au cours du Moyen Âge, les logiques martyriales sortent du champ proprement religieux. Les autorités mais aussi les sujets et les fidèles participent de la fabrique d’icônes d’un genre nouveau : des martyrs « hors la foi », témoins d’un engagement politique et public.

Le martyr politique ne répond pas à un profil unique. On le pense dissident, engagé au service d’une cause qui l’oppose aux puissants, souffrant dans un contexte de tensions politiques avérées, mis à mort dans des conditions anormales et érigé en figure héroïque et vénérable par ses partisans au point de faire l’objet d’un culte populaire à la postérité plus ou moins importante ou d’être au cœur de récits identitaires, voire légendaires. Mais ce schéma, pour être classique, n’épuise pas la gamme des possibles.

Le martyr politique est une affaire de représentation – l’idée qu’une communauté se fait de la mort d’un des siens – et son potentiel d’identification peut être valorisé immédiatement par ses partisans. Il peut aussi faire l’objet de manipulations et servir en définitive une cause distincte du combat mené. Le martyr politique est ainsi, il ne faut pas l’oublier, l’objet d’un discours construit pour contester le pouvoir ou, au contraire, le soutenir et le légitimer. Mais ce discours ne trouve pas toujours son public et il subsiste des martyrs incomplets ou incertains.

Martyrs politiques (Xe-XVIe siècle). Du sacrifice à la récupération partisane, Maïté Billoré et Gilles Lecuppre dir., Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2019. ISBN : 978-2-7535-7579-0

http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=4790

“Notre passé colonial… en deux minutes chrono?”. Carte blanche par Anne-Sophie Gijs.

Anne-Sophie Gijs, professeure d’histoire de l’Afrique subsaharienne à l’UCLouvain, publie une carte blanche dans le cadre du débat sur le passé colonial de la Belgique.

La carte blanche, publiée dans le journal Le Soir, est à lire ici.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search