Conférence de Marion Trévisi (09/02) – Femmes d’action, femmes guerrières: la violence féminine dans les combats en France (XVIe-XVIIIe siècle). Violence subie et violence donnée : des femmes blessées aux femmes blessantes

Le GRHiSoG (Groupe de Recherches Historiques des Sociétés en Guerre) a le plaisir de vous annoncer la deuxième séance de son cycle de séminaires transpériodes « genre et guerre », le jeudi 9 février de 16h15 à 18h15 au LECL 61.

Nous accueillerons Marion Trévisi (MCF Picardie Jules Verne) pour une conférence intitulée : « Femmes d’action, femmes guerrières: la violence féminine dans les combats en France (XVIe-XVIIIe siècle). Violence subie et violence donnée : des femmes blessées aux femmes blessantes ».

La conférence est également retransmise sur Teams.

Dans cette intervention, je traiterai de deux types de violence féminine- celle subie, passive- et celle active, donnée par des femmes combattantes. Tout d’abord, il s’agira de rappeler que si les femmes étaient en théorie exclues du monde viril de la guerre et des combats à l’époque moderne en France, elles étaient en réalité présentes et pas seulement comme victimes (bilan historiographique de la question). La première étude de cas de cette intervention se fera avec des récits de sièges de villes françaises des XVIe et XVIIe siècle, dans le contexte global des guerres de Religion. Le siège d’une ville étant un moment de crise où civils et militaires pouvaient se retrouver face à face ou combattre ensemble, les normes genrées des guerres en étaient donc bouleversées. Ainsi, lors des sièges de leurs cités, les femmes n’ont pas fait que subir un climat violent et dangereux. Si elles ont été victimes des bombardements ou des saccages de leur ville, elles ont aussi réagi aux violences, en quittant leur posture passive et en participant à plusieurs formes de résistance collective, notamment en prenant les armes. Comme les auteurs de ces récits de siège étaient tous intimement convaincus que les femmes ne devaient pas combattre, ni tuer, ils ont justifié leur transgression de rôle avec des arguments religieux ou politiques. Nous nous interrogerons sur leur stratégie de légitimation de la violence féminine – notamment à partir des blessures reçues par ces femmes-, et sur les bornes de cette violence (limitation de l’intensité comme de la durée de la prise d’armes des femmes et contrôle des hommes). De ces récits se dégage alors un modèle de violence féminine acceptable, notamment sur le type et la nature de cette violence (violence de défense et non d’attaque). La seconde étude de cas de la violence féminine s’attachera aux femmes combattantes des armées françaises de la fin du XVIIIe siècle et du début XIXe siècle. Lors des guerres révolutionnaires, des femmes ont participé aux combats de l’armée française, soit comme volontaires, soit comme soldats travestis en hommes. Certaines sont restées sous l’Empire, malgré les lois d’exclusion des femmes de l’armée. Nous pouvons interroger leur manière de combattre, leur utilisation de la violence grâce à leurs dossiers de demandes de pensions envoyés au ministère de la guerre et grâce à quelques témoignages de leurs officiers. Dans ces sources principalement masculines, le tabou de la violence féminine est toujours présent et il nous est difficile d’évaluer leur expérience personnelle de la violence, à part dans la liste de leurs blessures. Nous pouvons ainsi nous demander si la litanie des blessures reçues par ces combattantes n’est pas une façon détournée d’évoquer la brutalité de leur engagement, celle de soldats dans l’action. Leurs blessures peuvent être analysées comme des preuves de leur « agency » ; elles cacheraient alors un discours indirect sur leur violence active.

Maîtresse de conférences en histoire moderne à l’Université Jules Verne (Amiens), Marion Trévisi est membre du Centre d’Histoire des sociétés, des sciences et des conflits (CHSSC) à Amiens. D’abord spécialiste en histoire de la famille et de la parenté en France à l’époque moderne (thèse: Au cœur de la parenté, oncles et tantes dans la France des Lumières, Presses de l’Université Paris-Sorbonne (PUPS), Paris, 2008), elle s’est ensuite orientée vers l’histoire des femmes puis vers l’histoire de la guerre et des femmes à travers des sources variées comme des Mémoires et Correspondances, mais aussi des archives de dossiers militaires (La guerre et les femmes, sous la direction de Jean Baechler et de Marion Trévisi, Paris, Hermann, 2018). Elle termine actuellement une habilitation à diriger des recherches sur le thème des femmes et de la guerre à l’époque moderne en France.

Olivier Latteur reçoit le Prix Robert Beaujean de la Fondation Roi Baudouin

La Fondation Roi Baudouin octroie annuellement le Prix Robert Beaujean afin de récompenser une publication contribuant à la recherche dans le domaine de l’histoire et de l’archéologie en région wallonne. En 2022, il a été décerné à Olivier Latteur pour sa thèse de doctorat défendue à l’UNamur et à l’UCLouvain en 2021.  
Possédant la double formation d’antiquiste et de moderniste, Olivier Latteur consacre ses recherches à la réception de l’Antiquité durant les Temps Modernes (16e-18e siècle). Dans le cadre de son doctorat, mené sous la direction des professeures Isabelle Parmentier (UNamur) et Françoise Van Haeperen (UCLouvain), il s’est intéressé à la manière dont les vestiges antiques étaient considérés ou (ré)utilisés dans les Pays-Bas méridionaux et la principauté de Liège, un espace qui englobe la Belgique, le Luxembourg et le nord de la France actuels.  
Au cours de l’époque moderne en effet, l’Antiquité fascine. La péninsule italienne, destination phare du « Grand Tour », est sillonnée par les artistes, les érudits et les voyageurs qui y admirent ses remarquables ruines romaines. Si le phénomène italien avait déjà fait l’objet de nombreuses recherches, il restait méconnu dans nos régions qui regorgent pourtant de nombreux vestiges antiques ou supposés tels en milieu urbain (Arlon, Tongres, Bavay…) et rural (tumuli de Hesbaye, mausolées, vici et oppida au Luxembourg, voies romaines sillonnant les campagnes belges et luxembourgeoises…).  
La thèse d’Olivier Latteur met en lumière les rapports complexes qu’entretenait la société moderne avec les traces de son passé. Elle met en valeur des monuments peu étudiés en montrant à quel point ils ont interagi avec les populations environnantes au fil des siècles, que cela soit en tant que marqueurs paysagers, témoignages ou « preuves » (réelles ou supposées) de l’histoire d’une localité. Cette recherche raconte les premières pratiques « archéologiques » dans nos régions et l’irruption du vestige matériel au sein des « histoires » et des discours sur le passé d’une localité, en mobilisant un corpus de sources exceptionnel par sa taille et sa diversité typologique, linguistique et chronologique (récits de voyageurs, travaux savants, cartes anciennes, textes législatifs…). La thèse souligne le rôle symbolique qu’ont joué ces monuments dans l’imaginaire et l’identité des communautés qui les abritaient, et met en évidence le processus de patrimonialisation qui s’est progressivement mis en place autour de certains d’entre eux, permettant leur conservation jusqu’à aujourd’hui encore.  
Intitulée « Cohabiter avec l’Antiquité (XVIe-XVIIIe siècles). Antiquarisme, traditions locales et impact paysager des vestiges antiques dans les Pays-Bas méridionaux et la Principauté de Liège (1565-1794) », cette thèse de doctorat fera l’objet en 2023 d’une publication au sein de la collection Studies in Belgian History des Archives générales du Royaume.  
Actuellement chercheur postdoctorant, chargé de cours et assistant à l’UCLouvain et à l’UNamur, Olivier Latteur est aussi un visage bien connu des générations d’étudiantes et des étudiants du Département d’histoire de ces deux institutions, où il encadre plusieurs cours méthodologiques depuis 2010. Membre à l’UCLouvain du LaRHis et du GEMCA (INCAL), il a également été chercheur invité à l’Université du Luxembourg en 2022.
 

Spectacle « Contretemps – une poésie [qui nous vient] du Moyen-Âge » – avec Patrick Boucheron

Patrick Boucheron, professeur au Collège de France et docteur honoris causa de l’UCLouvain, est médiéviste et passionné par la communication de la connaissance. On le sait, communiquer en sciences humaines et en lettres est devenu un enjeu majeur. Il nous faut être audacieux pour faire entendre notre voix dans la cacophonie du monde, de moins en moins réceptif aux formes traditionnelles de la transmission du savoir comme les cours ou les conférences « à l’ancienne ». Patrick Boucheron propose ici un essai, réussi, de communication de ce savoir, par le spectacle, conjoignant lecture et commentaire de textes (par lui-même) et temps musicaux autour d’instruments originaux.

Le thème est essentiel, lui aussi : la poésie qui vient du Moyen Âge, jusqu’à nous. La poésie des troubadours et des troubadoresses, récitée et commentée donc, mise en musique et comme en images. C’est de la naissance de la poésie échappée du latin dont il s’agira. Entre histoire, histoire de l’art et musicologie, littérature, le spectacle « Contretemps » donnera l’occasion de découvrir autrement l’art des troubadoresses et des troubadours. Après le spectacle, un temps de discussion avec le public qui le désire sera ouvert.

Vous êtes donc toutes et tous invités –gratuitement pour les étudiantes, étudiants et tout le personnel de l’UCLouvain.

A toutes celles et ceux qui désirent préparer ce spectacle : le prof. Paul Bertrand organisera un atelier ouvert, amical et informel pour présenter le contexte historique, lire et discuter ensemble à la manière historienne quelques textes de cette poésie, le 2 novembre au local Socr 21 de 16 à 18h.

Pour le spectacle du 8 novembre au Biéreau, à 20h30, inscrivez-vous ici gratuitement si vous êtes membres de l’UCLouvain (y compris étudiantes et étudiants): https://uclouvain.be/fr/etudier/culture/evenements/conference-concert-contretemps.html – voir aussi https://laferme.be/agenda/contretemps

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search