Les historiens de l’UCLouvain – François Pierrard

Ayant réalisé mes études à Louvain-la-Neuve, Paris et Lille, je suis titulaire d’un Master en histoire (UCL, 2017) et d’un Master en droit (ULille, 2018). Membre du Centre d’Histoire Judiciaire (UMR 8025, ULille – CNRS) et du Centre d’histoire du droit et de la justice (UCLouvain), j’y suis respectivement doctorant contractuel en droit, mention histoire du droit et des institutions, et doctorant en histoire, histoire de l’art et archéologie.

Ma thèse a pour objet les « Premières idées sur la réformation des loix criminelles » de Goswin de Fierlant (1735-1804), premier projet de code criminel des Pays-Bas autrichiens, rédigé dans la dernière décennie du règne de Marie-Thérèse et au tout début de celui de Joseph II (http://www.theses.fr/s212252). Cette recherche est menée sous la direction de M. Xavier Rousseaux et de M. François Quastana.

Mes intérêts de recherche portent tout à la fois sur l’histoire du droit pénal et de la procédure pénale, l’histoire des idées politiques, l’histoire de la pensée juridique, l’histoire du droit canonique, ainsi que sur l’histoire des échanges intellectuels dans l’Europe occidentale de l’Ancien Régime.

Les historiens de l’UCLouvain – Françoise Muller

Page institutionnelle UCLouvain

Françoise Muller (°1981) est docteur en histoire contemporaine (UCLouvain, 2010) après une thèse portant sur l’histoire de la Cour de cassation de Belgique. Elle a également une formation complémentaire en droit et en sciences politiques. Après sa thèse, elle a travaillé au CEGESOMA sur l’enquête relative à l’assassinat du président du parti communiste, Julien Lahaut. Elle a ensuite été logisticienne de recherche FNRS au Centre d’histoire du droit et de la justice à l’UCL où elle a développé la plate-forme d’informations historiques sur la justice www.digithemis.be. Elle est actuellement chargée de recherche FNRS à l’UCLouvain avec un projet portant sur la dignité de la magistrature belge et notamment sur la question des rapports entre justice et politique (1830-1960).  

Les historiens de l’UCL – Silvia Mostaccio

Archiviste et docteure en histoire de l’Université de Padoue (IT), j’ai enseigné l’histoire du christianisme à l’Université de L’Aquila. Depuis 2010 je suis professeure d’histoire des temps modernes à l’UCLouvain et j’y assure les différents cours d’introduction à la période XVIe-XVIIIe siècle, ainsi que les séminaires et des cours de master ciblés sur l’histoire des missions religieuses, l’histoire du genre, l’histoire culturelle.

Exception faite pour les bandes dessinées western que je lis dans mon refuge estival, rien ne m’agace plus que l’arrogance d’une explication en noir et blanc, avec les bons d’un côté et les mauvais de l’autre. C’est peut-être aussi pour cette raison que j’aime tellement mon métier d’historienne : reconstruire la complexité du passé; la pluralité des acteurs (et des actrices) interagissant entre eux.

Deux questions de fond m’habitent depuis longtemps: les enjeux de pouvoir (et d’obéissance) entre individus et institutions -notamment face aux pouvoirs religieux- et la relation homme(s)/femme(s) au niveau relationnel et institutionnel. Je suis aussi particulièrement sensible aux légitimations qu’on peut construire (les discours) pour justifier son action (les pratiques). Ces préoccupations se traduisent dans les domaines de recherche suivants :

Continuer la lecture de Les historiens de l’UCL – Silvia Mostaccio

Les historiens de l’UCL – Bernard Dauven

Membre du Centre d’Histoire du droit et de la Justice (CHDJ) et ancien membre associé du Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris (LAMOP), je réalise sous la tutelle des professeurs Claude Gauvard (Paris I) et Xavier Rousseaux (UCL) une thèse de doctorat portant sur les différentes formes de grâce en Brabant à la charnière entre le Moyen Âge et l’Époque moderne.

Mes recherches personnelles portaient essentiellement sur l’incrimination du vagabondage et l’utilisation du genre en histoire de la justice ; elles s’orientent maintenant vers la criminalisation de l’homicide au seuil de la première modernité.

Continuer la lecture de Les historiens de l’UCL – Bernard Dauven

Les historiens de l’UCL – Antoine Brix

Antoine Brix est doctorant en histoire médiévale à l’UCL. Aspirant F.R.S.-FNRS depuis octobre 2014, il est membre de l’institut RSCS, où ses travaux sont dirigés par Paul Bertrand.

Après un baccalauréat en histoire aux FUNDP (2011), Antoine Brix obtient une maîtrise en histoire à l’UCL (2013). Son mémoire, dirigé par Baudouin Van den Abeele et Xavier Hermand, est consacré à la figure et à l’œuvre de l’abbé gantois Jean Bernier de Fayt († 1395). Au sortir des études, Antoine Brix contribue, devenu boursier-résident de l’Academia Belgica à Rome (janvier-juin 2014), au catalogage des manuscrits français de la Biblioteca apostolica Vaticana, entreprise de longue haleine dirigée par l’Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT-CNRS) et l’École française de Rome.

Continuer la lecture de Les historiens de l’UCL – Antoine Brix

Les historiens de l’UCL – Sarah Barthélemy

Tout en ayant commencé mes recherches comme assistante en histoire, je poursuis la préparation d’une thèse de doctorat en co-tutelle sur la construction du genre en religion avec un mandat d’aspirante au F.R.S.-FNRS. Rattachée au LaRHis de l’institut IACCHOS et au CéSoR du centre CRH, je travaille sous la direction de Silvia Mostaccio (UCLouvain) et de Pierre-Antoine Fabre (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales). Je m’intéresse particulièrement au croisement de l’histoire du genre et de l’histoire religieuse, afin de comprendre les raisons et le contexte des appropriations du modèle jésuite par des religieuses au tournant du XIXe siècle. J’étudie les rapports de pouvoir à travers les transformations de la norme religieuse au contact des « mutations de genre » et à travers les adaptations des pratiques jésuites effectuées par les femmes. L’ouverture à des concepts issus d’autres sciences sociales a placé la démarche interdisciplinaire au cœur de mes réflexions.

Continuer la lecture de Les historiens de l’UCL – Sarah Barthélemy

Les historiens de l’UCL – Xavier Rousseaux

Centre d’histoire du droit et de la justice, 10 rue du Poirier – 1348 Louvain-la-Neuve

Site web www.chdj.be Téléphone: 010/47.49.63, Portable : 0478/297621

e-mail : xavier.rousseaux@uclouvain.be

Pierre Paul PRUD’HON (1758-1823) La justice et la vengeance divine poursuivant le crime, 1808 (Paris, Musée du Louvre)

Ancien étudiant des Facultés de Namur et de l’UCL après des études d’histoire, de philosophie, de communication et de sociologie, j’ai obtenu un doctorat en histoire en 1990 avec une thèse au titre foucaldien Taxer ou Châtier ? L’émergence du pénal. Enquête sur la justice nivelloise, 1400-1650. Après un passage par les Facultés Saint-Louis, comme assistant en sociologie, je suis revenu à l’UCL comme chargé de recherches en 1990, puis chercheur qualifié du FNRS en 1992. Avec Marie-Sylvie Dupont-Bouchat ma promotrice et quelques étudiant.e.s, nous avons fondé le Centre d’histoire du droit et de la justice en 1995. (www.chdj.be)

Continuer la lecture de Les historiens de l’UCL – Xavier Rousseaux

Les historiens de l’UCL – Aurore François

Professeure en méthodologies de l’histoire et en archivistique, responsable des Archives de l’UCL, mes recherches personnelles s’inscrivent dans la période contemporaine, principalement dans les domaines de l’histoire de l’enfance, la jeunesse et la famille, l’histoire des deux guerres mondiales et, depuis quelques années, l’histoire du risque et de sa gestion.

Continuer la lecture de Les historiens de l’UCL – Aurore François

Les historiens de l’UCL – Christophe Flament

Christophe Flament est professeur d’histoire ancienne à l’Université de Namur (Belgique).

Il a étudié l’histoire et l’archéologie à l’Université catholique de Louvain, où il a obtenu son doctorat en Philosophie et Lettres (Histoire) en 2005. Il a ensuite été chargé de recherches du Fonds National de la Recherche Scientifique à l’Université catholique de Louvain, puis collaborateur scientifique du Fonds National de la Recherche Scientifique à l’Université de Namur où il enseigne depuis 2014 en tant que chargé de cours, puis professeur. Depuis 2011, il est également chargé de cours invité à l’Université catholique de Louvain.

Continuer la lecture de Les historiens de l’UCL – Christophe Flament

Les historiens de l’UCL – Anne-Sophie Gijs

Docteure en histoire, je suis chargée de cours au sein de la Faculté de Sciences économiques, sociales, politiques et de communication et au sein de la Faculté de Philosophie, Arts et Lettres de l’UCL.

Mes enseignements portent notamment sur l’histoire de la construction européenne, le pluralisme et la diversité culturelle en Europe, l’histoire de l’Afrique subsaharienne et les contacts et échanges entre l’Europe et l’Afrique (Temps modernes et Epoque contemporaine).

C’est précisément à l’histoire des relations entre ces deux continents, l’Europe et l’Afrique, que je consacre mes recherches scientifiques depuis plusieurs années.

Continuer la lecture de Les historiens de l’UCL – Anne-Sophie Gijs

Les historiens de l’UCL – Gilles Lecuppre

Gilles Lecuppre (Bureau b266 du Collège Érasme)

Téléphone : 010/47.48.68, e-mail : gilles.lecuppre@uclouvain.be

Issu d’un certain « système français », je suis ancien élève de l’École Normale Supérieure (Ulm), agrégé d’histoire, docteur en histoire médiévale (La seconde vie des rois. L’imposture politique au Moyen Âge). Brièvement professeur d’histoire-géographie dans l’enseignement secondaire, j’ai surtout exercé mon métier de médiéviste dans les universités de Poitiers et de Nanterre, avant de rejoindre – avec bonheur ! – l’UCL à la rentrée 2015, sur un très beau poste qui m’installe dans la continuité du Bas Moyen Âge et des Temps Modernes.

Continuer la lecture de Les historiens de l’UCL – Gilles Lecuppre

Les historiens de l’UCL – Françoise Van Haeperen

Françoise Van Haeperen est professeure à l’UCL depuis 2003. Historienne de l’Antiquité, elle est spécialiste des cultes polythéistes dans le monde romain occidental. Plus précisément, ses recherches s’articulent actuellement autour de trois axes principaux, avec quelques incursions dans des chemins de traverses. Les deux premiers axes, qui se recoupent partiellement, sont thématiques et couvrent un arc spatio-temporel plutôt vaste : Rome, l’Italie et ses provinces occidentales, sous la République et sous l’Empire. Ils portent sur les acteurs des cultes et leurs pratiques d’une part, sur les cultes dits orientaux d’autre part. Le troisième axe, intimement lié aux précédents, est ancré dans une réalité géographique bien particulière, celle du port de Rome, Ostie, qui offre une documentation d’une richesse incomparable et permet une étude approfondie des différentes facettes de la vie religieuse d’une cité antique, et ce du 3e av. au 5e. ap.

Continuer la lecture de Les historiens de l’UCL – Françoise Van Haeperen

Les historiens de l’UCL – William Riguelle

Assistant et doctorant en histoire moderne depuis septembre 2013, William Riguelle réalise sous la tutelle de Silvia Mostaccio (UCL) et d’Isabelle Parmentier (UNamur) une thèse de doctorat portant sur les relations homme-animal en milieu urbain, se focalisant essentiellement sur les villes des Pays-Bas méridionaux et de la principauté de Liège aux XVIIe et XVIIIe siècles. Ne s’inscrivant pas dans une perspective visant à explorer le « point de vue animal », cette recherche se penche plutôt sur les pratiques et les discours sociaux et culturels des hommes à l’égard de l’animal en ville.

Continuer la lecture de Les historiens de l’UCL – William Riguelle

Les historiens de l’UCL – Luc Courtois

Docteur en histoire de l’Université de Louvain (1998), Luc Courtois a poursuivi sa carrière, après un mandat d’assistant à la Faculté de droit (1985-1992), comme directeur de la Fondation wallonne Pierre-Marie et Jean-François Humblet (Louvain-la-Neuve). Ses travaux ont alors porté sur les problèmes de construction identitaire wallonne en rapport avec histoire et mémoire. Après avoir défendu sa thèse, il a été nommé professeur suppléant à Louvain-la-Neuve (1998), puis professeur invité (1999-2004), professeur temporaire à temps partiel (2004-2005), chargé de cours (50 % ETP, 2006-2012) et professeur (2012). Depuis septembre 2015, il est professeur à 75 % ETP à l’Université catholique de Louvain et directeur à 25 % ETP à la Fondation wallonne. Titulaire d’enseignements en lettres, en sciences sociales et en théologie, il est membre du LaRHis, de l’Institut Iacchos et de l’Institut RSCS. En outre, depuis 2006, il assure la direction du Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques. Louvain Dictionnary of Church History et, depuis 2010, participe au Comité de rédaction de la Revue d’histoire ecclésiastique. Louvain Journal of Church History.

Continuer la lecture de Les historiens de l’UCL – Luc Courtois

Les historiens de l’UCL – Jonas Campion

Mon projet scientifique, s’il a parfois semblé prendre des orientations plurielles, répond avec le recul à une cohérence dans les problématiques envisagées. D’une approche initialement centrée sur la gendarmerie – force régalienne de police, présente au sein de différentes Nations, et fondamentale dans l’exercice du maintien de l’ordre –, mes recherches se sont progressivement orientées vers l’analyse de l’évolution sociohistorique du concept de sécurité publique au long du 20e siècle. La sécurité est un concept polysémique, recouvrant des significations sociales, juridiques, politiques, ou professionnelles parfois contradictoires. Évolutif, sa signification est inscrite dans le temps et dans l’espace. Je l’envisage comme une réalité dynamique, se construisant de la rencontre entre les différentes composantes de la vie en société : État, populations et administrations parmi lesquelles, les institutions en charge de missions policières. Dans cette perspective, la  sécurité publique se définit par son objectif principal : la gestion de risques collectifs et individuels, pour garantir l’ordre, protéger les cadres du vivre ensemble et rencontrer les attentes dévolues à l’État contemporain, en termes de protections des biens et des personnes. Les politiques sécuritaires ont ainsi pour but de gérer les risques (crimes, violences, mais aussi événements exceptionnels), et d’orienter, dans une logique gouvernementaliste, les conduites des populations.

Continuer la lecture de Les historiens de l’UCL – Jonas Campion