Atelier de l’historien.ne #5 (2023-2024) – Marie-Hélène Méresse

Chères et chers adeptes des « Ateliers de l’historien.ne »,

Nous avons le plaisir de vous annoncer l’intervention de Marie-Hélène Méresse, docteure en histoire médiévale de l’UCLouvain et de l’université de Lille. Elle a défendu sa thèse dirigée par Gilles Lecuppre (UCLouvain) et Élodie Lecuppre-Desjardin le 7 décembre 2023 à Lille, et présentera ses résultats à Louvain-la-Neuve lors de cette conférence, intitulée, comme sa thèse: “Des princes cruels ? La place de la brutalité dans les modes de gouvernement à la fin du Moyen Âge”

“À la fin du Moyen Âge, aux XIVe et XVe siècles, les modes de gouvernement évoluent : pour certains historiens et dans certains espaces (France et Angleterre), l’État dit « moderne » se met en place. Là, un pouvoir souverain centralisé se développe, incarné par la figure du prince et reposant en partie sur l’élaboration d’une obéissance sacralisée, du vassal au souverain. Ce dernier, corps physique et corps politique, représente l’autorité. Par sa puissance et sa majesté, il instaure, exprime et donne à voir le pouvoir qui doit être respecté et obéi. Cette société ainsi structurée et cette époque sont aussi celles d’une quête d’ordre public et de paix, pour laquelle, à l’intérieur du cadre social et politique et de ses hiérarchies, le recours à la violence est un moyen possible. Certes, de nombreux travaux ont été réalisés sur la place de la violence dans la société médiévale, qui voient en elle une composante de l’ordre social, servant au maintien de l’honneur et de la renommée, essentiels dans une société de l’apparence ; dans cette lecture, la société accepte alors la violence réparatrice, positive, celle qui rétablit l’ordre. Mais la violence prend une autre dimension lorsqu’elle émane de la personne du prince, et surtout lorsqu’elle sort des cadres où elle est communément admise. Les récits attachés aux princes de la fin du Moyen Âge témoignent d’actes violents qui ne se conforment pas à ces règles. Au-delà de la violence, c’est alors la cruauté de ces hommes éminents qui est dénoncée.

Dans la multiplicité de ses formes, mais surtout de ses récits, la “cruauté” des princes s’avère être toutefois une matière difficile a saisir pour l’historien. Comment identifier les cas de cruauté princière sans se limiter, suivant le jeu des sources, à la seule apparition du terme qui la désigne ? Comment appréhender une matière dont la malléabilité oblige le chercheur a reconsidérer les critères, pour chacun de ces cas par définition exceptionnels ? Comment, enfin, envisager les excès du pouvoir parmi les techniques du gouvernement des princes ?”

Quand ? Le mercredi 28 février 2024 entre 17h30 et 18h30

Où ? Auditoire MORE63, Louvain-la-Neuve

Au plaisir de vous y voir nombreux.ses,

L’équipe des ateliers (Camille, Clara, Jules, Lison et Vincent)

Chiens, cochons, chevaux et éléphants. Cours-conférence de William Riguelle

 
 
Dans le cadre de la sortie de son livre cet été, William Riguelle aura le plaisir de donner plusieurs conférences dont la première se déroulera ce mardi 6 février, à Namur. Celle-ci s’inscrit dans la programmation du Collège Belgique de Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique.
Les inscriptions se font sur le site via le lien suivant : https://academieroyale.be/…/chiens-cochons-chevaux…/

L’homme et la ville par le prisme de la bête

William Riguelle à l’honneur de porter à votre connaissance la parution de l’ouvrage suivant : L’homme et la ville par le prisme de la bête. L’animal comme marqueur identitaire et révélateur de la gestion, des activités et des espaces urbains (Pays-Bas méridionaux et principauté de Liège, XVIIe – XVIIIe siècles.  

 Publiée aux éditions de l’Académie Royale de Belgique, cette monographie est issue de sa thèse de doctorat (UCLouvain) et a remporté le prix Robert Beaujean 2020 (Fondation Roi Baudouin) et le prix Claude Backvis 2021 (Académie Royale).  

Vous pouvez vous procurer l’ouvrage en effectuant une commande directement via le site de l’Académie (https://academie-editions.be/accueil/521-683-lhomme-et-la-ville-par-le-prisme-de-la-bete.html) ou via une librairie (Fnac, Furets du Nord, etc.).  

Les historien·ne·s de l’UCLouvain – Jules Dejonckheere

Membre du LaRHis, de l’institut IACCHOS et du réseau de chercheur·e·s ModerNum, Jules Dejonckheere est assistant et doctorant en histoire moderne à l’UCLouvain depuis septembre 2020.

« Pur produit » de l’UCLouvain du bachelier au master, il a toutefois eu l’occasion de diversifier ses acquis et méthodes en histoire à Paris-Sorbonne (Paris IV) dans le cadre du programme erasmus. Après avoir soutenu un mémoire de maîtrise sous la promotion du professeur Gilles Lecuppre sur la libéralité princière et les dons du roi Henri VIII, ses recherches doctorales prennent quant à elles un autre tournant depuis le mois de novembre 2020. Désormais, il quitte le royaume d’Angleterre et la cour fastueuse des Tudor pour revenir dans « nos régions » avec un projet de thèse sous la direction de Gilles Lecuppre autour de Marie de Hongrie et son implication dans les affaires militaires.

C’est cette relation à première vue antinomique au XVIe siècle entre femmes et guerres qui retiendra son attention. Ses recherches s’intéressent d’une part à saisir l’implication militaire de Marie de Hongrie sur le plan technique, administratif et diplomatique et d’autre part, à souligner la communication politique qu’elle met en place à cet égard. Ainsi, sur base d’un corpus de sources variées sa thèse vise à comprendre la personnalité de Marie de Hongrie et la construction d’un pouvoir féminin en temps de guerre au regard d’une analyse à la confluence du genre, de la guerre, du pouvoir et de ses représentations.

Outre ses recherches doctorales, il a un intérêt marqué pour les questions relatives à l’historiographie, à l’interdisciplinarité en sciences sociales et au rôle de l’historien dans nos sociétés contemporaines.

En sa qualité d’assistant, il encadre le séminaire d’histoire moderne en troisième année de bachelier [HIST1393] ; le cours de pratiques numériques dans les métiers de l’histoire [LHIST2600] ; le cours de critique de l’information [LFIAL1430] et celui d’exercices sur des questions d’histoire [LHIST1130]. En dehors du département, il donne également un cours relatif au logiciel InDesign [LFIAL9012] aux étudiant·e·s de la finalité spécialisée « éditions et métiers du livre ».

Les historien·ne·s de l’UCLouvain – Margaux Roberti-Lintermans

Membre du LarHis et du Cirfase (IACCHOS), Margaux Roberti-Lintermans est doctorante en histoire contemporaine depuis 2019 sous la direction d’Aurore François. Titulaire d’un master en histoire à l’UCLouvain, ses recherches portaient dans un premier temps sur la répression des inciviques dans les cantons de l’Est après la Seconde Guerre mondiale.

Après une année de socio-anthropologie et un master de spécialisation en études de genre, elle travaille désormais pour sa thèse sur l’évolution des rôles parentaux et leur régulation pour la période de 1945 à 2015 en Belgique. Intégrée dans un projet multidisciplinaire (psychologie et santé publique) qui s’attache à étudier le burn-out parental, elle y est chargée de donner une dimension historique en se posant la question « qu’est-ce qu’un bon parent ? » sur la période couverte par sa recherche.

Les historiens de l’UCL – Elodie Bardi

Membre du RSCS et du LaRHis, Elodie Bardi est assistante et doctorante en histoire médiévale à l’UCL depuis septembre 2019.

Ses recherches portent sur l’enfant et la famille dans l’Italie lombarde entre le VIe et le IXe siècle, sujet qu’elle avait déjà abordé lors de son mémoire de master et qu’elle approfondit dans sa thèse qu’elle réalise en cotutelle avec l’Université de Lorraine, sous la direction de Paul Bertrand et de Sylvie Joye. Elle s’intéresse ainsi au statut de l’enfant et à sa perception par sa famille, et par le monde extérieur, mais également aux relations intra-familiales et de parenté et aux mécanismes qui régissent ces relations, mécanismes sociaux, juridiques et culturels. Elle vise à analyser les sens sociaux, culturels et juridique des différents termes qui désigneront les relations, personnes et phénomènes.

Médiéviste et archiviste de formation, ses tâches d’assistanat sont variées. Elle encadre, en Baccalauréat, les cours d’Heuristique spéciale – Moyen Âge [LHIST1242], d’Ecriture et Images :module 1 – paléographie médiévale et moderne [LHIST1210] mais aussi les travaux pratiques de Critique de l’Information [LFIAL1430] ainsi que le séminaire d’histoire médiévale [LHIST1392]. Elle assiste également le séminaire d’histoire médiévale en Master [LHIST2260] ainsi que les cours de la finalité Histoire et Archives et aide à la supervision des stages de cette finalité.

Contact : elodie.bardi@uclouvain.be

Les historiens de l’UCLouvain – Pierre Muller

Pierre Muller est doctorant à l’UCL. Historien contemporanéiste et spécialisé dans la communication de l’histoire, il effectue des recherches sur l’histoire militaire, et plus particulièrement sur l’anthropologie historique de l’armement et la captivité de guerre après la Seconde Guerre mondiale. Bien qu’à priori non liées, ces deux thématiques se rapportent toutes deux à l’expérience combattante. Pour étudier cette dernière, ce jeune chercheur possède l’atout d’être également militaire de réserve. Cette fonction lui permet donc d’avoir une véritable casquette d’historien-militaire.

Actuellement, Pierre Muller travaille principalement sur une thèse de doctorat portant sur l’histoire du char Léopard en Belgique et aux Pays-Bas. Dans celle-ci, il mènera une étude historique, politique, stratégique, et surtout anthropologique de ce véhicule emblématique de la guerre froide.

Continuer la lecture de Les historiens de l’UCLouvain – Pierre Muller

Les historiens de l’UCLouvain – Nicolas Simon

Page institutionnelle UCLouvain

Nicolas Simon est docteur en histoire moderne de l’Université Saint-Louis – Bruxelles (2017) après une thèse portant sur le processus d’élaboration de la législation dans les anciens Pays-Bas habsbourgeois entre 1580 et 1610. Ce travail obtenu le prix quinquennal Charles Duvivier de l’Académie royale de Belgique (2013-2017). Nicolas Simon dispose également d’une formation complémentaire en sociologie-anthropologie réalisée à l’UCLouvain (2012).

Depuis octobre 2017, Nicolas Simon est Chargé de recherches F.R.S-FNRS à l’UCLouvain et rattaché au Centre d’histoire du droit et de la justice (CHDJ). Sous la direction du professeur Xavier Rousseaux, il mène une recherche focalisée sur l’(in)effectivité de la législation dans les anciens Pays-Bas espagnols (1598-1665).

D’octobre 2019 à septembre 2021, Nicolas Simon sera rattaché à la Casa de Velázquez (Madrid) dans le cadre d’un mandat postdoctoral Marie Skłodowska-Curie financé par la Commission européenne (Horizon 2020). Le projet « COLEX : COLEX. Coopétition et Législation dans les Pays-Bas espagnols (1598-1665) », mené sous la direction du professeur Michel Bertrand, abordera la question de la coopétition et de l’élaboration de la loi dans la Monarchie espagnole à l’époque moderne.

Continuer la lecture de Les historiens de l’UCLouvain – Nicolas Simon

Les historiens de l’UCLouvain – François Pierrard

Ayant réalisé mes études à Louvain-la-Neuve, Paris et Lille, je suis titulaire d’un Master en histoire (UCL, 2017) et d’un Master en droit (ULille, 2018). Membre du Centre d’Histoire Judiciaire (UMR 8025, ULille – CNRS) et du Centre d’histoire du droit et de la justice (UCLouvain), j’y suis respectivement doctorant contractuel en droit, mention histoire du droit et des institutions, et doctorant en histoire, histoire de l’art et archéologie.

Ma thèse a pour objet les « Premières idées sur la réformation des loix criminelles » de Goswin de Fierlant (1735-1804), premier projet de code criminel des Pays-Bas autrichiens, rédigé dans la dernière décennie du règne de Marie-Thérèse et au tout début de celui de Joseph II (http://www.theses.fr/s212252). Cette recherche est menée sous la direction de M. Xavier Rousseaux et de M. François Quastana.

Mes intérêts de recherche portent tout à la fois sur l’histoire du droit pénal et de la procédure pénale, l’histoire des idées politiques, l’histoire de la pensée juridique, l’histoire du droit canonique, ainsi que sur l’histoire des échanges intellectuels dans l’Europe occidentale de l’Ancien Régime.

Les historiens de l’UCLouvain – Antoine Renglet

Page institutionnelle UCLouvain

Spécialiste de l’histoire de la police, de la Révolution et du Premier Empire ainsi que d’histoire urbaine aux 18e et 19e siècles, Antoine Renglet est docteur des Universités de Lille et de Namur (2016). Sa thèse réalisée sous la direction de Catherine Denys et d’Axel Tixhon portait sur les évolutions des systèmes policiers des villes de l’espace belges des Révolutions à la fin de l’Empire napoléonien (1780-1814).
En 2014, il a été chercheur invité à l’Université de Californie à Berkeley et en 2016, postdoctorant à l’Université Goethe de Francfort/M. Après avoir travaillé dans le milieu bancaire, Antoine Renglet a été, en 2017-2018, attaché temporaire d’enseignement et de recherches à l’Université de Lille. Depuis 2018, il est chargé de recherches du FNRS au CHDJ où il poursuit ses travaux sur les polices urbaines en Europe aux 18e et 19e siècles. Il est en outre chargé de cours invité à l’Université de Namur. En 2019-2020, il sera postdoctorant à l’Université Goethe de Francfort/M. grâce à une bourse de la Fondation Alexander von Humboldt.

Il a notamment publié :
Renglet A., « Un système policier impérial ? Le commissaire général et la police municipale d’Anvers, 1808-1814 », in : Crime, histoire et sociétés, vol. 20, n° 1, 2016, p. 107-127.
Renglet A., « Le comité de surveillance et la police de Liège en l’an III. Une institution extraordinaire à l’épreuve de l’ordinaire ? », in : Revue du Nord, vol. 97, n° 409, 2015, p. 137-156.
Renglet A. et Tixhon A. (éd.), Un commissaire de police à Namur sous Napoléon. Le registre de Mathieu de Nantes (10 vendémiaire an XIII-28 août 1807), Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain, 2013 (Histoire, justice, société), 329 pages.
Renglet A., Une police d’occupation ? Les comités de surveillance du Brabant sous la seconde occupation française (1794-1795), Bruxelles, Archives générales du Royaume, 2011, 185 pages.
Renglet A., « Les comités de surveillance et l’occupation du Brabant, 1794-1795 », in : Annales historiques de la Révolution française, n° 368, 2012, p. 105-128.

Les historiens de l’UCLouvain – Inès Glogowski

Doctorante en histoire – Page institutionnelle UCLouvain

Inès Glogowski a étudié l’histoire à l’UCLouvain (2008-2013) et brièvement à l’Ecole nationale des Chartes de Paris (2012) où elle a approfondi ses connaissances en paléographie moderne française. Son mémoire portait sur les pratiques judiciaires dans la châtellenie d’Ath de 1514 à 1565, à travers l’analyse des comptes de justice. Après l’obtention de son diplôme, elle a enseigné pendant quatre ans dans l’enseignement secondaire (général, professionnel et technique).

Depuis octobre 2017, elle prépare une thèse de doctorat en co-promotion avec la Vrije Universiteit Brussel, sous la direction des professeurs Griet Vermeesch (VUB) et Xavier Rousseaux (UCLouvain). Elle est membre du Centre d’Histoire du Droit et de la Justice (UCLouvain) et du Historich Onderzoek naar Stedelijk Transformatieprocessen (VUB).

Ses recherches portent sur le rôle crucial de l’Office fiscal de Brabant comme instrument de changement politique, de régulation et de réforme. Avec une attention particulière pour la surveillance et la gestion des lieux d’enfermement à Bruxelles ainsi que pour le maintien de l’ordre public dans le duché de Brabant, pendant la période troublée de l’Ancien Régime (1770-1795).

Ce projet est mené en étroite collaboration avec les Archives de l’Etat à Bruxelles (Forest), dans le cadre d’un projet BRAIN (BELSPO) intitulé “Social Hotspots”. High Courts of Justice Files, sources for Low Countries History’.

Coordonnées :
Centre d’Histoire du Droit et de la Justice
Rue du poirier, 10
1348 Louvain-la-Neuve
ines.glogowski@uclouvain.be

Historich Onderzoek naar Stedelijk Transformatieprocessen
Pleinlaan, 2
1050 Brussel
ines.glogowski@vub.be

Les historiens de l’UCLouvain – Françoise Muller

Page institutionnelle UCLouvain

Françoise Muller (°1981) est docteur en histoire contemporaine (UCLouvain, 2010) après une thèse portant sur l’histoire de la Cour de cassation de Belgique. Elle a également une formation complémentaire en droit et en sciences politiques. Après sa thèse, elle a travaillé au CEGESOMA sur l’enquête relative à l’assassinat du président du parti communiste, Julien Lahaut. Elle a ensuite été logisticienne de recherche FNRS au Centre d’histoire du droit et de la justice à l’UCL où elle a développé la plate-forme d’informations historiques sur la justice www.digithemis.be. Elle est actuellement chargée de recherche FNRS à l’UCLouvain avec un projet portant sur la dignité de la magistrature belge et notamment sur la question des rapports entre justice et politique (1830-1960).  

Les historiens de l’UCL – Silvia Mostaccio

Archiviste et docteure en histoire de l’Université de Padoue (IT), j’ai enseigné l’histoire du christianisme à l’Université de L’Aquila. Depuis 2010 je suis professeure d’histoire des temps modernes à l’UCLouvain et j’y assure les différents cours d’introduction à la période XVIe-XVIIIe siècle, ainsi que les séminaires et des cours de master ciblés sur l’histoire des missions religieuses, l’histoire du genre, l’histoire culturelle.

Exception faite pour les bandes dessinées western que je lis dans mon refuge estival, rien ne m’agace plus que l’arrogance d’une explication en noir et blanc, avec les bons d’un côté et les mauvais de l’autre. C’est peut-être aussi pour cette raison que j’aime tellement mon métier d’historienne : reconstruire la complexité du passé; la pluralité des acteurs (et des actrices) interagissant entre eux.

Deux questions de fond m’habitent depuis longtemps: les enjeux de pouvoir (et d’obéissance) entre individus et institutions -notamment face aux pouvoirs religieux- et la relation homme(s)/femme(s) au niveau relationnel et institutionnel. Je suis aussi particulièrement sensible aux légitimations qu’on peut construire (les discours) pour justifier son action (les pratiques). Ces préoccupations se traduisent dans les domaines de recherche suivants :

Continuer la lecture de Les historiens de l’UCL – Silvia Mostaccio

Les historiens de l’UCL – Bernard Dauven

Membre du Centre d’Histoire du droit et de la Justice (CHDJ) et ancien membre associé du Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris (LAMOP), je réalise sous la tutelle des professeurs Claude Gauvard (Paris I) et Xavier Rousseaux (UCL) une thèse de doctorat portant sur les différentes formes de grâce en Brabant à la charnière entre le Moyen Âge et l’Époque moderne.

Mes recherches personnelles portaient essentiellement sur l’incrimination du vagabondage et l’utilisation du genre en histoire de la justice ; elles s’orientent maintenant vers la criminalisation de l’homicide au seuil de la première modernité.

Continuer la lecture de Les historiens de l’UCL – Bernard Dauven

Les historiens de l’UCL – Antoine Brix

Antoine Brix est doctorant en histoire médiévale à l’UCL. Aspirant F.R.S.-FNRS depuis octobre 2014, il est membre de l’institut RSCS, où ses travaux sont dirigés par Paul Bertrand.

Après un baccalauréat en histoire aux FUNDP (2011), Antoine Brix obtient une maîtrise en histoire à l’UCL (2013). Son mémoire, dirigé par Baudouin Van den Abeele et Xavier Hermand, est consacré à la figure et à l’œuvre de l’abbé gantois Jean Bernier de Fayt († 1395). Au sortir des études, Antoine Brix contribue, devenu boursier-résident de l’Academia Belgica à Rome (janvier-juin 2014), au catalogage des manuscrits français de la Biblioteca apostolica Vaticana, entreprise de longue haleine dirigée par l’Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT-CNRS) et l’École française de Rome.

Continuer la lecture de Les historiens de l’UCL – Antoine Brix

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search