Prix Robert Beaujean 2020 : L’homme et la ville par le prisme de la bête. L’animal comme marqueur identitaire et révélateur de la gestion, des activités et des espaces urbains (Pays-Bas méridionaux et principauté de Liège, XVIIe-XVIIIe siècles)

La thèse de William Riguelle dont le titre portait  “L’homme et la ville par le prisme de la bête. L’animal comme marqueur identitaire et révélateur de la gestion, des activités et des espaces urbains (Pays-Bas méridionaux et principauté de Liège, XVIIe-XVIIIe siècles)” sous la direction de Silvia Mostaccio et Isabelle Parmentier, a remporté le prix Robert Beaujean 2020.

Cette thèse propose de se pencher sur les discours et les pratiques des hommes à l’égard des animaux en milieu urbain dans les Pays-Bas méridionaux et la principauté de Liège aux XVIIe et XVIIIe siècles. Sujet d’investigation en pleine expansion dans les sciences humaines et sociales depuis la décennie 1980 – suite notamment aux ouvrages de Robert Delort Les animaux ont une histoire (1984) et de Keith Thomas Men and the Natural World (1983) –, l’animal fournit de précieux renseignements sur l’être humain et son rapport à la nature en même temps qu’il constitue un excellent indicateur pour éclairer la gestion publique de l’espace urbain. Cette recherche ne s’inscrit donc pas dans le « tournant animaliste » s’attachant à écrire l’histoire de l’animal du point de vue animal : la visée est anthropologique, se limitant aux représentations, aux décisions et aux faits humains, et non éthologique. Au cœur de l’analyse se situent l’homme et la ville, que nous abordons par le prisme du monde animal, qui cohabite avec celui des humains dans une grande proximité au sein du milieu urbain de l’Ancien Régime – par le biais notamment des transports ou de l’alimentation. Se penchant sur les pratiques sociales et culturelles à l’égard des (autres) animaux en chair et en os, ce travail permet de découvrir le poids de la responsabilité animale dans les transmissions contagieuses ou infectieuses, l’omniprésence de la gent canine dans les activités urbaines et plus généralement le rôle social, économique et politique d’une faune que l’on veut la plus riche possible, des gros mammifères aux insectes, le tout placé dans une démarche heuristique englobant des sources hétérogènes, que ce soit narratives, législatives, scientifiques, iconographiques, voire, en moindre mesure, archéozoologiques. Il s’agit de fournir un nouvel apport à l’histoire urbaine, concernant tant son organisation spatiale que sa gestion par les hommes qui y vivent et la contrôlent. Si cette étude rejoint les observations des historiens comme Peter Hatkins, Louise Robbins ou Hannah Velten, ayant insisté sur le lien indissociable entre les actions envers les bêtes et le contexte politique et culturel, elle apporte un lot d’informations tantôt complémentaires, tantôt neuves, qui tiennent pour l’essentiel à un cadre géographique inédit, à une volonté prononcée de placer la ville et sa topographie au centre du propos, ainsi qu’à un ancrage chronologique se détachant du « grand XIXe siècle », davantage traité.

 

“Vivre la violence en temps de guerre. Genre, religion et résilience dans l’Europe espagnole à la première modernité”

Projet de recherche de Silvia Mostaccio, Prof. à l’UCLouvain, chercheuse résidente à l’EFR (sept-dec 2020)

Silvia Mostaccio est historienne et chercheuse résidente auprès de l’Ecole française de Rome (septembre-décembre 2020). Son projet en cours est consacré à Vivre la violence en temps de guerre. Genre, religion et résilience dans l’Europe espagnole à la première modernité.

« Spécialiste en histoire culturelle à l’articulation entre obéissance religieuse et exercice du pouvoir à l’époque moderne -Compagnie de Jésus et congrégations religieuses féminines-, depuis quelques années mes intérêts se concentrent autour de religion, genre, guerre et violence. Je vise une armée catholique bien spécifique, l’armée des Flandres, active le long du Camino Español reliant l’Italie aux Flandres (1568-1648). A l’époque l’état de guerre est permanent et la séparation entre armée et civils est très floue : on loge chez les habitants et les soldats se déplacent souvent avec (leurs) femmes et (leurs) enfants. A la mixité des genres s’ajoute évidemment la mixité sociale, dont la hiérarchie militaire est un reflet. L’armée des Flandres est donc un objet d’enquête efficace pour le dépassement de binarisations simplistes -homme/femme; soldat/civil-. Elle permet d’étudier différentes catégories dans les rapports entre eux/elles et face au sacré: du général, au soldat, à l’aumônier militaire; de la femme suiveuse, à la prostituée, à la religieuse, à l’aristocrate qui gère les affaires de famille en l’absence du mari. Cette entreprise guerrière eut des conséquences majeures au niveau des individus et des collectivités, des couples et des familles et la composante religieuse y fut essentielle: non seulement pour légitimer l’action militaire, mais aussi pour le travail d’acculturation confessionnelle via les missionnaires à l’armée, et encore pour la nécessité de donner du sens à la violence subie ou infligée -à cet égard l’étude des dévotions liminales des groupes subalternes est très porteur-. Cette recherche se situe donc au croisement entre représentations, croyances et pratiques pour étudier les rapports religieux de genre: une histoire inclusive d’hommes et de femmes entre guerre et religion »

Silvia Mostaccio est professeure associée d’histoire moderne à l’UCLouvain (BE). Active dans les instituts de recherche IACCHOS et RSCS, elle est membre des centres LaRHis et Gemca, ainsi que du GREG (groupe de recherche en études de genre).

L’automne de la délivrance. Comment les localités belges sont sorties de la guerre et de l’occupation en 1918

Journée d’étude – mercredi 25 mars, 10h30-15h
Séance de conclusion du séminaire d’histoire contemporaine (LHIST2280) – 2019-2020

Atelier de l’Historien – Baudouin Van den Abeele & Jérôme Delhaye

Mercredi 4 mars 2020 – !! Nouvelle formule : de 18h20 à 19h20, à la Brasserie « Le Grand Place »

Baudouin Van den Abeele (professeur à l’UCLouvain et maître de recherche FNRS) & Jérôme Delhaye (doctorant à l’UCLouvain)

Falconicon, une base de données sur l’iconographie médiévale de la fauconnerie. Du pourquoi au comment.

Atelier de l’Historien – Inès Glogowski

Lundi 10 février 2020 – !! Nouvelle formule : de 18h20 à 19h20, à la Brasserie « Le Grand Place »

Inès Glogowski , doctorante à l’UCLouvain et à la VUB

Le maintien de l’ordre public dans le duché de Brabant à la fin du XVIIIe siècle, à travers les archives de l’office fiscal

PRIX VICOMTE CHARLES TERLINDEN

Ce prix est décerné, tous les quatre ans, pour une valeur 5000 €.

Il est destiné à couronner le meilleur travail doctoral ou post-doctoral manuscrit s’inspirant des disciplines historiques au sens large, y compris l’histoire économique, l’histoire de l’art, l’histoire du droit, l’histoire de l’Afrique, l’histoire militaire, rédigé par un étudiant ou un ancien étudiant de l’Université catholique de Louvain.

Le travail peut être rédigé en français, en néerlandais ou en anglais.

Le prix a spécialement pour but de contribuer aux frais de publication du travail couronné. L’auteur du travail est tenu de faire figurer, lors de l’impression, sur la couverture et la page de garde du volume la mention : Publié avec l’aide du prix Vicomte Charles Terlinden.

Continuer la lecture de PRIX VICOMTE CHARLES TERLINDEN

BVNG/ABHC – Journée de l’histoire contemporaine. Appel à communications


L’histoire publique en Belgique : bilans, enjeux et perspectives

25 mai 2020 – Eupen

L’édition 2020 de la Journée de l’histoire contemporaine, en collaboration avec le Zentrum für Ostbelgische Geschichte et le Luxembourg Centre for Contemporary and Digital History (C2DH), entend dresser un bilan des recherches en histoire publique en Belgique, mais aussi à revenir sur certains enjeux de la communication de l’histoire et de sa réception par des groupes sociaux spécifiques.

Réguler les conflits violents. Le rôle du notaire dans la principauté de Liège, XVIIe-XVIIIe siècle

Le lundi 18 novembre 2019, Aurore Drécourt, doctorante à l’ULiège et à l’UCLouvain, présentera ses recherches dans le cadre d’un séminaire doctoral intitulé “Réguler les conflits violents. Le rôle du notaire dans la principauté de Liège, XVIIe-XVIIIe siècle”.
 
Sa présentation aura lieu au C.228 (collège Erasme) et débutera à 10h45.
 

La Commission européenne – The European Commission (1986-2000)

 

À la suite de la publication du troisième tome sur l’histoire et les mémoires de la Commission européenne (1986-2000), fruit de quatre années de travail d’un consortium international piloté à l’UCLouvain, un colloque international est organisé, en collaboration avec le Secrétariat général de la Commission européenne, le vendredi 25 octobre 2019 au Breydel (rue d’Auderghem 45 à 1040 Bruxelles). 

 

Inscription via le formulaire en ligne.

L’asile en procès. Le scandale d’Evere (1871-1872) et la prise en charge de la folie en Belgique

Nouvelle parution

Gauthier Godart vient de publier aux Presses universitaires de Louvain, dans la collection “Histoire, Justice, Sociétés”, un ouvrage intitulé “L’asile en procès. Le scandale d’Evere (1871-1872) et la prise en charge de la folie en Belgique” :

4 octobre 1871, 3 heures du matin, maison de santé d’Evere. Laurent Dumoulin, interné la veille dans cet établissement destiné à l’accueil de ceux que l’on dit alors « aliénés », est pris d’un accès de fureur. Se sentant menacé par ses compagnons de chambrée, il terrasse deux de ceux-ci, qui trouvent la mort sous ses coups. Les conséquences dramatiques de cette rixe mènent à l’ouverture d’une instruction judiciaire, qui met en évidence une longue série de défaillances dans la gestion de l’asile.

Continuer la lecture de L’asile en procès. Le scandale d’Evere (1871-1872) et la prise en charge de la folie en Belgique

Groupes subalternes / subalternité dans les écrits d’Antonio Gramsci. Histoire d’un concept dialectique

Alessandra Marchi (Università di Cagliari, GramsciLab)

Dans le cadre du cycle de séminaires “Aux marges de l’Histoire. Séminaires de recherche en dialogue avec les subaltern studies”