Minorités religieuses et espaces de l’enfermement (XVIe-XVIIIe s.)

Conférence donnée par Natalia MUCHNIK (EHESS, Paris) dans le cadre du Séminaire d’Histoire du Droit et de la Justice.

Le Centre d’Histoire du Droit et de la Justice a le plaisir de vous inviter à la conférence de Natalia Muchnik, maître de conférence à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS, Paris), qui nous parlera des minorités religieuses et des espaces d’enfermement (XVIe-XVIIIe siècles).

La conférence se déroulera le lundi 11 mars de 16h15 à 18h15, à la salle du Conseil FIAL.

“Martyrs politiques (Xe-XVIe siècle). Du sacrifice à la récupération partisane”, Maïté Billoré et Gilles Lecuppre (dir.)

Au cours du Moyen Âge, les logiques martyriales sortent du champ proprement religieux. Les autorités mais aussi les sujets et les fidèles participent de la fabrique d’icônes d’un genre nouveau : des martyrs « hors la foi », témoins d’un engagement politique et public.

Le martyr politique ne répond pas à un profil unique. On le pense dissident, engagé au service d’une cause qui l’oppose aux puissants, souffrant dans un contexte de tensions politiques avérées, mis à mort dans des conditions anormales et érigé en figure héroïque et vénérable par ses partisans au point de faire l’objet d’un culte populaire à la postérité plus ou moins importante ou d’être au cœur de récits identitaires, voire légendaires. Mais ce schéma, pour être classique, n’épuise pas la gamme des possibles.

Le martyr politique est une affaire de représentation – l’idée qu’une communauté se fait de la mort d’un des siens – et son potentiel d’identification peut être valorisé immédiatement par ses partisans. Il peut aussi faire l’objet de manipulations et servir en définitive une cause distincte du combat mené. Le martyr politique est ainsi, il ne faut pas l’oublier, l’objet d’un discours construit pour contester le pouvoir ou, au contraire, le soutenir et le légitimer. Mais ce discours ne trouve pas toujours son public et il subsiste des martyrs incomplets ou incertains.

Martyrs politiques (Xe-XVIe siècle). Du sacrifice à la récupération partisane, Maïté Billoré et Gilles Lecuppre dir., Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2019. ISBN : 978-2-7535-7579-0

http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=4790

“Notre passé colonial… en deux minutes chrono?”. Carte blanche par Anne-Sophie Gijs.

Anne-Sophie Gijs, professeure d’histoire de l’Afrique subsaharienne à l’UCLouvain, publie une carte blanche dans le cadre du débat sur le passé colonial de la Belgique.

La carte blanche, publiée dans le journal Le Soir, est à lire ici.

Atelier de l’Historien – Héloïse Malisse

Lundi 4 mars 2019, 12h50-13h50, ERAS 75

Héloïse Malisse, assistante et doctorante à l’UCLouvain

 « En réalité, jeunes gens, vous avez un cœur de femme (animum muliebri) ; et cette jeune fille, celui d’un homme (uiri) » (Cicéron, Des Devoirs, I, XVIII, 61)

Les glissements de genres dans la Rome antique à travers la littérature latine du 1er s. av. n. è. au 3e s. de n. è.

Atelier de l’Historien – Séance spéciale

Lundi 11 février 2019, 13h30-16h, c.211

L’histoire de l’Outre-mer et ses relations avec l’Europe à l’ère des études décoloniales : une antinomie ? Réflexions croisées à l’échelle d’un séminaire

Séance animée par Anne-Sophie Gijs & Caroline Sappia
Avec la participation de Paul Servais, Pierre-Jérémie Piolat & Romain Landmeters

La Police des temps noirs. Pourquoi et comment écrire un dictionnaire des polices françaises sous l’occupation ?

Conférence de Jean-Marc Berlière (CESDIP/U. Bourgogne)
Discutant: Jonas Campion (ULille/UCLouvain)

24 janvier 2019, 15h-17h30
Salle du Conseil ISP – Collège Mercier, Place Cardinal Mercier, 14

“Femmes à Boches”. Occupation du corps féminin, dans la France et la Belgique de la Grande Guerre

Conférence – débat

Mardi 11 décembre 2018, à 18h15 (Auditorium Socrate 21)

Laurence van Ypersele  –  Geneviève Warland  –  Emmanuel Debruyne

Mettre en archives les réactions post-attentats. Mémoriaux éphémères et mémorialisation immédiate

Conférence
dans le cadre du
Séminaire H37 – Histoire et cultures graphiques
sous la direction de Paul Bertrand

Par Marie VAN EECKENRODE

Chargée de cours à l’UCLouvain
Attachée scientifique aux Archives de l’État

Mardi 13 novembre 2018, 11h-13h
Salle du Conseil ISP

Atelier ouvert à tous

1918 – 2018 Honderd jaar later… is er nog een geschiedenis van België? / 1918 – 2018 Cent ans après … peut-on encore écrire l’histoire de Belgique?

Pour information.

Evènement organisé par l’ULB et la KU Leuven

Studiedag, Brussel, 23 oktober 2018 /

Journée d’étude Bruxelles, 23 Octobre 2018

Académie Royale

Honderd jaar na het einde van de 1ste Wereldoorlog is het meer dan ooit belangrijk de vraag te stellen hoe we ons verleden construeren en reconstrueren. Of die (re-)constructie nog zal plaatsvinden binnen het kader van de Belgische natie-staat, is een vraag die de jongere, en aankomende generatie van historici zal moeten beantwoorden.

Cent ans après la fin de la Première Guerre mondiale il paraît plus que jamais important de poser la question de la manière dont nous construisons et reconstruisons notre passé. Cette (re)construction peut-elle encore s’inscrire dans le cadre de l’État-nation belge ? Ce sera aux nouvelles et futures générations d’historiens de répondre à cette question.

Infos : https://soc.kuleuven.be/centre-for-political-research/events/histoire-en-belgique-geschiedenis-in-belgie

Programma / Programme :  https://soc.kuleuven.be/centre-for-political-research/events/event-files/program-me-20181023.pdf

Continuer la lecture de 1918 – 2018 Honderd jaar later… is er nog een geschiedenis van België? / 1918 – 2018 Cent ans après … peut-on encore écrire l’histoire de Belgique?

Publication. Mise en archives des réactions post-attentats : enjeux et perspectives

Sous la direction de Maëlle Bazin (CARISM) et Marie Van Eeckenrode (UCLouvain)

Dans La Gazette des archives n° 250 (2018-2). https://www.archivistes.org/Mise-en-archives-des-reactions-post-attentats-enjeux-et-perspectives

Ce numéro porte sur les initiatives de collecte et d’archivage des réactions populaires aux attentats terroristes ayant frappé la France et ses voisins européens ces dernières années. À chaque attaque, fleurs, bougies, messages et peluches s’accumulent sur les lieux des attentats ou sur des places symboliques. Mais d’autres espaces et moyens d’expression coexistent, telles les fresques qui fleurissent sur les murs des villes endeuillées, tels les contenus postés sur les médias et réseaux sociaux, tels les livres de condoléances ouverts çà et là, tels les courriers adressés aux victimes, à leur entourage ou à l’institution visée par l’attentat.

La conservation de ces traces, matérielles ou numériques, suscite de nombreux questionnements. Afin de saisir les enjeux archivistiques mais aussi politiques de ces opérations de préservation, ce numéro réunit des archivistes, des journalistes et des chercheurs issus de différentes disciplines. Leurs contributions retracent le processus d’archivage de la prise de décision de la collecte à la valorisation. La mise en comparaison d’aires géographiques et de temporalités différentes permet d’identifier similitudes et divergences dans les pratiques et les approches.

Ce numéro de La Gazette des archives a été conjointement coordonné par Maëlle Bazin, doctorante et sémiologue au Centre d’analyse et de recherche interdisciplinaire sur les médias (CARISM), et Marie Van Eeckenrode, chargée de cours à l’université catholique de Louvain et attachée scientifique aux Archives de l’État.

Pour accéder au sommaire et aux résumés des articles, continuez la lecture !

Continuer la lecture de Publication. Mise en archives des réactions post-attentats : enjeux et perspectives