Atelier de l’historien.ne #7 (2023-2024) – Clara Folie et Guillaume Toisoul

Chères et chers adeptes des « Ateliers de l’historien.ne »,

Nous avons le plaisir de vous annoncer l’intervention de Clara Folie, doctorante UCLouvain, et Guillaume Toisoul, étudiant en Histoire, qui portera sur “Traduire l’histoire de Belgique (1970-2020) : la littérature historique belge en traduction entre exploration quantitative et cas d’étude”.

Dans la Belgique multilingue, une partie de la littérature circule au-dessus de la frontière linguistique grâce aux traductions. La base de données du projet de recherche BELTRANS reprend, pour la période allant de 1970 à 2020, un peu plus de 15.000 traductions de livres belges du français vers le néerlandais et du néerlandais vers le français, tous genres confondus. Cet exposé présente notre réflexion méthodologique sur la problématisation de cette base de données, une série de résultats quantitatifs sur la traduction de livres belges d’histoire que nous articulerons avec des analyses qualitatives de cas d’étude choisis.

Nous vous accueillons à  l’auditoire Erasme 74, à Louvain-la-Neuve, le lundi 29 avril 2024 de 17h à 18h15. Venez nombreux·ses !

 

 

Atelier de l’historien.ne #5 (2023-2024) – Marie-Hélène Méresse

Chères et chers adeptes des « Ateliers de l’historien.ne »,

Nous avons le plaisir de vous annoncer l’intervention de Marie-Hélène Méresse, docteure en histoire médiévale de l’UCLouvain et de l’université de Lille. Elle a défendu sa thèse dirigée par Gilles Lecuppre (UCLouvain) et Élodie Lecuppre-Desjardin le 7 décembre 2023 à Lille, et présentera ses résultats à Louvain-la-Neuve lors de cette conférence, intitulée, comme sa thèse: “Des princes cruels ? La place de la brutalité dans les modes de gouvernement à la fin du Moyen Âge”

“À la fin du Moyen Âge, aux XIVe et XVe siècles, les modes de gouvernement évoluent : pour certains historiens et dans certains espaces (France et Angleterre), l’État dit « moderne » se met en place. Là, un pouvoir souverain centralisé se développe, incarné par la figure du prince et reposant en partie sur l’élaboration d’une obéissance sacralisée, du vassal au souverain. Ce dernier, corps physique et corps politique, représente l’autorité. Par sa puissance et sa majesté, il instaure, exprime et donne à voir le pouvoir qui doit être respecté et obéi. Cette société ainsi structurée et cette époque sont aussi celles d’une quête d’ordre public et de paix, pour laquelle, à l’intérieur du cadre social et politique et de ses hiérarchies, le recours à la violence est un moyen possible. Certes, de nombreux travaux ont été réalisés sur la place de la violence dans la société médiévale, qui voient en elle une composante de l’ordre social, servant au maintien de l’honneur et de la renommée, essentiels dans une société de l’apparence ; dans cette lecture, la société accepte alors la violence réparatrice, positive, celle qui rétablit l’ordre. Mais la violence prend une autre dimension lorsqu’elle émane de la personne du prince, et surtout lorsqu’elle sort des cadres où elle est communément admise. Les récits attachés aux princes de la fin du Moyen Âge témoignent d’actes violents qui ne se conforment pas à ces règles. Au-delà de la violence, c’est alors la cruauté de ces hommes éminents qui est dénoncée.

Dans la multiplicité de ses formes, mais surtout de ses récits, la “cruauté” des princes s’avère être toutefois une matière difficile a saisir pour l’historien. Comment identifier les cas de cruauté princière sans se limiter, suivant le jeu des sources, à la seule apparition du terme qui la désigne ? Comment appréhender une matière dont la malléabilité oblige le chercheur a reconsidérer les critères, pour chacun de ces cas par définition exceptionnels ? Comment, enfin, envisager les excès du pouvoir parmi les techniques du gouvernement des princes ?”

Quand ? Le mercredi 28 février 2024 entre 17h30 et 18h30

Où ? Auditoire MORE63, Louvain-la-Neuve

Au plaisir de vous y voir nombreux.ses,

L’équipe des ateliers (Camille, Clara, Jules, Lison et Vincent)

Chiens, cochons, chevaux et éléphants. Cours-conférence de William Riguelle

 
 
Dans le cadre de la sortie de son livre cet été, William Riguelle aura le plaisir de donner plusieurs conférences dont la première se déroulera ce mardi 6 février, à Namur. Celle-ci s’inscrit dans la programmation du Collège Belgique de Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique.
Les inscriptions se font sur le site via le lien suivant : https://academieroyale.be/…/chiens-cochons-chevaux…/

L’homme et la ville par le prisme de la bête

William Riguelle à l’honneur de porter à votre connaissance la parution de l’ouvrage suivant : L’homme et la ville par le prisme de la bête. L’animal comme marqueur identitaire et révélateur de la gestion, des activités et des espaces urbains (Pays-Bas méridionaux et principauté de Liège, XVIIe – XVIIIe siècles.  

 Publiée aux éditions de l’Académie Royale de Belgique, cette monographie est issue de sa thèse de doctorat (UCLouvain) et a remporté le prix Robert Beaujean 2020 (Fondation Roi Baudouin) et le prix Claude Backvis 2021 (Académie Royale).  

Vous pouvez vous procurer l’ouvrage en effectuant une commande directement via le site de l’Académie (https://academie-editions.be/accueil/521-683-lhomme-et-la-ville-par-le-prisme-de-la-bete.html) ou via une librairie (Fnac, Furets du Nord, etc.).  

“Un courage viril. Le genre et la violence en France pendant les Guerres de Religion” Première rencontre internationale avec Brian Sandberg (cycle de séminaires “Genre et Guerre”)

“Genre et Guerre”. Cycle de séminaires transpériodes, 2022-2023

Organisateurs : Silvia MOSTACCIO et Jules DEJONCKHEERE

En tout temps, l’expérience totale de la guerre est l’affaire des combattants (en grande majorité, des hommes) mais aussi de l’ensemble des acteurs et des actrices d’une société. La guerre redistribue les cartes des jeux des masculinités et des féminités et, plus en général, influence et redéfinit les rapports de genre. En effet, que ce soit au niveau culturel, religieux, politique, économique et social les résultats des interactions entre les hommes et les femmes en temps de guerre changent. Qu’en est-il donc de ces mutations dans des cas d’étude précis et comment est-ce que les rapports de pouvoir et la capacité d’action des unes et des autres en sont influencés ?
L’état de guerre, bien que pouvant se révéler être un moment de redéfinition des normes, constitue aussi et surtout un espace d’amplification des rapports de pouvoir propres à des sociétés patriarcales où s’exacerbent des rapports de domination déjà bien installés (le viol comme arme de guerre par exemple). La relation des individus et des collectivités à la violence sera donc l’une des questions envisagées lors de ce cycle de séminaires : comment les hommes et les femmes exercent, subissent et survivent à la violence en temps de guerre ?
Les études se penchant sur le genre et le « fait guerrier » invitent les historien·ne·s à décloisonner le regard, à diversifier les sources et à interroger les acquis méthodologiques de leur discipline. Dès lors, ce cycle de séminaires, ouvert à toutes et tous, se veut un espace pour poursuivre collectivement une réflexion à la fois diachronique, méthodologique, épistémologique et heuristique sur les rapports entre genre, guerre, violence et pouvoir dans des contextes culturels et socio-historiques variés.


DÉROULEMENT

  • Chaque séminaire de ce cycle en comodal sera l’occasion d’inviter un·e chercheur·euse international·e à nous parler de ses recherches en cours autour du genre et de la guerre.
  • La première rencontre aura lieu le lundi 23 mai 2022 à 15h à l’Agora 12 et sur Teams. Nous recevrons Brian SANDBERG pour une communication intitulée : « Un Courage viril. Le genre et la violence en France pendant les Guerres de Religion ».
  • 4 séances sont programmées pour l’année académique 2022-2023. Le programme est à venir prochainement sur le site du LaRHis.

Colloque : The Great(er) War of Military Occupations in Europe. Antecedents, experiences & legacies

 Du 23 au 25 juin 2022, au CegeSoma, se tiendra un colloque sur les occupations militaires en Europe durant la Première Guerre mondiale. 

Informations et inscriptions : https://upgg.hypotheses.org/the-greater-war-of-military-occupations-in-europe-antecedents-experiences-and-legacies 

Atelier de l’historien.ne – Camille Banse

Mercredi 27 avril 2022 – de 18h30 à 20h00 au Café Grand Place
 

Camille Banse (boursière UCLouvain – RSCS/LaRHis)

Faire une histoire du genre et de la sexualité en milieu catholique. La Jeunesse Étudiante Catholique Féminine dans la Belgique des Trente Glorieuses aux années ‘2000 : approches méthodologiques et pratiques.

 

« Les Possédés et leurs mondes ». Première rencontre avec Jean Pirotte

La première rencontre avec Jean Pirotte, professeur émérite de l’UCLouvain, de la chaîne YouTube « Les Possédés et leurs mondes » est disponible.

A travers cette chaîne YouTube, Frédéric Laugrand propose des interviews d’anthropologues, sociologues et, à présent, historiens sur leurs parcours de recherche. Ces chercheurs viennent aussi bien d’Amérique du Nord que d’Europe. Ces rencontres filmées sont souvent passionnantes. Les interviews sont fort intéressantes et stimulantes pour comprendre ce qu’est un parcours de recherche, fait de rencontres, de lectures, de travail, de voyages, de réseaux, de hasards aussi. 

La chaîne « Les Possédés et leurs mondes » : https://www.youtube.com/channel/UCb5YUvJjEpeGBvmFOUasKoA

La première interview de Jean Pirotte : https://www.youtube.com/watch?v=NwjmrASItNE

Prix Robert Beaujean 2020 : L’homme et la ville par le prisme de la bête. L’animal comme marqueur identitaire et révélateur de la gestion, des activités et des espaces urbains (Pays-Bas méridionaux et principauté de Liège, XVIIe-XVIIIe siècles)

La thèse de William Riguelle dont le titre portait  “L’homme et la ville par le prisme de la bête. L’animal comme marqueur identitaire et révélateur de la gestion, des activités et des espaces urbains (Pays-Bas méridionaux et principauté de Liège, XVIIe-XVIIIe siècles)” sous la direction de Silvia Mostaccio et Isabelle Parmentier, a remporté le prix Robert Beaujean 2020.

Cette thèse propose de se pencher sur les discours et les pratiques des hommes à l’égard des animaux en milieu urbain dans les Pays-Bas méridionaux et la principauté de Liège aux XVIIe et XVIIIe siècles. Sujet d’investigation en pleine expansion dans les sciences humaines et sociales depuis la décennie 1980 – suite notamment aux ouvrages de Robert Delort Les animaux ont une histoire (1984) et de Keith Thomas Men and the Natural World (1983) –, l’animal fournit de précieux renseignements sur l’être humain et son rapport à la nature en même temps qu’il constitue un excellent indicateur pour éclairer la gestion publique de l’espace urbain. Cette recherche ne s’inscrit donc pas dans le « tournant animaliste » s’attachant à écrire l’histoire de l’animal du point de vue animal : la visée est anthropologique, se limitant aux représentations, aux décisions et aux faits humains, et non éthologique. Au cœur de l’analyse se situent l’homme et la ville, que nous abordons par le prisme du monde animal, qui cohabite avec celui des humains dans une grande proximité au sein du milieu urbain de l’Ancien Régime – par le biais notamment des transports ou de l’alimentation. Se penchant sur les pratiques sociales et culturelles à l’égard des (autres) animaux en chair et en os, ce travail permet de découvrir le poids de la responsabilité animale dans les transmissions contagieuses ou infectieuses, l’omniprésence de la gent canine dans les activités urbaines et plus généralement le rôle social, économique et politique d’une faune que l’on veut la plus riche possible, des gros mammifères aux insectes, le tout placé dans une démarche heuristique englobant des sources hétérogènes, que ce soit narratives, législatives, scientifiques, iconographiques, voire, en moindre mesure, archéozoologiques. Il s’agit de fournir un nouvel apport à l’histoire urbaine, concernant tant son organisation spatiale que sa gestion par les hommes qui y vivent et la contrôlent. Si cette étude rejoint les observations des historiens comme Peter Hatkins, Louise Robbins ou Hannah Velten, ayant insisté sur le lien indissociable entre les actions envers les bêtes et le contexte politique et culturel, elle apporte un lot d’informations tantôt complémentaires, tantôt neuves, qui tiennent pour l’essentiel à un cadre géographique inédit, à une volonté prononcée de placer la ville et sa topographie au centre du propos, ainsi qu’à un ancrage chronologique se détachant du « grand XIXe siècle », davantage traité.

 

“Vivre la violence en temps de guerre. Genre, religion et résilience dans l’Europe espagnole à la première modernité”

Projet de recherche de Silvia Mostaccio, Prof. à l’UCLouvain, chercheuse résidente à l’EFR (sept-dec 2020)

Silvia Mostaccio est historienne et chercheuse résidente auprès de l’Ecole française de Rome (septembre-décembre 2020). Son projet en cours est consacré à Vivre la violence en temps de guerre. Genre, religion et résilience dans l’Europe espagnole à la première modernité.

« Spécialiste en histoire culturelle à l’articulation entre obéissance religieuse et exercice du pouvoir à l’époque moderne -Compagnie de Jésus et congrégations religieuses féminines-, depuis quelques années mes intérêts se concentrent autour de religion, genre, guerre et violence. Je vise une armée catholique bien spécifique, l’armée des Flandres, active le long du Camino Español reliant l’Italie aux Flandres (1568-1648). A l’époque l’état de guerre est permanent et la séparation entre armée et civils est très floue : on loge chez les habitants et les soldats se déplacent souvent avec (leurs) femmes et (leurs) enfants. A la mixité des genres s’ajoute évidemment la mixité sociale, dont la hiérarchie militaire est un reflet. L’armée des Flandres est donc un objet d’enquête efficace pour le dépassement de binarisations simplistes -homme/femme; soldat/civil-. Elle permet d’étudier différentes catégories dans les rapports entre eux/elles et face au sacré: du général, au soldat, à l’aumônier militaire; de la femme suiveuse, à la prostituée, à la religieuse, à l’aristocrate qui gère les affaires de famille en l’absence du mari. Cette entreprise guerrière eut des conséquences majeures au niveau des individus et des collectivités, des couples et des familles et la composante religieuse y fut essentielle: non seulement pour légitimer l’action militaire, mais aussi pour le travail d’acculturation confessionnelle via les missionnaires à l’armée, et encore pour la nécessité de donner du sens à la violence subie ou infligée -à cet égard l’étude des dévotions liminales des groupes subalternes est très porteur-. Cette recherche se situe donc au croisement entre représentations, croyances et pratiques pour étudier les rapports religieux de genre: une histoire inclusive d’hommes et de femmes entre guerre et religion »

Silvia Mostaccio est professeure associée d’histoire moderne à l’UCLouvain (BE). Active dans les instituts de recherche IACCHOS et RSCS, elle est membre des centres LaRHis et Gemca, ainsi que du GREG (groupe de recherche en études de genre).

L’automne de la délivrance. Comment les localités belges sont sorties de la guerre et de l’occupation en 1918

Journée d’étude – mercredi 25 mars, 10h30-15h
Séance de conclusion du séminaire d’histoire contemporaine (LHIST2280) – 2019-2020

Atelier de l’Historien – Baudouin Van den Abeele & Jérôme Delhaye

Mercredi 4 mars 2020 – !! Nouvelle formule : de 18h20 à 19h20, à la Brasserie « Le Grand Place »

Baudouin Van den Abeele (professeur à l’UCLouvain et maître de recherche FNRS) & Jérôme Delhaye (doctorant à l’UCLouvain)

Falconicon, une base de données sur l’iconographie médiévale de la fauconnerie. Du pourquoi au comment.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search