“Martyrs politiques (Xe-XVIe siècle). Du sacrifice à la récupération partisane”, Maïté Billoré et Gilles Lecuppre (dir.)

Au cours du Moyen Âge, les logiques martyriales sortent du champ proprement religieux. Les autorités mais aussi les sujets et les fidèles participent de la fabrique d’icônes d’un genre nouveau : des martyrs « hors la foi », témoins d’un engagement politique et public.

Le martyr politique ne répond pas à un profil unique. On le pense dissident, engagé au service d’une cause qui l’oppose aux puissants, souffrant dans un contexte de tensions politiques avérées, mis à mort dans des conditions anormales et érigé en figure héroïque et vénérable par ses partisans au point de faire l’objet d’un culte populaire à la postérité plus ou moins importante ou d’être au cœur de récits identitaires, voire légendaires. Mais ce schéma, pour être classique, n’épuise pas la gamme des possibles.

Le martyr politique est une affaire de représentation – l’idée qu’une communauté se fait de la mort d’un des siens – et son potentiel d’identification peut être valorisé immédiatement par ses partisans. Il peut aussi faire l’objet de manipulations et servir en définitive une cause distincte du combat mené. Le martyr politique est ainsi, il ne faut pas l’oublier, l’objet d’un discours construit pour contester le pouvoir ou, au contraire, le soutenir et le légitimer. Mais ce discours ne trouve pas toujours son public et il subsiste des martyrs incomplets ou incertains.

Martyrs politiques (Xe-XVIe siècle). Du sacrifice à la récupération partisane, Maïté Billoré et Gilles Lecuppre dir., Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2019. ISBN : 978-2-7535-7579-0

http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=4790

Colloque international : “Rapts politiques. Moyen Âge et Temps Modernes”

26 & 27 mars 2018
Halles universitaires – Salle Oleffe
Programme : Ici

Aux côtés du meurtre et de toute une gamme d’intimidations, le rapt fait partie de l’arsenal des coups de force dont la vie politique est ponctuée. Son occurrence est relativement fréquente, d’autant que les enlèvements effectivement pratiqués ne sont que l’une des modalités de son émergence, car il faut prendre en compte les projets avortés et les précédents historiques commentés à frais nouveaux. D’ordinaire associé au viol dans les études synthétiques, et donc finalement envisagé sous les angles de l’histoire sociale ou de celle du genre, ou fragmenté en autant de cas mis en relation avec leur contexte immédiat, le phénomène mérite sans doute un jeu de comparaisons pour être moins partiellement appréhendé et nous livrer ses enseignements sur les représentations politiques : l’incarnation du pouvoir, le rôle des partis, le désir de peser sur la décision, l’éthique présidant aux affaires publiques, la légitimation d’actions brutales, le discours de la nécessité, notamment, peuvent être réinterrogés à travers ce prisme.

Les historiens de l’UCL – Gilles Lecuppre

Gilles Lecuppre (Bureau b266 du Collège Érasme)

Téléphone : 010/47.48.68, e-mail : gilles.lecuppre@uclouvain.be

Issu d’un certain « système français », je suis ancien élève de l’École Normale Supérieure (Ulm), agrégé d’histoire, docteur en histoire médiévale (La seconde vie des rois. L’imposture politique au Moyen Âge). Brièvement professeur d’histoire-géographie dans l’enseignement secondaire, j’ai surtout exercé mon métier de médiéviste dans les universités de Poitiers et de Nanterre, avant de rejoindre – avec bonheur ! – l’UCL à la rentrée 2015, sur un très beau poste qui m’installe dans la continuité du Bas Moyen Âge et des Temps Modernes.

Continuer la lecture de Les historiens de l’UCL – Gilles Lecuppre