LHIST2280 Séminaire d’histoire contemporaine – 2017-2018

Profession : Administrateur de la Sûreté publique

L’homme et la fonction

à la tête d’un service de renseignement policier (1830-1933)

Créée le 15 octobre 1830, l’Administration de la Sûreté publique – aujourd’hui Sûreté de l’Etat – est à la fois une des plus anciennes institutions de la Belgique indépendante et un des plus vieux services de renseignements d’Europe.

Les tâches et les moyens attribués à ce service n’ont cessé d’évoluer depuis sa création, mais le secret, l’information et la protection de la sécurité du pays restent au cœur de ses activités. La direction de ce service a par conséquent toujours constitué un poste sensible au sein de l’appareil d’Etat. Ce séminaire se propose de découvrir les hommes derrière cette fonction d’Administrateur de la Sûreté publique, d’interroger qui ils étaient, et comment et pourquoi ils ont exercé ce métier si particulier.

Notre approche s’inscrit dans le sillage d’une histoire du renseignement et des services secrets en pleine expansion depuis un quart de siècle, et qui contribue notamment au renouvellement de l’histoire politique. Dans ce cadre, chaque étudiant sera amené à partir sur les traces d’un des onze administrateurs qui se sont succédés pendant le premier siècle d’histoire de l’Etat belge.

Pour ce faire, les étudiants seront amenés à explorer une grande diversité de travaux et de sources. En termes d’archives, ils se confronteront d’une part aux documents directement issues de la Sûreté publique et du ministère de la Justice, et de l’autre aux multiples traces laissées par un individu, dans les registres communaux, les archives de famille, le bâti immobilier et le patrimoine funéraire, etc.

Enseignant : Emmanuel Debruyne

Assistants : Elise Rezsöhazy, Gauthier Godart et Christophe Chevalier

L’inscription à ce séminaire se fera à l’issue de la séance de présentation des séminaires, le vendredi 22 septembre à 11h, au local ERAS 54.

La première séance de ce séminaire aura lieu le lundi 25 septembre au local ERAS 74, de 14 à 16h.

Séminaire Master Histoire médiévale LHIST 2260 – 2017-2018 — « Prendre le pouvoir par l’écrit (II). La montée en puissance du pouvoir communal: autour de Nivelles, fin 13e – 15e s. »

Il faut sans cesse revenir à une histoire « d’en bas » pour éviter de surévaluer les pouvoirs princiers, surtout en une fin de Moyen Âge où la notion d’État semble s’installer et où émergent les écrasants pouvoirs royaux européens. Loin d’un pouvoir ecclésiastique tout puissant, loin d’un pouvoir royal ou impérial omniprésent, les communautés locales s’érigent en institution. L’an passé, le séminaire s’est intéressé aux « cours de tenants ». Cette année, ce sont les cours échevinales autour de Nivelles qui vont retenir toute notre attention.

Pourquoi Nivelles ? On a conservé presque 60 000 chirographes (des actes en « vernaculaire », non scellés mais émis en deux exemplaires au moins et dotés d’une légende, « chirographum ») émis par l’échevinage de cette petite bourgade, principalement pour le Moyen Âge. Ce faisant, Nivelles se place au niveau des grandes villes de la Flandre française ou flamingante, comme Douai, Ypres, Tournai… Elle développe dans le duché de Brabant, de manière massive, une production documentaire étonnante : signe d’un pouvoir bien implanté localement et reconnu par toute la région. Un projet de recherches financé par le FNRS, appelé ChiroN (Chirographes Nivellois), mené par Mathilde Rivière et Emilie Mineo (qui assisteront au séminaire), vise à comprendre ce qui s’est passé à Nivelles.

Mais Nivelles est-elle la seule commune à avoir développé ce pouvoir par l’écrit ? D’autres villages des alentours n’auraient-ils pas produit eux aussi des chirographes (sans qu’ils soient aussi bien conservés, certes) ? L’administration de Nivelles les a-t-elle influencés ou bien des villages plus éloignés auraient-ils servi de courroie de transmission entre la Flandre et la cité nivelloise ? Peut-être Nivelles est-elle un cas unique dans la région et peut-être les communes des environs n’ont-elles jamais utilisé le chirographe ? Personne n’a jamais étudié ce dossier ni ne s’est penché sur ces questions. C’est l’objet de ce séminaire. Chaque étudiant sera chargé d’un dossier de documents originaux, de son choix, lié à une ou plusieurs communautés. Il tentera d’en définir les spécificités techniques et matérielles, cernant le contenu, identifiant les hommes et les femmes protagonistes dans ces chartes, en rapport avec le dossier nivellois, en dialogue avec les enseignants, professeur et assistante, mais aussi avec les chercheuses du projet. Les textes sont en vernaculaire, le latin n’est pas nécessaire et aucune compétence paléographique poussée n’est requise. Les bons travaux pourraient faire l’objet de publications scientifiques.

Paul Bertrand, professeur

Marie Van Eeckenrode, assistante

Mathilde Rivière, doctorante

Emilie Mineo, postdoctorante

Séance de présentation : 19 septembre, local C 228, 10h45

Séminaire bac 3e année 2017-2018. « L’Attentat de Bruges. 2 mars 1127: l’assassinat du comte de Flandre »

Ce jour-là, Charles le bon, comte de Flandre, est massacré avec ses proches par un commando alors qu’il est en prières dans une église de Bruges. Ce crime, commandité par des proches du comte, est vécu avec sidération et terreur par la population du comté. Il signe le commencement d’une véritable guerre privée d’une violence impressionnante, aux accents de vendetta. C’est le roi de France, Louis VI, qui y mettra fin.

Cet épisode, qui a stupéfié l’Occident médiéval, a été décrit avec précision par des contemporains comme Galbert de Bruges, qui nous en a livré un récit détaillé. Il nous donne l’occasion de comprendre le phénomène de la guerre privée, la violence féodale, la chevalerie, l’importance de la religion, l’implication du roi de France en Flandre, la naissance d’une remuante bourgeoisie, mais aussi l’impact de ce qui a été vécu comme un véritable attentat au pouvoir légitime et à la religion –Charles le Bon sera vénéré localement comme un martyr. La mémoire de cet assassinat a frappé l’imaginaire flamand au même titre que la bataille des éperons d’or, jusqu’à nos jours.

Ce sont ces événements et leurs particularités, mais aussi leur souvenir, leur mémoire médiévale et contemporaine que ce séminaire se propose d’étudier à nouveaux frais, sur base de sources écrites traduites, mais aussi de documents et de données historiques jusqu’ici méconnus.

Séminaire Histoire médiévale

Bac bloc 3 – LHIST 1392

Professeur :  paul.bertrand@uclouvain.be – Assistant  : eric.delaisse@uclouvain.be – Séance de présentation 18 sept. 2017 à 14h, au local ERAS 55 et séance obligatoire le 22 sept. 2017 à 13h, au local ERAS 54.

 

Enregistrer