Cycle de séminaires Guerre et récit de soi : Rencontre avec Elissa Mailänder le 13/02/2024

Cycle de séminaires transpériodes du GrHiSoG – édition 2023-2024 

Je vole vers toi ! Les femmes, la guerre et les aviateurs dans le cinéma nazi et expériences vécues

À son accession au pouvoir, le régime national-socialiste place les sociétés de production cinématographique allemandes sous le contrôle politique de l’État pour en faire un outil de propagande tout en continuant à produire un cinéma de divertissement pour les masses. Mais c’est avec l’entrée en guerre que le septième art se révèle à partir de l’automne 1939 un instrument majeur de communication guerrière. Les comédies romantiques de guerre en lien avec l’actualité et la société “majoritaire” nazie illustrent notamment la distinction entre un cinéma de divertissement – environ 90 % des productions – et un cinéma de propagande au sens strict. Loin d’être des simples plaisirs d’évasion, ces films de fiction, grâce à leur valeur de divertissement et à leur esthétique spécifique, transmettent aux Allemand.es des années 1940 des valeurs résolument politiques, en les mobilisant en faveur de l’effort de guerre. Les récits de soi et albums photographiques des jeunes Allemand.es et Autrichien.nes au service de la guerre en témoignent.

Elissa Mailänder est historienne, Associate Professor titulaire, habilitée à diriger des recherches à Sciences Po Paris. Ses intérêts de recherche se situent dans les domaines de l’histoire du quotidien ; du genre et des sexualités ; de la violence ; et de la photographie. L’objet de ses enquêtes s’est d’abord porté sur les violences concentrationnaires, plus particulièrement celles exécutées par des surveillantes SS (Hamburger Edition 2009 & Michigan State University Press 2015). Avec Amour, mariage, sexualité. Une histoire intime du nazisme 1930-1950 (Seuil 2021) elle s’est intéressée aux dynamiques sexuelles au sein de la société « majoritaire » nazie, c’est-à-dire « aryenne » et hétérosexuelle, pour mieux comprendre l’adhésion au nazisme des dizaines de millions de femmes et d’hommes « ordinaires », allemand·es et autrichien·nes. Son projet actuel, une étude collaborative transnationale de la photographie vernaculaire des soldats pendant la Seconde Guerre mondiale, se veut une histoire visuelle des masculinités militaires à partir des photographies de trophée.

Cycle de séminaires transpériodes « genre et guerre »

Argumentaire

En tout temps, l’expérience totale de la guerre est l’affaire des combattants (en grande majorité, des hommes) mais aussi de l’ensemble des acteurs et des actrices d’une société. La guerre redistribue les cartes des jeux des masculinités et des féminités et, plus en général, influence et redéfinit les rapports de genre. En effet, que ce soit au niveau culturel, religieux, politique, économique et social les résultats des interactions entre les hommes et les femmes en temps de guerre changent. Qu’en est-il donc de ces mutations dans des cas d’étude précis et comment est-ce que les rapports de pouvoir et la capacité d’action des unes et des autres en sont influencés ?

L’état de guerre, bien que pouvant se révéler être un moment de redéfinition des normes, constitue aussi et surtout un espace d’amplification des rapports de pouvoir propres à des sociétés patriarcales où s’exacerbent des rapports de domination déjà bien installés (le viol comme arme de guerre par exemple). La relation des individus et des collectivités à la violence sera donc l’une des questions envisagées lors de ce cycle de séminaires : comment les hommes et les femmes exercent, subissent et survivent à la violence en temps de guerre ?

Les études se penchant sur le genre et le « fait guerrier » invitent les historien·ne·s à décloisonner le regard, à diversifier les sources et à interroger les acquis méthodologiques de leur discipline. Dès lors, ce cycle de séminaires, ouvert à toutes et tous, se veut un espace pour poursuivre collectivement une réflexion à la fois diachronique, méthodologique, épistémologique et heuristique sur les rapports entre genre, guerre, violence et pouvoir dans des contextes culturels et socio-historiques variés.

Déroulement

Chaque séminaire de ce cycle en comodal sera l’occasion d’inviter un·e chercheur·euse international·e à nous parler de ses recherches en cours autour du genre et de la guerre. Les séminaires se déroulent de 16h15 à 18h15 à l’UCLouvain

Pour les doctorant·es qui le souhaitent, la présence régulière aux séminaires sera validée par l’école doctorale “Histoire, Histoire de l’art et Archéologie” (ED4).

Pour information et lien Teams : Silvia Mostaccio (silvia.mostaccio@uclouvain.be) et Jules Dejonckheere (jules.dejonckheere@uclouvain.be)

Programme de l’année académique 2022-2023

À retrouver sur le site du LaRHis.

Le vendredi 9 décembre SOCR 23 : Julie Le Gac (Paris-Nanterre) – “Un test de virilité”? L’armée britannique face aux défaillances des combattants pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le jeudi 9 décembre LECL 61 : Marion Trévisi (Picardie Jules Verne) – Femmes d’action, femmes guerrières: la violence féminine dans les combats en France (XVIe-XVIIIe siècle). Violence subie et violence donnée : des femmes blessées aux femmes blessantes.

Le jeudi 23 mars MONT 04 : Ellie Woodacre (Winchester University) – La guerre: une opportunité pour le pouvoir des femmes? Les lieutenances de deux Catherines, reines d’Angleterre, à l’époque d’Henri VIII.

Le mardi 18 avril LECL 62 : Benjamin Deruelle (UQAM) – “Il ne sera jamais Dames siennoises que je n’imortalize vostre nom…”: actions et redéfinition du rôle et du statut des femmes dans le siège de Sienne (1554-1555).

Cycle de séminaires Genre et Guerre : Rencontre avec Julie Le Gac le 09 décembre 2022

“Un test de virilité”? L’armée britannique face aux défaillances des combattants pendant la Seconde Guerre mondiale »

Résumé : Loin de l’image du Tommy héroïque et stoïque, de nombreux combattants, se révèlent incapables de supporter la violence des affrontements. Si 25 ans après l’invention du shell shock, les souffrances psychiques sont de plus en plus reconnues et soignées, ces manquements au devoir militaire demeurent perçus comme des marques de faiblesse, manquements à l’honneur et à la virilité, et sont dès lors souvent stigmatisés, voire parfois même sanctionnés. A partir des archives des unités médicales, de la littérature scientifique, mais aussi de sources judiciaires, cette présentation analysera ainsi l’éventail des réponses apportées par l’armée britannique à ce phénomène qui, car il menace son efficacité, constitue une préoccupation majeure.

L’auteur : Julie Le Gac est maîtresse de conférences à l’Université de Paris Nanterre, chercheuse associée à l’Institut des Sciences Sociales et membre junior de l’IUF. Ses recherches, centrées sur la Seconde Guerre mondiale, portent sur l’histoire des combattants, de la violence de guerre, du genre et de la psychiatrie de guerre. Elle a récemment publié avec Nicolas Patin, Guerres mondiales. Le désastre et le deuil (Armand Colin, 2022).

Informations pratiques : le 9 décembre au Socrate 23 à partir de 16h00 et sur Teams (lien sur l’affiche et ici).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search