Prix Robert Beaujean 2020 : L’homme et la ville par le prisme de la bête. L’animal comme marqueur identitaire et révélateur de la gestion, des activités et des espaces urbains (Pays-Bas méridionaux et principauté de Liège, XVIIe-XVIIIe siècles)

La thèse de William Riguelle dont le titre portait  “L’homme et la ville par le prisme de la bête. L’animal comme marqueur identitaire et révélateur de la gestion, des activités et des espaces urbains (Pays-Bas méridionaux et principauté de Liège, XVIIe-XVIIIe siècles)” sous la direction de Silvia Mostaccio et Isabelle Parmentier, a remporté le prix Robert Beaujean 2020.

Cette thèse propose de se pencher sur les discours et les pratiques des hommes à l’égard des animaux en milieu urbain dans les Pays-Bas méridionaux et la principauté de Liège aux XVIIe et XVIIIe siècles. Sujet d’investigation en pleine expansion dans les sciences humaines et sociales depuis la décennie 1980 – suite notamment aux ouvrages de Robert Delort Les animaux ont une histoire (1984) et de Keith Thomas Men and the Natural World (1983) –, l’animal fournit de précieux renseignements sur l’être humain et son rapport à la nature en même temps qu’il constitue un excellent indicateur pour éclairer la gestion publique de l’espace urbain. Cette recherche ne s’inscrit donc pas dans le « tournant animaliste » s’attachant à écrire l’histoire de l’animal du point de vue animal : la visée est anthropologique, se limitant aux représentations, aux décisions et aux faits humains, et non éthologique. Au cœur de l’analyse se situent l’homme et la ville, que nous abordons par le prisme du monde animal, qui cohabite avec celui des humains dans une grande proximité au sein du milieu urbain de l’Ancien Régime – par le biais notamment des transports ou de l’alimentation. Se penchant sur les pratiques sociales et culturelles à l’égard des (autres) animaux en chair et en os, ce travail permet de découvrir le poids de la responsabilité animale dans les transmissions contagieuses ou infectieuses, l’omniprésence de la gent canine dans les activités urbaines et plus généralement le rôle social, économique et politique d’une faune que l’on veut la plus riche possible, des gros mammifères aux insectes, le tout placé dans une démarche heuristique englobant des sources hétérogènes, que ce soit narratives, législatives, scientifiques, iconographiques, voire, en moindre mesure, archéozoologiques. Il s’agit de fournir un nouvel apport à l’histoire urbaine, concernant tant son organisation spatiale que sa gestion par les hommes qui y vivent et la contrôlent. Si cette étude rejoint les observations des historiens comme Peter Hatkins, Louise Robbins ou Hannah Velten, ayant insisté sur le lien indissociable entre les actions envers les bêtes et le contexte politique et culturel, elle apporte un lot d’informations tantôt complémentaires, tantôt neuves, qui tiennent pour l’essentiel à un cadre géographique inédit, à une volonté prononcée de placer la ville et sa topographie au centre du propos, ainsi qu’à un ancrage chronologique se détachant du « grand XIXe siècle », davantage traité.

 

“Vivre la violence en temps de guerre. Genre, religion et résilience dans l’Europe espagnole à la première modernité”

Projet de recherche de Silvia Mostaccio, Prof. à l’UCLouvain, chercheuse résidente à l’EFR (sept-dec 2020)

Silvia Mostaccio est historienne et chercheuse résidente auprès de l’Ecole française de Rome (septembre-décembre 2020). Son projet en cours est consacré à Vivre la violence en temps de guerre. Genre, religion et résilience dans l’Europe espagnole à la première modernité.

« Spécialiste en histoire culturelle à l’articulation entre obéissance religieuse et exercice du pouvoir à l’époque moderne -Compagnie de Jésus et congrégations religieuses féminines-, depuis quelques années mes intérêts se concentrent autour de religion, genre, guerre et violence. Je vise une armée catholique bien spécifique, l’armée des Flandres, active le long du Camino Español reliant l’Italie aux Flandres (1568-1648). A l’époque l’état de guerre est permanent et la séparation entre armée et civils est très floue : on loge chez les habitants et les soldats se déplacent souvent avec (leurs) femmes et (leurs) enfants. A la mixité des genres s’ajoute évidemment la mixité sociale, dont la hiérarchie militaire est un reflet. L’armée des Flandres est donc un objet d’enquête efficace pour le dépassement de binarisations simplistes -homme/femme; soldat/civil-. Elle permet d’étudier différentes catégories dans les rapports entre eux/elles et face au sacré: du général, au soldat, à l’aumônier militaire; de la femme suiveuse, à la prostituée, à la religieuse, à l’aristocrate qui gère les affaires de famille en l’absence du mari. Cette entreprise guerrière eut des conséquences majeures au niveau des individus et des collectivités, des couples et des familles et la composante religieuse y fut essentielle: non seulement pour légitimer l’action militaire, mais aussi pour le travail d’acculturation confessionnelle via les missionnaires à l’armée, et encore pour la nécessité de donner du sens à la violence subie ou infligée -à cet égard l’étude des dévotions liminales des groupes subalternes est très porteur-. Cette recherche se situe donc au croisement entre représentations, croyances et pratiques pour étudier les rapports religieux de genre: une histoire inclusive d’hommes et de femmes entre guerre et religion »

Silvia Mostaccio est professeure associée d’histoire moderne à l’UCLouvain (BE). Active dans les instituts de recherche IACCHOS et RSCS, elle est membre des centres LaRHis et Gemca, ainsi que du GREG (groupe de recherche en études de genre).

Groupes subalternes / subalternité dans les écrits d’Antonio Gramsci. Histoire d’un concept dialectique

Alessandra Marchi (Università di Cagliari, GramsciLab)

Dans le cadre du cycle de séminaires “Aux marges de l’Histoire. Séminaires de recherche en dialogue avec les subaltern studies”

Aux marges de l’Histoire. Séminaires de recherche en dialogue avec les subaltern studies

Le LaRHIS propose un cycle de séminaires intitulé « Aux marges de l’Histoire. Séminaires de recherche en dialogue avec les subaltern studies ».

Ces sémainires sont organisés à l’UCLouvain par Silvia Mostaccio et Costantino Paonessa.

Programme complet du cycle de séminaires :

https://uclouvain.be/fr/instituts-recherche/iacchos/larhis/actualites/aux-marges-de-l-histoire-seminaire-de-recherche-en-dialogue-avec-les-subaltern-studies.html

Séminaire : Temps Modernes (LHIST1393)

Portraits d’enfants. Modèles et contre-modèles dans les Pays-Bas espagnols en temps de trouble

(XVIe-XVIIe siècles)

Qui fait l’histoire ? Les hommes ayant laisseé des traces écrites ? En réalité, la liste des acteurs et des actrices est longue. Parmi les autres catégories, il y a celle des enfants et des adolescents (pueri et puellae) : filles et garçons, ils travaillent, se déplacent, s’amusent, se forment et subissent les conséquences des choix des adultes. Pour beaucoup d’entre eux, la famille est leur contexte de vie, mais pas pour tous – et puis qu’est ce que la « famille » aux Temps Modernes ? Quels autres espaces de rapports intergénérationnels existent ?

Continuer la lecture de Séminaire : Temps Modernes (LHIST1393)

Les historiens de l’UCL – Silvia Mostaccio

Archiviste et docteure en histoire de l’Université de Padoue (IT), j’ai enseigné l’histoire du christianisme à l’Université de L’Aquila. Depuis 2010 je suis professeure d’histoire des temps modernes à l’UCLouvain et j’y assure les différents cours d’introduction à la période XVIe-XVIIIe siècle, ainsi que les séminaires et des cours de master ciblés sur l’histoire des missions religieuses, l’histoire du genre, l’histoire culturelle.

Exception faite pour les bandes dessinées western que je lis dans mon refuge estival, rien ne m’agace plus que l’arrogance d’une explication en noir et blanc, avec les bons d’un côté et les mauvais de l’autre. C’est peut-être aussi pour cette raison que j’aime tellement mon métier d’historienne : reconstruire la complexité du passé; la pluralité des acteurs (et des actrices) interagissant entre eux.

Deux questions de fond m’habitent depuis longtemps: les enjeux de pouvoir (et d’obéissance) entre individus et institutions -notamment face aux pouvoirs religieux- et la relation homme(s)/femme(s) au niveau relationnel et institutionnel. Je suis aussi particulièrement sensible aux légitimations qu’on peut construire (les discours) pour justifier son action (les pratiques). Ces préoccupations se traduisent dans les domaines de recherche suivants :

Continuer la lecture de Les historiens de l’UCL – Silvia Mostaccio

Prix Vicomte Charles Terlinden

Ce prix est décerné, tous les quatre ans, pour une valeur de 2500€.

Le prix 2018 est destiné à couronner le meilleur mémoire de master manuscrit s’inspirant des disciplines historiques au sens large, y compris l’histoire économique, l’histoire de l’art, l’histoire du droit, l’histoire de l’Afrique, l’histoire militaire, rédigé par un étudiant ou un ancien étudiant de l’Université catholique de Louvain

Le travail peut être rédigé en français, en néerlandais ou en anglais.

Le prix a spécialement pour but de contribuer aux frais de publication du mémoire couronné (sous forme de livre ou d’article, d’aide à la traduction ou pour l’iconographie). L’auteur du travail est tenu de faire figurer, lors de l’impression : Publié avec l’aide du prix Vicomte Charles Terlinden.

Une partie du montant du prix sera directement remise au lauréat, en l’occurrence 1.000 euros ; l’autre partie (1.500 euros) est destinée à la publication sur pièces justificatives.

L’attribution du prix est réservée aux administrateurs de la Fondation.

Lors de la remise du prix, le lauréat devra présenter un exposé sur le sujet du travail couronné.

Pour la période biennale 2017-2018, les manuscrits (en cinq exemplaires) doivent être déposés au secrétariat de la Commission de gestion des programmes d’histoire (UCL, FIAL, Collège  Érasme, Place Blaise Pascal, 1 – bte L3.03.21 à 1348 Louvain-la-Neuve) au plus tard le 15 mars 2018.

La remise du prix aura lieu à la rentrée académique 2018-2019.

Louvain-la-Neuve, le 20 janvier 2018.

 

Fondation Prix Vicomte Charles Terlinden :

Laurence van Ypersele, Françoise Van Haeperen et Silvia Mostaccio, administrateurs.